Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 08:50

“L’avenir entre l’Algérie et la France ne peut être que bon”

xavier-driencourt-ambassadeur-de-france.jpg

 

Pour la première fois, une rencontre entre les anciens combattants algériens et français aura lieu la semaine prochaine à Alger, a annoncé l’ambassadeur.

“L’excellence de nos relations doit être accompagnée d’une coopération renforcée et mutuellement avantageuse pour les deux pays”, a affirmé, avant-hier, l’ambassadeur de France en Algérie, M. Xavier Driencourt, lors d’un point de presse, à l’issue d’une courte virée à Jijel.

L’ambassadeur, accompagné du consul général de France à Annaba, a fait le point sur plusieurs questions relatives aux relations bilatérales entre les deux pays, entre autres, l’investissement français en Algérie, l’affaire des sept moines de Tibhirine, l’enlèvement des ressortissants français dans le Sahel et le dossier des visas.

À ce propos, M. Xavier Driencourt a affirmé que “le consulat de France délivre 140 000 visas chaque année". En effet, grâce à l’entrée en vigueur de la nouvelle organisation dans le traitement des demandes de dossiers le nombre de visas a augmenté sensiblement depuis 2008, notamment en ce qui concerne la durée d’attente d’une réponse qui est, aujourd’hui, de 10 jours. Sur le plan de l’investissement en Algérie, l’ambassadeur de France a évoqué les entreprises françaises installées dans le pays. “Nous avons 430 filiales d’entreprises françaises qui travaillent en Algérie. Je cite, entre autres, l’entreprise de fabrication de pneus Michelin qui s’est installée en Algérie en 1963 et qui est actuellement la première entreprise d’exportation algérienne après Sonatrach”, dira M. Driencourt. Et d’ajouter : “Les entreprises françaises sont satisfaites de travailler en Algérie, autrement on ne serait pas ici à en parler”. Plus explicite, M. Xavier Driencourt rappellera que les liens forts entre l’Algérie et la France, indépendamment des maladresses commises de part et d’autre, englobent pratiquement tous les secteurs d’activité. Cela, même si l’on sait aujourd’hui que l’Algérie a décidé de conclure des accords de partenariat avec d’autres pays étrangers. “Les relations entre la France et la Namibie, par exemple, sont très simples puisqu’elles se limitent à un seul secteur, contrairement à l’Algérie où tous les secteurs sont couverts par des investisseurs français”.

L’histoire commune des deux pays n’est pas en reste puisque, pour la première fois, une rencontre entre les anciens combattants algériens et français qui ont participé à la guerre de Libération, aura lieu la semaine prochaine à Alger, dans le but de renforcer les relations entre les deux pays, selon l’ambassadeur, “elles ne peuvent être que bonnes”.

Sur un autre volet, et non des moindres, l’ambassadeur de France en Algérie a abordé, sans être prolixe, l’affaire des moines de Tibhirine ainsi que la prise d’otages des ressortissants français dans le Sahel. À cet effet, le représentant diplomatique français a mis un terme aux supputations sur un éventuel dialogue avec l’Aqmi, en affirmant que la France n’a jamais dialogué avec les ravisseurs, même lors de l’enlèvement des journalistes français en juillet dernier, et que si la presse a rapporté de telles informations, libre à elle d’assumer sa responsabilité dans cette affaire. Il va sans dire que même si la France veut peser de tout son poids dans la région, il n’en demeure pas moins que la solution pour libérer les otages français se trouve dans les pays du Sahel, dont l’Algérie qui, faut-il le rappeler, n’est pas prête à céder du terrain à l’Aqmi, et encore moins faire des concessions d’ordre pécuniaire, surtout si l’on tient compte de son expérience dans la lutte antiterroriste.

Enfin, s’agissant de l’affaire des moines de Tibhirine, M. Xavier Driencourt n’a pas été prolixe sur le sujet sauf pour dire que le film Des dieux et des hommes, retrace la vie des sept moines en Algérie. Le film n’est, en aucun cas, selon lui, un document sur la vérité de leur assassinat qui a fait couler beaucoup d’encre après la sortie médiatique du général François Buchwalter, l’attaché militaire français à Alger, en 1996. Selon ce dernier, les sept religieux ont été tués par des tirs de l’armée algérienne et non par des terroristes.

Source Liberté Saou Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires