Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 23:59

L’Algérie, mieux que la Suisse

or algerien 

On a eu plus de 100 000 morts, des milliers de blessés et de handicapés, des milliers de disparus, une trentaine de milliards de dollars de dégâts matériels. Tous les Algériens ne l'ont pas oublié. C'était hier. Il y a bien sur l'autre plateau de la balance. A présent, on a deux petits satellites (qu'on n'osera pas qualifier de gadgets par respect pour nos scientifiques) dans l'espace, des usines de dessalement d'eau de mer, des autoroutes, des barrages et de l'eau dans les robinets, des bananes à longueur d'année, des céréales pour deux ans, n'est-ce pas M. le Dg de l'OAIC (?!), on a du pétrole, du gaz, de l'uranium, de l'or, on a des trains tout neufs et on a le plus grand centre commercial et de loisirs du Maghreb. Avec tout cela, et nous ne sommes pas heureux ! Voyez-vous ça ! C'est qu'on aurait préféré que ce centre commercial imaginé, construit et géré par des Suisses en Algérie, soit imaginé, construit et géré par des Algériens dans un pays dénommé Algérie, meilleur que la Suisse.

Que ce soit un pays où les portes et fenêtres ne soient pas doublées par des quintaux de ferronnerie sécuritaire, que les rues ne soient pas sales et puantes, alors ne parlons pas des toilettes publiques lorsqu'on en trouve. Ne parlons pas des toilettes de certains services publics, même celles de l'aéroport international d'Alger donné en gérance et qui, a-t-on constaté récemment, se sont algérianisées. Que ce soit un pays mieux que la Suisse où l'on est soucieux de la santé publique et où l'on cesse d'accepter que la limonade soit bourrée de sucre contrairement aux normes en vigueur dans les pays où santé publique a un sens. Même les multinationales de la «gazouze» nous fourguent du sucre alors qu'ailleurs elles respectent le taux bas de sucre qui leur est imposé. Continuons dans le désordre.

Que ce soit un pays où l'on nous explique pourquoi tous les Algériens n'ont pas droit à un crédit bancaire sans être importateur de naissance, car ce sont bien des fonds publics qui sont prêtés à ces Algériens improvisés importateurs qui, du jour au lendemain, deviennent des millionnaires. Que ce pays dénommé Algérie soit meilleur que la Suisse qui, que l'on sache, n'a jamais été le théâtre contemporain d'émeutes répétitives. Que les gens n'y meurent pas comme des mouches ; qu'on n'y trouve pas de terrorisme routier ni de terrorisme tout court. Que son parlement soit un vrai Parlement devant lequel le gouvernement rendrait des comptes et engagerait sa responsabilité. Qu'il y ait des compteurs au niveau des pipelines et des gazoducs, histoire de savoir ce qui sort du sous-sol.

Quelques bien-pensants repus nous diront qu'on ne peut pas tout avoir d'un coup. Ou que les Algériens ne sont pas mûrs pour la démocratie. Ou, tout bêtement, que tous ceux qui actuellement grognent, critiquent ou contestent se sont trompés de société. Hé bien, non! Mesdames et messieurs les bien-pensants repus, cette société, en cruel déficit de libertés démocratiques, rongée par «la salafia ilmiya» ou «salafisme scientifique», si vous préférez, ne mérite pas ce qui lui arrive. Elle mérite un pays meilleur que la Suisse.

Source L’Expression Oualid Ammar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires