Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 05:22

Algérie - Le Cercle des économistes arabes : L’Algérie, nouvel Eldorado pour les investisseurs ?

algerie--eldorado.jpg

L’Algérie sera-t-elle le prochain Eldorado pour les investisseurs étrangers ? c’est la question que se posaient des économistes lors d’une rencontre-débat organisée par le Cercle des économistes arabes, un club formé de personnalités, chercheurs, d’experts en questions économiques et financières qui agitent le monde.

Tout d’abord, pour  les auteurs Abdelajalil Bouzidi et Amine Benaicha, «l’Algérie dispose  d’une économie financièrement saine», le tout appuyé  d’une «volonté de l’Etat de relancer le développement», deux éléments décisifs même si  la situation actuelle  peut être dépassée, à terme, par «le relèvement de la qualité de la croissance, la  construction d’une meilleure attractivité et l’injection   d’investissements productifs».

La réflexion passe en revue la situation du pays de 2005 à 2009, en s’arrêtant plus longuement sur les quatre moteurs de la croissance que sont la consommation, la dépense publique,  les investissements, les  exportations. Pour les exportations, on le sait, ce sont les hydrocarbures qui en portent le poids avec 98% des recettes, pour les investissements, la primauté est à l’investissement public qui tire la locomotive et qui s’adjuge ainsi les 84 %, suivi du privé 15% et enfin des investissements  directs étrangers  1%. Ce sont des données émanant de la Banque mondiale et du FMI, que les analystes ont disséquées, en sus de ceux de l’Agence nationale d’investissement (ANDI).
Les  experts estiment que l’évolution de l’économie algérienne se «confond avec son taux de change». Celui-ci avait enregistré après une période de dévaluation  entre 1988 et 2000, une  stabilisation. Pour ce qui est de l’Eldorado en  question, on cite deux secteurs phares :  l’industrie du médicament et les assurances.

Le premier point  est illustré par la taille du marché  qui a atteint en 2009, le chiffre de 2,7 milliards de dollars soit «le plus important de la région Moyen- Orient/Afrique du Nord».

La demande connaîtra  une croissance de 17 % de 2004-2008 et l’on s’attend à un taux évolutif autour de 23% jusqu’en 2012. Les producteurs sont amenés, soulignent les auteurs, à renforcer leurs investissements du fait de «l’interdiction d’importation de certains produits fabriqués localement».

Enfin, le chapitre assurances est tout aussi dynamique, dit-on. «Les assurances ont connu une croissance de 18 % ces quatre dernières années». Avec la démographie, la bancassurance, il  y a donc autant de «facteurs concrets» de développement et un «potentiel de rattrapage avéré», souligne-t-on.Après une lecture des dernières mesures vis-à-vis de l’investissement étranger, plus particulièrement, les dispositions de la loi de finances complémentaires pour 2009 sur la  majorité de capital, le crédit documentaire, le droit de préemption, on arrive à une conclusion toute simple :  «On est à face à un marché attrayant mais complexe». L’optimisme vient du fait que «les indicateurs  macroéconomiques sont au vert», «il y a un marché domestique soutenu et une croissance économique hors hydrocarbures attrayante ».

Quant à la complexité qui alimente ce que les auteurs appellent «une méfiance vis-à-vis de l’investissement étranger», elle ne serait que la «conséquence d’une transition économique non achevée».

Source Horizons Kaddour D.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires