Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 10:10
«La France est le premier investisseur en Algérie»
André Parant
Le diplomate, très serein, a estimé que les relations entre Paris et Alger sont objectivement meilleures, après une période de refroidissement.
L'ambassadeur de France en Algérie, André Parant, en visite à Constantine depuis hier, a animé une conférence de presse à l'Institut français lors de laquelle il a abordé, avec beaucoup de franchise et sans réserve, toutes les questions de l'actualité, aussi bien sur le plan politique et sécuritaire, qu'économique et culturel. Le diplomate, très serein, a estimé que les relations entre Paris et Alger sont objectivement meilleures, après une période de refroidissement. Des relations qui, selon lui, s'inscrivent dans une nouvelle dynamique avec une vision neuve. Accompagné par le consul de France à Annaba, Sameh Safty, l'ambassadeur n'a pas manqué d'exprimer toute sa compassion avec les familles de Brahim et Haroun, les enfants assassinés la semaine dernière à Constantine dans des circonstances dramatiques, exprimant sa solidarité à l'égard de la population constantinoise. Qualifiant Constantine de ville impressionnante, l'ambassadeur bien imprégné, a jugé nécessaire d'étaler sa feuille de route devant les journalistes, tout en expliquant l'objectif de sa visite. «Je suis à Constantine pour mieux connaitre l'Algérie, dans sa richesse et sa diversité, découvrir la population, prendre contact avec les personnalités et responsables locaux, et notamment pour faire le point sur le développement de la coopération algéro-française.» Dans ce contexte, il a relevé qu'il y a davantage d'efforts à consentir pour donner un élan plus actif et plus dynamique à la coopération culturelle.
A ce titre, dira-t-il «des pistes concrètes ont été évoquées dans le domaine muséal, puisque Constantine prévoit la construction de trois nouveaux musées». Pour l'ambassadeur, il est question aussi de relancer le jumelage entre Constantine et Grenoble qui a connu un recul ces dernières années, en soulignant que «la perspective de participer au projet d'aménagement des berges du Rhummel et la rénovation du patrimoine historique ont été deux points soulevés lors des entretiens auxquels j'avais pris part avec les responsables». D'autres secteurs ont été identifiés comme prioritaires dans la coopération entre les deux pays. Outre le domaine de la culture, l'enseignement supérieur, la recherche et le partenariat économique semblent des opportunités autour desquelles s'articule la coopération entre les deux parties. Abordant ces sujets, le conférencier a admis, néanmoins, qu'il y a eu des occasions manquées, tout en rappelant qu' «il y a une volonté nouvelle pour développer la coopération d'intérêt commun entre les deux pays». «C'est ce que j'ai ressenti lors de la visite du président François Hollande», a-t-il précisé avant d'ajouter qu' «il y a réellement une volonté et des efforts perceptibles pour surpasser les différends du passé». Pour le diplomate, le contexte actuel est favorable pour engager et encourager l'investissement sur le marché algérien; un investissement créateur de richesses et initiateur d'un véritable transfert de compétences dans un contexte global d'échange d'expériences.
A ce propos, il a tenu à insister sur le fait qu'«hors hydrocarbures, la France est le premier investisseur en Algérie». Pour lui, le climat d'affaires est globalement satisfaisant, ajoutant que «les deux pays sont conscients de l'importance et l'urgence de balayer toutes les difficultés et d'améliorer le climat pour l'investissement étranger». Au sujet de la question sécuritaire, Son Excellence l'ambassadeur de France a noté, tout en reconnaissant le rôle de l'Algérie dans la lutte antiterroriste, qualifiant l'expérience des services de sécurité algériens d'incontestable, que la coopération entre les deux pays est très étroite et n'a jamais été aussi meilleure, «elle l'a toujours été d'ailleurs, elle ne date pas des dernières semaines, elle-même très active et tout se passe bien» a-t-il assuré. Toujours dans ce même contexte, le diplomate a relevé en réponse à une question d'un journaliste qu'aucun ressortissant français n'a été rapatrié, précisant que «les ressortissants français ont séjourné quelques jours à Alger avant de reprendre leurs postes». Le conférencier est ensuite revenu sur l'intervention militaire de la France au Mali, qui n'a été, selon lui, qu'une réponse à l'appel du gouvernement de transition malien en s'interrogeant sur les conséquences tragiques qu'aurait pu subir ce pays, si une intervention n'avait pas eu lieu. Pour lui, Bamako était sur le point de tomber entre les mains des terroristes et il fallait réagir au plus vite.
L'action française a, selon lui, été saluée par de nombreux pays, même si entre la France et l'Algérie, des divergences ont apparu. L'urgence d'une intervention était inévitable, a-t-il estimé. Selon le diplomate, cette action militaire doit être conjuguée avec un effort politique et «c'est ce qui se fera dans les prochains mois», a-t-il affirmé. En soulevant la question de la Syrie et sur la volonté de la France d'armer les insurgés, l'ambassadeur a noté que pour l'instant, il s'agit juste d'une réflexion et aucune décision n'a été prise dans ce sens. Mais, à ce niveau, a-t-il ajouté, «la France ne souhaite agir qu'en partenariat». Concernant le dossier des visas, le diplomate a tenu à révéler quelques chiffres comparatifs en affirmant que 210.000 visas ont été accordés en 2012, rappelant qu'un service pour les prises d'empreintes des candidats postulant à un visa sera actif à Alger, et dont l'objectif est de réduire le taux de refus. «Alger a été l'une des capitales pilotes, pour cette approche», a-t-il dit; une expérience qui devrait s'étendre à Annaba et Oran.
Source L’Expression Ikram Ghioua
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires