Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 07:43

Algérie - A quelques mois des législatives, rapprochement et tractations entre les islamistes

algerie FIS madani

 

Dans une perspective purement électorale, les islamistes algériens s’allient désormais autour d’un objectif commun, celui de remporter les prochaines législatives.

En Algérie, les leaders de partis de mouvance islamiste, confortés  par la victoire de  leurs frères  dans les pays voisins (Tunisie, Maroc, Egypte…) voient grand. Les tractations  et les rapprochements entre les différents  courants islamistes  ont refait surface à la veille d’un rendez-vous électoral important.

Dans une perspective  purement électorale, le chef de file du parti se proclamant islamiste, Bouguerra Soltani, a annoncé le 1er janvier  à l’issue de la réunion du conseil consultatif sa décision de quitter l’Alliance présidentielle sans pour autant  retirer ses  ministres du gouvernement.  Ce parti, convaincu d’un prochain raz-de-marée islamiste en Algérie, à l’instar des récentes victoires  des islamistes en Tunisie, en Egypte et au Maroc, a fait part de sa volonté  d’en découdre  et prendre ses distances avec le pouvoir en quittant l’Alliance.  Les militants et cadres  du parti du défunt  Nahnah ont les yeux braqués sur les prochaines élections législatives.  Abderezak Mokri, vice-président du MSP l’a bien dit  : «Il ne s’agit plus de soutenir le programme du  Président ; maintenant  il est temps de se préparer aux élections et de soutenir notre programme».   Le MSP, dont les dissensions avec le FLN et le RND sont apparues essentiellement au cours des derniers mois, avait alors créé la surprise en votant contre les réformes. Le chef  de file, Bouguerra Soltani  a pris ses distances avec ses  deux alliés  en se rapprochant davantage de ses frères islamistes, tout en émettant de vives critiques à l’égard des réformes  du Président Bouteflika.  Une façon de s’opposer au régime, le tout dans la foulée des soulèvements et révolutions arabes.  De son côté, le  secrétaire général du mouvement En-Nahda  Fateh Rebiai a affirmé que son mouvement était favorable à une alliance des partis d’obédience islamique si les conditions requises sont réunies. La politique du mouvement, a-t-il souligné, a pour source l’islam et se fonde sur la réforme et la concrétisation de la décision du peuple.  Selon Rebiai,  le  mouvement En-Nahda  avait contacté des partis politiques à l’effet d’examiner le projet de formation d’un bloc pour combattre la fraude lors des prochaines échéances électorales. Le secrétaire général du mouvement a, dans ce contexte, appelé à  la constitution d’une commission indépendante pour la supervision des élections.  Tout en précisant que cette commission ne doit pas avoir une appartenance partisane ni être soumise à l’autorité de l’administration, il a relevé la nécessité de conférer de plus grandes prérogatives à la justice afin que l’administration soit à son service et non le contraire. L’actuel gouvernement, dit-il, est incapable d’assurer des élections libres et régulières. Evoquant la question de la préparation des militants du mouvement en prévision des prochaines législatives,  Fateh Rebiai a affirmé que  le parti est en mesure de remporter les prochaines législatives si le scrutin est régulier et transparent.  Par ailleurs, le président du Front pour la justice et le développement (FJD)  en attente d’agrément, Abdellah Djaballah qui, optimiste,  pense que le courant islamiste a toutes ses chances de remporter les prochaines élections  législatives, à condition qu’elles se dérouleront dans la transparence.  Abassi Madani, chef historique du Front islamique du salut (FIS-dissous),  a lui aussi affiché récemment son intention de renouer avec  la politique  et reconstituer ainsi son parti dissous.

Source Le Jour d’Algérie Yazid M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires