Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 09:26

Mercenaires algériens en Libye : La polémique

mercenaires-pour-la-libye.jpg

L’Algérie soutient-elle en sous-main les troupes d’El Gueddafi pour venir à bout de la rébellion qui avance depuis Benghazi ? L’Etat algérien peut-il aller jusqu’à dépêcher une bande de mercenaires pour aller prêter main-forte aux troupes du guide, moyennant quelques milliers de dollars ? L’Algérie a-t-elle troqué son statut glorieux de «Mecque des révolutionnaires» pour celui détestable de rampe de lancement des mercenaires ?

Ces questions coulent de source tant les accusations – réelles ou supposées – proférées par des porte-parole des rebelles font les choux gras des médias internationaux. Il est vrai que la position algérienne à l’égard de ce qui se passe en Libye est loin d’être un chef-d’œuvre de clarté. Loin s’en faut. Et les précisions alambiquées des officiels algériens distillées par doses homéopathiques ont rajouté une couche à ce qui s’apparente à une mise en accusation en bonne et due forme. Dernière pierre dans le jardin algérien, ce «porte-parole» des rebelles libyens, un certain Chamsiddine Abdoulmolah, qui a déclaré hier à l’AFP que ses troupes ont arrêté 15 mercenaires algériens, dont 3 ont été tués lors des combats à Adjdabia. Rien que cela !  Le porte-parole des rebelles précise tout de suite que ces mercenaires capturés «ne portaient pas de papiers d’identité». Qui prouve alors qu’ils sont Algériens ? A en croire notre porte-parole, ce sont les mercenaires eux-mêmes qui ont révélé leur identité. «Ils ont dit qu’ils étaient algériens et avaient un accent algérien.» L’argument paraît spécieux, même si beaucoup d’Algériens ne doutent pas une seconde que le régime de Bouteflika ne souhaite que du bien à son «frère» El Gueddafi.

Alger, Mecque des mercenaires ?  

Mais que l’accusation sente tout de même l’odeur de la manipulation. Encore un effort de clarté : le chef des rebelles souligne que «plusieurs cartes d’identité et passeports algériens avaient été trouvés dans un bâtiment proche, à Ajdabiya». Soit. Mais où sont les images ou les photos qui auraient pu fournir l’argument massue ? Encore qu’il n’est pas difficile de se procurer un passeport algérien et le jeter sur un cadavre pour valider une mise en scène, d’autant plus, comme le souligne un cadre des AE, que les passeports des Algériens qui travaillent chez des privés en Libye sont systématiquement confisqués. Mais au besoin, Chamsiddine Abdoulmolah fournit un autre argument qui, pensait-il, accable les Algériens: «Ils ont affirmé qu’ils vendaient du haschich (...) et ils avaient du haschich sur eux.»

Jusqu’ à preuve du contraire, le commerce et la consommation des drogues – le haschich surtout – n’est pas une pièce d’identité, a fortiori pour un Algérien. Le chemin le plus court et le plus plausible serait de soutenir que ces mercenaires sont des Marocains, du fait que leur pays en est le premier producteur mondial. Le porte-parole des rebelles se permet enfin une appréciation politique pour faire passer son accusation en regrettant que l’Algérie ait «fermé les yeux sur la venue des mercenaires».

«C’est triste. Ils ont (en Algérie) la même sorte de dictature que nous avons ici», commente Chamsiddine Abdoulmolah. Cela étant dit, au-delà de la véracité ou pas de ces accusations, il y a lieu de s’interroger sur leur récurrence. Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu’un représentant des insurgés libyens ou un opposant, à partir d’une capitale occidentale, ne se fendent d’un brûlot contre l’Algérie. Pourquoi donc notre pays est à ce point dans la mire de ces accusateurs ? Comment expliquer le fait que les autres pays voisins à la Libye, notamment la Tunisie et l’Egypte, n’aient pas soulevé l’ire des insurgés libyens ? 

Vérité ou manipulation ?

Il y aurait peut-être une part de vérité dans ce faisceau d’accusations, mais il y aurait également de la manipulation. Le fait est que le chef des rebelles a prononcé son acte d’accusation le jour même de l’arrivée en Libye du panel des chefs d’Etat africains mené par le président sud-africain, Jacob Zuma, pour tenter d’établir des passerelles entre le régime d’El Gueddafi et les rebelles conformément à la feuille de route de l’Union africaine. Et Alger, comme l’a confirmé hier Mourad Medelci, «soutient totalement la mission de l’Union africaine qui consiste à réclamer un cessez-le-feu, qu’il s’agisse des combats entre frères ou des frappes aériennes menées par des acteurs externes».

Une position, il est vrai, qui va à contresens de la volonté de certains pays comme la France, qui privilégient l’option militaire au détriment de la «solution politique». Faut-il préciser que le Conseil national de transition (CNT), qui est sur la même longueur d’onde que la France, jouit déjà de la reconnaissance de Paris. Or, le repli des Etats-Unis puis de l’OTAN a mis la France dans de beaux draps en Libye en ce sens que l’option militaire ne ravit désormais plus la vedette. Et cela agace forcément Paris où on a commencé à plancher sur l’après-Gueddafi avant de l’avoir «dégagé» pour de vrai. Pour Sarkozy, le réveil diplomatique risque d’être douloureux à Doha lors de la réunion du groupe de contact.   

Le démenti «catégorique» des Affaires étrangères :

Le ministère algérien des Affaires étrangères a démenti catégoriquement que l’Etat algérien soit mêlé de près ou de loin à l’envoi de mercenaires en Libye.  «Je tiens encore une fois à démentir de la manière la plus catégorique une quelconque implication de l’Algérie dans cette prétendue opération de mercenariat», affirme le directeur de la communication du MAE à El Watan.

Visiblement outré par la récurrence de ces accusations, notre interlocuteur rappelle que «le ministère des Affaires étrangères a déjà démenti ces allégations fallacieuses à plusieurs reprises». Pour lui, «ces informations relayées de manière cyclique et récurrente par différents canaux n’ont aucun fondement». Interrogé sur les accusations d’un opposant libyen établi à Londres qui demandait à l’Etat algérien d’arrêter de soutenir El Gueddafi, le porte-parole des AE a eu la même réponse : «C’est faux, nous n’allons tout de même pas diffuser un démenti à chaque fois que quelqu’un profère une accusation gratuite et non fondée contre l’Algérie…»

Le porte-parole des AE précise que les passeports des Algériens qui travaillent chez des privés en Libye sont systématiquement confisqués par les employeurs et qu’à ce titre ils pourraient tomber entre de mauvaises mains.  Quid de celui qui soutient avoir des numéros des avions algériens qui auraient atterri à Benghazi ? Le responsable de la communication aux Affaires étrangères balaie l’accusation en mettant au défi l’auteur «de rendre publiques ses preuves».  

Source El Watan Hassan Moali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires