Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 07:31

Algérie - Quel plan de vol ?

air algerie

Sous la contrainte d’un front social devenu la seule bourse dynamique dans le pays, le ministre des Transports cède mais ferme la marge du compromis proportionnel au niveau de la menace qui pèse sur la compagnie. Auquel cas, elle va directement à la ruine ! La menace est claire.

Quatre petits jours de grève, mais beaucoup de dégâts. Et une trêve qui donne un avantage à la direction d’Air Algérie qui reprend la main. Comme principale carte entre les mains, à l’amorce des négociations, la santé financière fragile de la compagnie qui ne peut répondre aux légitimes revendications du PNC. Et si la tutelle accède à l’intégralité du taux d’augmentation des salaires, 106%, du PNC, qu’en sera-t-il des autres personnels, mais surtout de la trésorerie de la compagnie qui n’a jamais réussi à se redresser comptant exclusivement et régulièrement sur la bouée de sauvetage des pouvoirs publics pour la maintenir en vol ?
N’est-ce pas un embarquement pour la ruine que d’accorder des augmentations salariales dans une compagnie qui ne produit pas de bénéfices et flotte à la lisière de la banqueroute ?
Sous la contrainte d’un front social devenu la seule bourse dynamique dans le pays, le ministre des Transports cède mais ferme la marge du compromis proportionnel au niveau de la menace qui pèse sur la compagnie. Auquel cas, elle va directement à la ruine ! La menace est claire. Et elle pointe la responsabilité du PNC également dans le sort qui attend Air Algérie. Et cet avenir incertain pointe déjà à l’horizon avec le retour des compagnies étrangères qui ne manqueront pas de grignoter davantage des parts de marché surtout si le ciel venait à être ouvert. Avec son instabilité, son service médiocre, ses capacités… Air Algérie s’essoufflera devant la concurrence, et ce sera le crash inévitablement.
Les véritables négociations, qui débutent aujourd’hui, vont sûrement inclure cette donne pour infléchir l’intransigeance du PNC sur le taux virtuel de la revalorisation des salaires. Le message de la tutelle est dans le rappel de la situation de la compagnie. Pour autant, on continue à faire dans le social en savourant un sursis qui ne va pas durer encore longtemps. Car, au lieu de remédier aux problèmes d’Air Algérie qui demeure parmi les plus chères compagnies au monde, on se complaît dans les réactions par à-coups pour des solutions périphériques. On préfère, sans doute, garder les privilèges à la réflexion sur le pilotage futur de l’entreprise.

Source Liberté Djilali .B
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires