Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 06:56

Réflexion sur la transition vers la formalisation

informel-algerie.jpg

 

La part de l’économie informelle ou ce qu’on appelle encore marché noir est reconnue pour être importante dans l’économie algérienne. Cette solution de l’urgence ne contribue que marginalement au développement social, à l’innovation technologique, à la compétitivité internationale d’un pays.

Une vraie gangrène qui s’est insidieusement faufilée dans tous les segments de l’économie et qui, sans mesures à même de la formaliser, continuera à tromper son monde, aussi bien ceux qui la pratiquent que le pays qui la subit, car elle prive ses travailleurs de la couverture sociale et les collectivités des retombées fiscales.

Pour tenter d’apporter des réponses aux questions qui se posent sur ce fléau et, surtout, de lui trouver des solutions idoines, un colloque international de haut niveau se tiendra demain à Alger, a-t-on appris auprès des organisateurs.

La thématique qui sera abordée n’est pas des moindres puisque ce rendez-vous, qui réunira des experts économistes et autres spécialistes, se propose de mener une réflexion sur la transition vers la formalisation. Organisé par le club CARE, en partenariat avec le ministère du Commerce, le colloque se tiendra sous le thème «L’économie informelle en Algérie : les pistes d’une transition vers la formalisation».

Selon les organisateurs, M. Hernando De Soto, une sommité mondiale sur la question de l’intégration des intervenants informels dans les sphères formelles de production, d’importation et de distribution, est attendu à ce rendez-vous.

Un rendez-vous dont l’importance n’est plus à démontrer, sachant le poids de l’économie informelle en Algérie et ses répercussions négatives aussi bien sur la population que sur le pays du fait qu’»elle exclut les travailleurs de la couverture sociale et prive les collectivités des retombées fiscales de l’activité», est-il souligné par les organisateurs.

S’appuyant sur des résultats réalisés par d’autres pays dans le cadre de leur combat contre l’informel, les présentateurs du colloque tiennent à noter que «les pays émergents ont accéléré ces dernières années l’intégration de leur secteur informel» et l’Algérie, à son tour, s’engage dans cette voie.

Une voie que le pays tente d’emprunter depuis quelque temps déjà, mais sans pour autant venir à bout de cet informel qui continue de faire saigner son économie. Pour en revenir au programme du colloque international, ses organisateurs indiquent qu’il combinera les expertises des pays voisins, du monde et des universitaires algériens.

Il sera inauguré par le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, et ambitionne de donner une impulsion nouvelle à la formalisation des activités non formelles en Algérie. Mais pour mener à bien cette mission de réflexion, les participants devront d’abord apporter des réponses, qui devront être par la suite notées dans un livre blanc, à de nombreuses questions : Pourquoi des entreprises préfèrent-elles la précarité de la zone hors loi à la formalisation ?

Le niveau des coûts de transaction dans un pays a-t-il une incidence sur le choix d’aller vers l’informel ? Comment amener les acteurs de l’informel à opter pour un retour vers l’économie institutionnelle ? Quel est le bilan des politiques d’intégration menées ailleurs dans ce but ? Comment les pouvoirs publics ont-ils conduit en Algérie la transition vers la formalisation ?

Source Le Jeune Indépendant T.Gacem

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires