Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 06:53

J’suis pas un imbécile : je suis douanier !

fernand-raynaud-copie-1.jpg

J’suis pas un imbécile ! Moi, j’aime pas les étrangers ! Non !
Parce qu’ils viennent manger le pain des Français !
Oui ! J’aime pas les étrangers !
C’est vrai, c’est comme ça, c’est physique !
Et pourtant, c’est curieux, parce que, comme profession, je suis douanier ! Alors, on devrait être aimable et gentil avec les étrangers qui arrivent !
Mais moi, j’aime pas les étrangers !
Ils viennent manger le pain des Français !
Et j’suis pas un imbécile ! Puisque je suis douanier !
Je peux écrire ce que je veux sur des papiers, j’aurai jamais tort ! J’ai le bouclier de la Loi ! Parce que je suis douanier ! Je peux porter plainte contre n’importe qui, je suis sûr de gagner en justice ! J’suis pas un imbécile ! Je suis Français ! Oui ! Et je suis fier d’être Français !
Mon nom, c’est Koulakerstersky du côté de ma mère et Piazanobenditti, du côté d’un copain à mon père !
Dans le village où j’habite, on a un étranger. On l’appelle pas par son nom ! On dit : « Tiens ! v’là l’étranger qui arrive ! » Sa femme : « Tiens ! v’là l’étrangère ! » Souvent, j’lui dis : « Fous le camp ! Pourquoi qu’tu viens manger le pain des Français ? »Un étranger !...
Une fois, au café, il m’a pris à part. J’ai pas voulu trinquer avec lui, un étranger, dites donc ! Je vais pas me mélanger avec n’importe qui ! Parce que moi, j’suis pas un imbécile : je suis douanier !
Il m’a dit : « Et pourtant, je suis un être humain, comme tous les autres êtres humains, et... »
Évidemment ! Qu’est ce qu’il est bête, alors, celui ci !
« J’ai un corps, une âme, comme tout le monde... »
Évidemment ! Comment se fait il qu’il puisse dire des bêtises pareilles ! Enfin, du haut de ma grandeur, je l’ai quand même écouté, cette espèce d’idiot !
« J’ai un corps, une âme... Est ce que vous connaissez une race où une mère aime davantage, ou moins bien, son enfant, qu’une autre race ? Nous sommes tous égaux. »
Et là, j’ai rien compris à ce qu’il a voulu dire... Et pourtant j’suis pas un imbécile, puisque je suis douanier ! « Fous le camp ! Tu viens manger le pain des Français ! »
Alors, un jour, il nous a dit : « J’en ai ras le bol ! Vous, vos Français, votre pain et pas votre pain... Je m’en vais ! »
Alors, il est parti, avec sa femme et ses enfants. Il est monté dans un bateau, il est allé loin au delà des mers.
Et, depuis ce jour là, on ne mange plus de pain...
Il était boulanger !

Fernand Raynaud, 1975

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sagesse ! 22/12/2013 18:41











  












  


Juste pour sourire !
 
>



Un éléphant rencontre un boa pour la première
fois.
>
> Intrigué, il lui demande :
>  - "T'es bizarre comme
bestiole...
> Tu fais comment pour te déplacer ? T’as même pas de jambes!
>  - Et bien, c'est simple, je me déplace en
rampant...
>  - Ah ok...
!
>
> L'éléphant
commence à repartir mais encore intrigué il revient et demande au serpent :
>  - Excuse-moi, mais comment tu fais pour te reproduire ? T’as
pas de testicules...
>  - T'es chiant à la fin ! De quoi tu te mêles, je ponds des
ufs et je n'en ai pas besoin...
>  - Ah ok...
>
> L'éléphant
reprend son chemin mais il se retourne à nouveau vient s'asseoir devant le boa et lui dit:
>   - Je suis désolé de te déranger encore... Mais tu fais
comment pour te nourrir ? T’as pas de mains ?
>  - T’es vraiment chiant toi ! Je m'enroule autour du casse-croute. J'ouvre grand ma gueule comme
ça et
j'engloutis ma proie direct !
>





 








 









>  - Ok ... mais ... si j'ai bien compris
...








Tu
rampes...
> > T’as pas de
couilles...
> > T'as une grande
gueule.
> > Tu ne ferais pas de la politique par hasard
?
















Le Pèlerin 22/12/2013 18:55


Bonjour Sagesse, C‘est ainsi que je l’avais compris Cordialement, Le Pèlerin