Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 06:04

L'Algérie, cette exception que l'on veut réduire

contestation dans le monde arabe

 

L'Algérie n'ayant pas été atteinte en 2011 par le vent de révolte qui s'était levé à ses frontières et ailleurs dans le monde arabe, des " Madame Soleil " ont prédit qu'elle n'y échapperait pas en 2012. Et ils ont été intarissables les experts politologues à expliquer pourquoi l'Algérie allait inévitablement être contaminée par ce qui se passait dans son environnement géographique. 2012 s'achève sans que leur funeste prédiction se soit réalisée. L'Algérie a vécu l'année 2012 dans le calme. Il y eut certes des explosions sporadiques de contestation sociale, mais pas la grande révolte que les " amis du peuple algérien " ont rêvé de voir se produire. L'année s'achève et ces mêmes " amis " se refusant à reconnaître la fausseté de leur prévision nous ressassent la même rengaine pour ce qui adviendra en Algérie en cette année 2013 dont le monde fêtera l'avènement cette nuit.
Il est clair que cela arrangerait beaucoup d'intérêts que l'Algérie bascule dans l'instabilité voire qu'elle s'engage dans un cycle de violence propice à l'ingérence extérieure. Mais c'est compter sans le patriotisme des Algériens qui leur fait discerner les pièges dans lesquels l'on veut les faire tomber sous prétexte du combat pour la démocratie et la liberté. Forts de l'amère et tragique expérience de leur décennie rouge, les Algériens refuseront le sinistre scénario du changement que des âmes " compatissantes " à la situation de leur pays leur suggèrent d'entreprendre la réalisation. Bien entendu qu'ils n'ont pas renoncé à leur revendication du changement et ne baissent pas les bras parce qu'il tarde à se produire. Mais sans écouter ceux qui leur donnent en exemple le " printemps " qu'ont connu la Tunisie, l'Egypte, la Libye, le Yémen et qui serait en train d'éclore en Syrie. Il ne faut pas pour autant que le pouvoir interprète la sagesse politique du peuple algérien comme lui ayant octroyé blanc-seing à procéder à des réformes politiques et un changement superficiels qui pérenniseront un système atteint d'obsolescence et dont ils veulent le démantèlement. L'on saura en cette année 2013 s'il a effectivement ainsi décodé le refus des citoyens à suivre l'exemple des peuples arabes qui se sont lancés dans la révolte contre leurs régimes oppresseurs et fermés à l'idée du changement. On le saura à travers le contenu des révisions qu'il a décidé d'apporter à la Constitution du pays.
L'Algérie a tous les atouts pour confirmer qu'elle est l'exception dans un monde arabe et un Maghreb en proie à des remises en cause qui se soldent par leur implosion en tant que nations et Etats.
Le gâchis pour elle serait que sa classe dirigeante se montre moins clairvoyante et patriotique que son peuple. Depuis 2011 quand le vent de la révolte a commencé à souffler sur le Maghreb puis sur le monde arabe, elle a émis le signe d'avoir compris que la persistance du statu quo politique qu'elle s'est ingéniée à maintenir est mortifère tant pour elle que pour le pays.
Aura-t-elle la perspicacité et le patriotisme courageux de faire passer l'intérêt de la nation avant les siens en opérant le changement qu'attendent les citoyens, ou se contentera-t-elle de ravaler la façade du système honni ?
2013 permettra de vérifier la nature de ses intentions. A cet égard effectivement l'année 2013 va être l'année d'un rendez- vous décisif pour l'Algérie, qui dévoilera si elle est réellement l'exception qu'elle veut être dans un contexte régional et international qui ne pardonne pas aux nations dont la stabilité est mise en défaut par des régimes s'accrochant au pouvoir et réfractaires à l'émancipation à tous points de vue de leur peuple.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires