Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 00:22

Algérie - Secteur agricole - Priorité à la céréaliculture

moisson

 

Sur deux années successives la production céréalière a dépassé les 60 millions de quintaux pour l’orge, ce qui a permis de constituer des stocks de sécurité, mais aussi d’en exporter une bonne partie.

L’Algérie passe de grand pays importateur à un pays exportateur de céréales, notamment d’orge et de blé dur.

Cela a été rendu possible grâce à la revalorisation des potentialités nationales existantes conjuguées à un accompagnement et à un soutien aux agriculteurs. 2009 a été l’année de l’annonce de la politique du renouveau agricole et rural. Il y a une prise de conscience autour du défi à relever en matière de sécurité alimentaire, particulièrement en céréales. Certains agriculteurs ont réalisé des résultats très encourageants. Pour les inciter à travailler plus, le club des 50 quintaux à l’hectare a été créé. Interrogé hier matin lors de son passage à la Chaîne III, sur les mesures prises pour que cette tendance se maintienne et ne fléchisse pas, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a souligné qu’il y a 3 millions d’hectares qui sont utilisés pour la céréaliculture, dont un million d’hectares de bonnes terres, donc «nous essayons d’introduire de bonnes techniques et d’inciter les céréaliculteurs à bien choisir les semences, les engrais et nous les encourageons à introduire la mécanisation dans leurs activités».

«En même temps, nous essayons de réduire les superficies en jachère pour exploiter au maximum notre patrimoine terre», a-t-il ajouté. Le soutien aux agriculteurs, particulièrement les céréaliculteurs se poursuivra et sera renforcé. Dans ce contexte Rachid Benaïssa a annoncé récemment une super-prime pour la qualité. «Nous essayons de créer de la performance et un dispositif d’émulation entre les uns et les autres. Mais nous voulons également récompenser l’effort», a-t-il dit. «Certes, il y a des soutiens minimum pour les prix d’acquisition, mais à l’intérieur de tout ce dispositif, il y a des actions précises pour valoriser tous ceux qui font des efforts et tous ceux qui améliorent la qualité, et ce, par des soutiens, la reconnaissance et des primes adaptées dans chacune des régions», a-t-il expliqué. Le ministre a affirmé que cette prime est déjà en vigueur. Elle varie en fonction du rendement et des zones.

Interrogé sur l’incidence de ce train de mesures et ce niveau de production sur la facture d’importation des céréales, sachant qu’en 2008, elle était de 3,5 milliards de dollars, M. Benaïssa, a indiqué, à ce propos, que la facture alimentaire d’une manière générale était de 8 milliards de dollars en 2008, et a chuté à 5,4 milliards de dollars en 2009. «Pour les céréales qui occupaient la plus grande partie de cette facture, il y a une régression, puisque nous n’avons pas importé de blé dur depuis le mois d’avril 2009, mais nous serons appelés à ramener des appoints», a-t-il conclu.

Source Infosoir M.D.

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires