Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 04:18
La France veut s’imposer dans le marché algérien
investissements-etrangers.jpg 
A son retour à Paris, après une visite de deux à Alger, la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a plaidé pour l'instauration d'un «dialogue permanent» entre la France et l'Algérie afin d'initier une «nouvelle étape» pour les relations commerciales bilatérales.
En ses termes Mme Bricq dira : «Je veux que la destination Algérie devienne une évidence pour les entreprises françaises et que la France attire des investissements algériens. Il nous faut mettre en place un cadre de confiance partagée».
Ainsi, la ministre aura joint la parole à l’acte, puisque avant-hier à Alger, elle s’est engagée à «porter un message aux PME françaises pour leur dire de venir en Algérie» (…) Nous ne sommes pas les seuls, nous avons des concurrents qui sont accrocheurs».
En outre, les déclarations, aussi bien à Alger qu’à Paris, de Mme Bricq confirment la détermination de son pays à occuper, pour une grande part, le marché algérien. D’ailleurs, lors de sa conférence de presse à Alger, à une question selon laquelle la Chine a dépassé la France pour la deuxième fois consécutive depuis le début de l’année, en termes d’échanges commerciaux, Mme Bricq visiblement contrariée, a déclaré: «La Chine n’est pas le premier fournisseur de l’Algérie», a-t-elle lancé. Aussi admettra-t-elle à demi-mots que «depuis une décennie, la position de la France en Algérie, qui demeure élevée, s’érode. Je ne m’y résous pas. Les acteurs du commerce entre nos deux pays, évidemment le service économique de l’ambassade, la Chambre de commerce et d’industrie, Ubifrance, les régions, les chambres de commerce françaises, doivent mieux conjuguer leurs efforts».
Une réaction qui en dit long. Car Mme la ministre l’a si bien souligné à Alger, «dans une vieille Europe en difficulté économique, la France cherche des relais de croissance, et il y en a en Algérie». Seulement la France veut être la première en Algérie. Mme Bricq avait noté dans ce sens que si la France reste excédentaire avec l’Algérie, elle perd des parts de marché. Or a-t-elle poursuivi «il faut que l’on redresse le commerce de la France. C’est ma mission».
En outre, tout en rappelant, dans un communiqué rendu public par son département, que les entreprises françaises sont le premier fournisseur et investisseur (hors hydrocarbures) en Algérie, elle a affirmé que ces dernières «doivent être à l’écoute des besoins et attentes de leurs clients et partenaires algériens, et rester mobilisées pour préserver et conquérir de nouveaux marchés».
Pour la ministre française, l’Algérie est une «terre d’investissements, d’échanges, de croissance et de partenariats durables et solides». Des échanges commerciaux qui selon elle, se concrétiseront après la visite de François Hollande, mais aussi après avoir bien identifié les secteurs stratégiques à même de développer des projets d’entreprises à entreprises. Citant dans ce contexte, notamment les secteurs du solaire, du désiamantage et l’agroalimentaire. De ce dernier, Mme Bricq avait dit qu’il s’agit d’un secteur bien identifié comme étant un secteur excédentaire où la France a une importante part de marché qu’il faut renforcer. Il est prévu dans ce cadre l’organisation d’un forum d’entreprises franco-algérien en 2013 principalement ciblé sur les PME afin d’encourager les courants d’affaires et les relations directes entre secteurs privés. Les deux parties ont également convenu de favoriser la co-localisation des activités économiques entre la France et l’Algérie afin que les projets d’investissements soient profitables aux deux économies en termes d’emplois.
Source Le jour d’Algérie Lynda Naili Bourebrab
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires