Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 06:38

Le P-DG de Sonelgaz à la Radio nationale : «L’Algérie veut créer une industrie du solaire»centrale_photovoltaique.jpg

 

A propos du projet Desertec, le président-directeur général de Sonelgaz, Nouredine Bouterfa, s’est fait l’écho du point de vue de l’Algérie en déclarant qu’il ne s’agit pas pour notre pays d’offrir le territoire pour la production d’électricité solaire qui serait acheminée vers l’Europe mais de mettre en œuvre le savoir-faire, la technologie et les équipements algériens.

L’Algérie veut une industrialisation solaire, a-t-il insisté dans un entretien accordé à la Chaîne III de la Radio nationale dont il était l’invité de la rédaction. Les promoteurs du projet Desertec devront donc revoir leur copie s’ils tiennent à ce que l’Algérie s’y engage.

M. Bouterfa a évoqué le plan d’urgence, décidé en 2006 et appliqué en 2009 qui a permis, pour un investissement de 2 milliards de dollars, de stabiliser le système et d’équilibrer l’offre et la demande grâce à la production de 2 000 mégawatts (MW). En matière de production de l’électricité, précise-t-il, le système est stabilisé jusqu’à 2012. Notre objectif n’est pas d’exporter, fait remarquer le P-DG de Sonelgaz, l’investissement est d’abord destiné à la demande nationale, mais, ajoute-t-il, pendant les heures de la journée où la demande interne est faible, il y a des opportunités d’exporter sans que cela porte préjudice à la satisfaction de la demande nationale. M. Bouterfa a également parlé des mesures d’assainissement décidées par le gouvernement qui ont consisté dans le rachat du découvert bancaire de 200 milliards DA ainsi que dans les facilités de financement. Mais, il estime que, fatalement, un jour, il faudra aller vers l’augmentation des tarifs. Dans trois ou quatre ans, un nouveau plan d’assainissement sera nécessaire. A ce moment-là, pense-t-il, les conditions seront peut-être réunies pour une augmentation des tarifs. Dans tous les cas, la différence doit être comblée, par l’Etat ou par le citoyen, ajoute-t-il. Il serait intéressant, dit-il, de cibler les catégories qui peuvent payer. Le P-DG de Sonelgaz qualifie l’année 2010 de calme en matière de production et de transport d’électricité, il faut améliorer la distribution, souligne-t-il. Il constate qu’il y a toujours les mêmes problèmes d’accès au foncier et de pénétration dans les périmètres privés. A propos de délestage, «nul ne peut garantir ce qui peut arriver», dit-il, en rappelant ce qui s’est passé à Biskra et El Oued. Il rend hommage aux travailleurs des sociétés de distribution qui ont rétabli l’électricité dans ces deux wilayas. M. Bouterfa a rappelé que Sonelgaz est un groupe industriel qui développe une stratégie d’intégration pour aller vers des capacités de réalisation en prenant certaines entreprises comme Anelec et Armel, pour récupérer une partie de la valeur ajoutée qui est aujourd’hui transférée vers l’étranger. Il fait observer qu’en 2010-2020, Sonelgaz devra réaliser l’équivalent de l’existant.

Sonelgaz a également un plan d’industrialisation du solaire dont le pivot sera Rouiba Eclairage, a fait savoir son P-DG. Le programme de Sonelgaz prévoit 50 MW par an en énergies renouvelables, c’est-à-dire 500 MW sur 10 ans. Il fait savoir que pour 1 MW solaire, il faut 3 hectares de terrain. Le chiffre d’affaires pour 2009 a été de 254 milliards de dinars dont 136 milliards pour le gaz et l’électricité, a annoncé M. Bouterfa.

Source Algerie-Dz Lakhdar A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires