Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 05:16

Promouvoir le cinéma national

cinema Algerie

 

Considéré comme une tribune du cinéma mondial, le Village international du Festival de Cannes (créé en 2003) est le rendez-vous incontournable, à ne pas rater pour les professionnels du 7e art.
Contacts, échanges, promotion…, tels sont, entre autres, les différentes missions de cet espace. Différents pays y prennent part. L’Algérie n’est pas en reste.
Elle est présente, et ce, pour la première fois à travers l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc). Comme mentionné dans le communiqué de cette structure, “le pavillon de l’Algérie servira à mettre en valeur le potentiel du cinéma national, notamment à travers les nouvelles expressions de jeunes réalisateurs, et à proposer activement les partenariats attendus, tant du point de vue de la production (coproductions, financements…) que de la distribution dans les deux sens, ou encore de la formation”.
La cérémonie d’ouverture a eu lieu mercredi dernier, en présence de M. Orif, directeur général de l’Aarc, et de la délégation algérienne, composée de réalisateurs (Mounes Khammar, Mouzahem Yahia, Yamina Chouikh, Saïd Ould Khelifa, Sofia Djama, Mounia Meddour…), du comédien Imad Benchenni (acteur principal du film Zabana), des représentants des médias nationaux, et de producteurs (Yacine Laloui, Hachemi Zertal, Malik Ali Yahia).
Selon la responsable du département cinéma à l’Aarc, Nabila Rezaig, présente à Cannes, “le pavillon algérien permet de présenter les dernières productions dans le cinéma algériens, ainsi que les derniers films que l’Aarc a coproduits”. Et d’ajouter que durant les trois premiers jours depuis l’ouverture dudit pavillon, beaucoup de contacts et d’échanges ont été effectués avec des directeurs et autres organisateurs de festivals à travers le monde, à l’image de ceux de Dubai, d’Abou Dhabi, de Locarno ou de Toronto. Elle a annoncé que l’Aarc coproduira trois réalisateurs : Rachid Bouchareb, Yamina Benguigui et Philippe Diaz.
Durant tout le Festival de Cannes, le pavillon algérien présentera des journées thématiques, avec des projections d’extraits de films dont Zabana de Saïd Ould Khelifa, l’Andalou de Mohamed Chouikh, Yema de Djamila Sahraoui. Il servira par ailleurs à mettre en valeur le potentiel du cinéma national, notamment à travers les nouvelles expressions de jeunes réalisateurs, mais à proposer également des rencontres conviviales autour de différentes thématiques (distribution cinématographique ou la production et la coproduction en Algérie). C’est aussi une manière d’aboutir à un partenariat, tant du point de vue de la production (coproductions, financements…) que de la distribution dans les deux sens, ainsi que la formation.
Un documentaire de 26 minutes sur la participation de l’Aarc au Village international est également montré. Il est à rappeler que, cette année, la 65e édition du Festival de Cannes coïncide avec les célébrations du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. Le pavillon de l’Algérie présentera un panorama du cinéma national depuis cinquante ans d’indépendance et s’emploiera à promouvoir les dernières productions. La promotion ne s’arrête pas uniquement à la production ou coproduction. Les décors naturels et architecturaux variés dans notre pays seront mis en valeur en direction des producteurs étrangers qui sont à la recherche de nouveaux lieux et sites de tournage. À cet effet, des vidéos de l’Office national du tourisme présentant des paysages de tournage en Algérie sont prévues
.

Source Liberté Amine Idjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires