Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 09:23

«La France, amie indéfectible de l'Algérie, et toujours à ses côtés»

Xavier-Driencourt.jpg

Xavier Driencourt n'a pas manqué de faire l'éloge du ministre Chérif Rahmani.

 

Dans son intervention lors d'un séminaire d'évaluation du projet de coopération algéro-français «Fonds de solidarité prioritaire» (FSP), portant sur le thème «L'ingénierie territoriale au service de l'attractivité, de la compétitivité et du développement durable des territoires», organisé jeudi à Alger par le ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement (Mate), l'ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, a qualifié la rencontre de «premier bilan (...) à mi-parcours d'un projet lancé en 2009».
En soulignant le caractère «ambitieux» de la démarche engagée par l'Algérie, pilotée par le ministre Chérif Rahmani, premier responsable du Mate, le diplomate français a rappelé que «55 cadres algériens d'administration centrale ont été formés en Algérie et ont bénéficié de stages d'insertion en France».
«La présence aujourd'hui parmi nous de M. le préfet Berthier, témoigne encore, a-t-il déclaré, s'il en était besoin, de l'ampleur de l'engagement de la Datar (Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (Datar-France), dans ce projet», a mis en exergue l'ambassadeur de France en Algérie, selon lequel «une première période est terminée, celle de la formation, une deuxième commence, celle de l'expertise», phase qu'il a qualifiée de plus délicate. On voit bien «quel peut être le rôle d'un pays comme la France, amie indéfectible de l'Algérie, et toujours à ses côtés lorsqu'elle se lance dans des projets ambitieux de renforcement de l'Etat de droit», a souligné le diplomate.
«Votre pays, poursuit l'ambassadeur, s'est ainsi doté d'un projet pour construire l'Algérie de 2030: un projet de Schéma national d'aménagement du territoire (Snat)... et d'attester: «J'ai pris connaissance de ce document avec intérêt. C'est passionnant de s'interroger sur l'organisation du littoral, sur la création d'un pôle de dynamisme entre un port et son hinterland, de se pencher sur les bassins des grandes villes de l'intérieur, d'explorer le potentiel et l'identité des Hauts-Plateaux...
Comment et où traverser les Atlas tellien et saharien pour qu'ils ne soient pas des barrières au développement équilibré du pays, l'enjeu de l'eau nécessaire à toutes les activités humaines, l'enjeu des villes qui explosent, comment vaincre l'immensité du Sahara (...)», s'interroge-t-il Et de s'exclamer: «On voit l'avenir se construire. On voit toutes les énergies d'un pays se mobiliser.»
«Le Snat n'est pas un projet franco-algérien. C'est un projet algérien», rappelle l'ambassadeur. «Quel peut être le rôle de la France dans ce contexte?» se demande-t-il et d'y répondre: «La volonté de la France... est d'être à vos côtés, en fonction de vos attentes et de vos besoins. Il n'y a pas de pays dont le bonheur, la prospérité et la sécurité ne nous rendent plus heureux que l'Algérie. Il vous revient de construire (ces idéaux) mais rien ne sera plus important pour nous que de vous aider», souligne encore le diplomate qui s'engage: «Nous sommes prêts à continuer à vous accompagner dans ce défi.»
Il n'a pas manqué de faire l'éloge de «l'engagement vigoureux dans les négociations climatiques» du ministre Rahmani, qui est un élément-clé du succès de ces négociations car il est un pont entre l'Union européenne et l'Union africaine.
La récente journée des côtes méditerranéennes, en fut un exemple, alors qu'au niveau mondial aussi, se profile l'échéance de la Conférence des Parties de la Convention Climat en Afrique du Sud à la fin de 2011.

Source L’Expression  Abdelkrim Amarni

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires