Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 07:09

Sellal : L’Algérie doit profiter de la crise mondiale pour relancer son secteur industriel

ArcelorMittal

 

L’Algérie doit profiter de la crise économique mondiale pour remettre sur pied et relancer son secteur industriel, a souligné jeudi à Alger le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors d’une réunion avec les responsables des entreprises économiques publiques.
"Si l’Algérie ne profite pas de la crise économique pour remettre sur pied son secteur industriel, tous ses efforts (de développement) seront vains", a affirmé M. Sellal lors de cette rencontre qui se déroule en présence également de membres du gouvernement.
S’adressant aux responsables des Sociétés de gestion des participations de l’Etat (SGP), dont relèvent les entreprises publiques économiques (EPE), le Premier ministre a mis l’accent sur la nécessité d’exploiter tous les moyens possibles pour réaliser la relance du secteur industriel national.
La mise en oeuvre de partenariats publics-privés ainsi que l’identification t la concrétisation d’opportunités de coopération avec des investisseurs étrangers représentent les principales pistes à développer, estime le chef de l’exécutif.
Il a ajouté dans le même sens que certaines firmes étrangères, actuellement en difficultés en raison de la crise en Europe, sont prêtes à investir en Algérie.
"Vous devez prendre des initiatives conformes aux intérêts économiques du pays et tous les moyens possibles devraient être mis à profit pour relancer le secteur industriel national", a insisté M. Sellal, soulignant, au passage, que le secteur privé demeure "un allié fondamental pour la concrétisation de cet objectif, même si le secteur marchand public continue de constituer le principal levier de l’action économique publique".
Le Premier ministre a, en outre, remarqué que les perspectives de réalisation des objectifs de développement fixés par certains secteurs "sont trop loin par rapport à l’urgence d’engager des actions concrètes et immédiates" notamment dans les filières ciment et médicament.
La bataille du pays : la création d’emploi

S’agissant de la production du ciment, le groupe public qui détient le portefeuille de cette activité (GICA) s’est fixé comme objectif d’atteindre 60% des besoins nationaux à l’orée de 2017, soit une production supplémentaire avoisinant les 13 millions de tonnes, une perspective jugée toutefois "trop lointaine" par M. Sellal.
Ce dernier a rappelé que la moyenne du déficit accusé en la matière tourne autour de 2 millions de tonnes par an, en particulier durant l’été où la demande bat son plein.

De même pour le segment de l’industrie pharmaceutique où le groupe pharmaceutique public Saidal ne couvre que 5% de la demande interne, contre 35% assurée par les opérateurs privés et 60% par l’importation.
"Vous devez reconsidérer vos objectifs", a-t-il lancé aux responsables de ces deux groupes.
Evoquant le rôle du secteur industriel dans la lutte contre le chômage, le Premier ministre a rappelé que "toute la bataille du pays tourne autour de la création d’emploi".
Il a reconnu, à cet effet, que le premier trimestre de l’année en cours a enregistré la création de prés de 3.000 nouveaux emplois par l’ensemble des entreprises relevant des différentes SGP.
Selon des chiffres présentés lors de cette réunion, le secteur public marchand est composé de 26 SGP, 15 EPE non affiliées, 70 groupes et 668 entreprises qui relèvent des secteurs des finances, de l’énergie et des mines.
Le portefeuille de ces entreprises a réalisé au cours du premier trimestre 2013 une croissance de 5,3% de son chiffre d’affaires et une hausse de 9% de la valeur ajoutée.
Le Soir d'Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires