Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 10:29

Algérie - L’annee-commence-mal-pour-les-algeriens-hausse-generalisee-des-prix-des-produits-alimentaires

 

fruits-legumes.jpg

 

L’année 2011 s’annonce difficile pour les algériens. Les citoyens sont frappés par une hausse vertigineuse des produits alimentaires de base. Cette augmentation a touché tous les produits de première nécessité.

La hausse n’est pas minime puisqu’elle a atteint les 200 dinars pour certains produits. Une situation qui dure depuis plusieurs semaines et inquiète les ménages. D’autres augmentations ne sont pas écartées dans les jours à venir. Si les prix de la semoule et du lait sont subventionnés et ne bougent pas, les commerçants affichent des prix impraticables pour les autres produits alimentaires.

La bonbonne d’huile de table de cinq litres coûte 590 dinars alors que son prix s’était établi à 430 dinars il y a à peine quelques mois. Il en est de même pour le sucre dont les prix ont connu une nouvelle hausse imprévisible. Le kilo de ce produit de base dépasse ainsi les 105 dinars alors qu’il vient d’entamer une légère baisse depuis la dernière augmentation où le prix s’était établi à 95 dinars.

Le café n’est pas épargné par cette augmentation puisque le prix a augmenté de façon remarquable. Le beurre a été également touché par ce phénomène. La boîte d’un kilo de margarine dépasse les 155 dinars. Les légumes s’affichent à des prix exorbitants. Les lentilles sont proposées à 130 dinars, le riz est cédé à 105 dinars, les pois chiches à plus de 150 dinars.

Les pâtes alimentaires ne sont pas épargnées par la surenchère. Le paquet d’un kilo de spaghetti qui coûtait, il y a quelques semaines, entre 25 et 28 dinars, est désormais cédé à plus de 38 dinars au minimum, donnant ainsi l’impression que l’on fait face à une libre pratique des prix en dépit du fait que l’Etat subventionne le prix du blé.

Ce sont des paramètres qui ne donnent aucune justification à cette hausse, sachant que si cette augmentation touche les produits importés, les prix de beaucoup de produits fabriqués localement seront revus à la baisse en l’espace de quelques semaines.

Une tendance haussière

Les fruits et légumes n’ont pas connu de stabilité de prix depuis le mois de Ramadhan. La tendance vers la hausse continue de marquer les prix puisque la mercuriale laisse un goût amère pour beaucoup. Le kilo de pomme de terre est cédé à 45 dinars, les navets à plus de 80 dinars, la courgette à 85 dinars… «Oui, effectivement, tous les prix ont augmenté.

C’est la folie pour les produits locaux et même importés depuis plusieurs semaines», nous affirme le propriétaire d’une superette fort connue à Staouéli. Le même commerçant promet de nouvelles hausses. «Les prix sont encore appelés à augmenter et atteindre le 100% au courant des mois à venir», a-t-il encore ajouté sans donner plus de détails.

Cette tendance haussière a-t-elle engendré une baisse de la consommation ? «Oui, c’est visible. Avant, nos clients achetaient avec abondance lorsque les prix étaient abordables mais là, beaucoup font attention et se contentent de s’approvisionner en produits nécessaires uniquement», a ajouté notre interlocuteur.

Cette situation remet sur la table le dossier du pouvoir d’achat des citoyens algériens qui se fragilise du fait qu’il croule sous l’effet des hausses répétitifs des prix mais également de l’inflation, devenue un phénomène difficile à maîtriser. L’année 2011 s’annonce pourtant sous le signe de l’espoir et de la relance effective de l’économie mondiale où l’on table sur une bonne croissance,

Après une crise dont les effets ont été dévastateurs sur les économies de nombreux pays durant les trois dernières années. En Algérie, l’année 2011 commence comme a été clôturée celle qui l’a précédée, avec des perturbations chroniques du marché et des mauvaises nouvelles sur le couffin des simples ménages.

Source Le temps Nouria Bourihane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires