Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 15:37

Selon un expert du FMI

la-vie-en-algerie.jpg

 

Les «potentialités énormes» que recèle l'Algérie sur plusieurs plans lui permettent d'atteindre, avec la réunion de certaines conditions, une croissance de 6% et de réduire le taux de chômage à 5% à moyen terme, a estimé hier à Alger un expert du FMI.

«Vu la taille de son marché, celle de sa population et ses disponibilités financières, l’Algérie dispose d’un grand potentiel de croissance, notamment dans le secteur de l’agriculture et dans la pétrochimie, la pharmacie, le tourisme, les TIC et les services en général», a affirmé Zeine Ould Zeidane, conseiller au département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI. En plus, l’Algérie est «l’un des rares pays de la région où la gestion macro-économique saine a permis le renforcement de la stabilité économique, faisant d’elle un pays très peu vulnérable par rapport aux pays de la région», a-t-il relevé lors d’une conférence sur «la croissance et l’emploi en Algérie». Le représentant du FMI s’est également félicité de l’efficacité de la politique monétaire en Algérie, qui a conduit à «une inflation maîtrisée et un taux de change équilibré». La politique budgétaire n’est pas en reste pour M. Ould Zeidane qui a qualifié la loi de finances de 2013 de «très positive en matière de consolidation budgétaire». En dépit de la faible croissance du secteur des hydrocarbures, l’Algérie est ainsi capable de réaliser une croissance globale du PIB supérieure à 6% à moyen terme, contre 2,4% en 2012, mais à certaines conditions, selon lui. Il faudrait surtout, recommande cet expert international, «réduire la rigidité des marchés du travail et des biens et services, mettre la formation en adéquation avec l’emploi et travailler sur une croissance hors hydrocarbures inclusive». Si le taux de chômage a baissé à 10% en 2011, celui des jeunes reste élevé et atteint 20,4%, une situation qui «nécessite une attention particulière», selon le représentant du FMI. Le chômage chez les diplômés de l’Enseignement supérieur est aussi préoccupant, selon lui, puisqu’il est à 15,2% et montre surtout que ce département «n’est pas assez orienté vers le marché de l’emploi». Pour faire face à cette situation, M. Ould Zeidane a notamment préconisé d’assainir le climat des affaires en Algérie en renforçant le fonctionnement de l’administration, combattre «clairement le secteur informel depuis ses sources» et augmenter la capitalisation boursière.   

Source Le Jour d’Algérie Slim Ayoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires