Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 03:44
 La guerre d’Algérie racontée par un Américain
 De-gaulle---alger-4-juin-1958
La période 54-62 vue par un historien américain est le sujet principal du livre. L’auteur analyse cette guerre de Libération en s’appuyant sur des documents historiques. Le cœur du sujet concerne la guerre diplomatique qui a prévalu à l’époque entre les Algériens, les Français et les “autres”.
“L’Arme secrète du FLN : Comment de Gaulle a perdu la guerre d’Algérie”, de son titre original “A Diplomatic Revolution : Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era”, est l’ouvrage de l’historien américain Matthew Connelly. Traduit par Françoise Bouillot (Édition Payot et Rivages, 2011), il vient d’être publié aux éditions Média-Plus (2012). Cet ouvrage de 508 pages perce les secrets de la révolution diplomatique algérienne, tout en apportant la “preuve” que l’indépendance a été arrachée de son répresseur.
À travers dix chapitres réalisés grâce à de minutieuses recherches (rapports et conférences de l’époque), l’auteur affirme que “c’est sur la scène internationale que les nationalistes ont livré leurs combats les plus décisifs”.

Et de préciser
: “Les Algériens finirent par rallier une majorité contre la France aux Nations unies. Ainsi vinrent-ils sur un président et un gouvernement obsédés par l’impact de la guerre sur leur réputation.”
Ainsi l’historien rappelle que la guerre d’Algérie était aussi diplomatique. “Le combat de l’Algérie pour son indépendance fut aussi une révolution diplomatique dans le sens conventionnel du terme, dans la mesure où il contribua à réorganiser les relations internationales”.
Outre, la partie “l’Algérie et le système international”, Matthew Connelly revient sur
“l’internationalisation de la question algérienne 1954-1956” qui révèle de nombreux volets de l’histoire, notamment :“De la conspiration à la guerre totale”, “Répression et réforme”, “Contrôle de la population et contre-insurrection”.
Pour ensuite aborder, entre autres, le sujet de “la guerre d’Algérie, une guerre mondiale
1958 à 1960”, avec des publications telles que “Décoder De Gaulle”, “Le FLN prépare sa riposte” et “Une diplomatie tous azimuts”. Pour conclure, “L’Algérie une question intérieure 1960-1962” en mettant en exergue une dernière alternative sur “Une paix multiculturelle”, “La République algérienne existera un jour” et “L’intégrité du territoire national de l’unité du peuple algérien”.
L’auteur américain s’est penché dans son écrit sur la manière avec laquelle la guerre algérienne a été perdue par les Français.
Il en a abordé plusieurs aspects en se fiant aux documents historiques qu’il a pu consulter. Il est à rappeler que Matthew Connelly est un professeur d’histoire à Columbia University.
Il est considéré comme l’un des historiens les plus doués de sa génération. Son livre a déjà reçu cinq prix depuis sa parution.
Source Liberté  Imène Amokrane
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires