Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 08:29

Youcef Yousfi tire la sonnette d'alarme

Youcef Yousfi

 

Le Premier ministre par intérim et ministre de l'Energie et des Mines souhaite une augmentation progressive et rationnelle des tarifs de l'électricité.

Intervenant au cours de la 18e journée de l'Energie tenue cette année sous le thème: «Une nécessaire transition énergétique pour garantir le développement durable», le Premier ministre par intérim, ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi, a prôné hier une augmentation des tarifs de l'électricité d'une manière progressive et rationnelle en tenant compte du pouvoir d'achat des citoyens.

Pour M.Yousfi, le citoyen «doit contribuer un peu plus à la facture énergétique» au fur et à mesure que son niveau de vie et son pouvoir d'achat augmentent, mettant l'accent sur la nécessité d'introduire davantage l'énergie dans les foyers. Le Premier ministre par intérim a relevé que la facture énergétique du pays «s'alourdit» d'année en année en raison d'une «hausse fulgurante» de la demande interne. En 2013, le facture énergétique du pays s'est élevée à près de 40 milliards (mds) de dollars, un montant appelé à doubler à l'horizon 2030, a indiqué le Premier ministre par intérim et ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi.

Il met en garde contre une hausse fulgurante de la demande nationale. Les tarifs d'électricité n'ont pas été augmentés depuis 2005 et doivent être revalorisés de 11% chaque année pour pouvoir financer les investissements liés à l'augmentation de la capacité de production de Sonelgaz, avait avancé le P-DG du groupe public, M.Nourredine Boutarfa. D'ici à 2020, Sonelgaz qui produit et distribue de l'électricité, aura besoin de 3.000 milliards (mds) de DA, soit 300 mds DA annuellement pour mener son programme d'investissement, alors que ses revenus annuels ne dépassent pas les 250 mds de DA.

Le déficit financier auquel a fait face le groupe en 2011 et 2012 a été comblé grâce à des crédits bancaires sur 20 ans, une mesure prise par le gouvernement et qui avait permis à Sonelgaz de maintenir ses investissements. «Nous avons consommé en 2013 l'équivalent de 55 millions de tonnes équivalent pétrole (tep), dont la valeur se situe entre 35 et 40 mds de dollars. En 2030, avec le taux de croissance enregistré ces dernières années nous allons plus que doubler notre consommation», a déclaré M.Yousfi au cours de la 18e journée de l'énergie organisée par l'Ecole nationale polytechnique.

Le plus inquiétant c'est que la demande pourrait doubler dés 2024 si la consommation de l'énergie continue à progresser de 7% par an, anticipe déjà le ministre de l'Energie. M.Yousfi a rassuré pour autant sur la sécurité énergétique du pays à long terme, en indiquant que l'Algérie va aller graduellement vers une transition énergétique qui sera adossée sur un modèle énergétique, assurant le développement des énergies renouvelables, l'économie de l'énergie et l'optimisation des énergies fossiles, appelant notamment à exploiter le gaz de schiste.

Dans son exposé détaillé sur la diversification du bouquet énergétique national, le Premier ministre par intérim a considéré que le recours de l'Algérie au nucléaire à long terme sera limité. «Il ne faut pas se faire d'illusions. Si (le recours) au nucléaire est nécessaire à long terme, il sera cependant limité.» «Quels que soient les efforts que nous allons faire dans dix ou quinze ans, nous ne pourrons avoir au mieux que 30% de notre consommation en électricité à partir des énergies renouvelables.

Pour l'énergie nucléaire, nous aurons peut-être notre première centrale à partir de 2025 ou 2030, faible en matière de capacité mais avec de nouveaux réacteurs beaucoup plus sûrs et consommant moins d'eau», a tenu à préciser le Premier ministre par intérim. En dépit de leur coût élevé, les énergies renouvelables vont figurer dans le pôle énergétique de l'Algérie de 2030, avec l'ambition de produire 12.000 MW d'électricité renouvelable à partir de cette date, a promis M. Yousfi.

Source L’Expression Salim Aggar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires