Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 13:18

Transport aérien - Vers le retour des compagnies privées ?

A 330 200 air algerie

 

Le ministre des Transports a laissé entendre que le secteur de l’aérien sera rouvert aux opérateurs privés lorsque les «conditions seront réunies». Actuellement, le marché profite essentiellement aux compagnies étrangères.

Les professionnels algériens du secteur de l’aérien pourront-ils un jour voler de leurs propres ailes ? Il semble que le ministère de tutelle soit prêt à lâcher du lest. Amar Tou, qui était récemment l’invité de la Chaîne I, a indiqué que son département procéderait à l’agrément de compagnies aériennes privées dès que «les conditions seront réunies». Il semble que la position des pouvoirs publics ait quelque peu changé ces derniers temps. Il suffit de reprendre d’autres déclarations de Amar Tou et de comparer. «Le ciel restera fermé aux compagnies privées. Les autorités publiques ont décidé de reporter pour une durée indéterminée l’ouverture de ce secteur au privé pour tirer les enseignements des échecs qu’a subis le secteur », avait déclaré, en mars dernier, Amar Tou, en réponse à une question orale posée par un député. A cette occasion, le ministre avait, une nouvelle fois, rappelé le cas Khalifa Airways. C’est précisément depuis l’éclatement de cette affaire que l’Etat a décidé de geler l’attribution d’agréments. Mais cet argument semble avoir fait son temps. En effet, quelle est la relation entre un acte de gestion et le développement d’un secteur stratégique. D’autant que les investisseurs existent et certains dossiers sont encore en stand-by. C’est notamment le cas de Air Fret, une compagnie spécialisée dans le transport aérien de marchandises. Son initiateur, un commandant de bord d’Air Algérie, attend toujours le feu vert du ministère de tutelle. Des investisseurs nationaux se disent prêts à s’engager dans ce secteur dès que le gel des agréments sera levé. Car il s’agit bien d’une décision purement administrative puisque sur le plan législatif, la loi fixant les règles générales de l’aviation civile ne comporte aucune interdiction. «L’exploitation d’un service de transport aérien public peut également faire l’objet d’une concession au profit des personnes physiques de nationalité algérienne et des personnes morales de droit algérien», précise l’article 10 de ce texte. Mais à qui profite ce gel ? Sûrement pas à Air Algérie qui, malgré la situation de monopole, ne parvient toujours pas à se développer. Actuellement, l’essentiel du marché aérien algérien est entre les mains des compagnies étrangères. Elles gardent le monopole sur les destinations vers l’Europe du Sud, le Moyen-Orient, la Chine et même l’Amérique du Nord à travers leurs réseaux.

Source Le Soir d’Algérie Tarek Hafid

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires