Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 06:04

Un Européen sur la Lune ?

Le-module-Moonlander-Astrium-en-phase-d-alunissage-Astrium.jpg

 

Ça paraît incroyable, pourtant la décision pourrait être prise les 20 et 21 novembre lors de la prochaine réunion interministérielle de l'ESA. Première étape de cette mission au long cours: faire alunir en 2019 le module Moonlander, du groupe industriel Astrium.

Le module Moonlander, d'Astrium, en phase d'alunissage. Astrium

L'Europe va-t-elle finalement être la première à aller planter à nouveau un drapeau sur la Lune ? Peut-être...

Un-Europeen-sur-la-Lune.jpg

C’est en tout cas l’une des décisions qui vont devoir être prises lors de la prochaine réunion interministérielle de l’ESA (l’Agence spatiale européenne) qui se tiendra les 20 et 21 novembre, à Naples, en Italie par les ministres en charge des activités spatiales des 20 États membres (plus le Canada, pays associé).

Comme chaque année, l’objectif de cette réunion est pour les pays européens de se mettre d’accord sur les futurs programmes spatiaux de l’ESA et sur la participation de chacun aux programmes choisis.

Mais cette année, ce rendez-vous routinier a une saveur particulière, parce qu’un groupe d’industriels et de scientifiques pousse à la roue pour retourner… sur la Lune. Rien de moins.

L'atterrisseur Moonlander pourrait passer 6 mois sur la Lune pour préparer une future mission humaine

Le meneur du jeu est surtout le groupe industriel Astrium, qui a présenté récemment un projet d’atterrisseur lunaire ; le Moonlander. Pour cette première étape d’un programme à long terme, il s’agit d’alunir de manière totalement automatisée dans une région hostile, au pôle sud. Avant de se poser, la mission effectuera 88 orbites lunaires, qui lui permettront d’établir des cartes et d’attendre le « bon moment » pour alunir.

Une fois posée, la mission est prévue pour durer 6 mois à la surface sélène. Le Moonlander, qui sera alimenté exclusivement à l’énergie solaire, emportera à son bord un petit compagnon d’aventure : un petit rover qui partira à l’exploration. L’objectif avoué de cette étape est de préparer les technologies qui permettront à terme à un équipage européen de se poser de manière sécurisée sur notre satellite.

Si l’Europe prend la décision de gagner la Lune la semaine prochaine, le lancement serait prévu en 2019. Coût total estimé : environ 500 millions d’euros, qui retomberaient dans l’escarcelle des industriels impliqués dans les différents pays investisseurs.

Que vous inspire ce projet ? N'hésitez pas à nous laisser un commentaire pour nous le dire !

Source  Sciences et Avenir Sylvie Rouat

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires