Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:13

Ou comment une amitié séculaire peut se transformer en bourbier ?

algerie-maroc-copie-1.jpg

 

Jamais, au grand jamais, les dirigeants algériens et Marocains n’ont pu accorder leurs violons pour que les peuples frères puissent vivre en bonne intelligence, dans un monde de paix et de bon voisinage.

Les frontières entre les deux pays sont fermées depuis 1994 pour les raisons que tout le monde connait et que l’on rappelle à titre de mémoire : Le Roi Hassan II, suite à des attentats perpétrés au Maroc, a pris la décision unilatérale d’exiger des visas pour tout algérien qui souhaite se rendre au Maroc. En réponse ferme et énergique, le Président Lamine Zeroual a tout simplement appliqué la réciprocité et a rajouté, pour marquer son désappointement à la décision du Roi, la fermeture des frontières.

Depuis cette date, on a assisté à un ballet de bonnes-mauvaises nouvelles qui se sont propagées à travers les frontières. « Ouvrira, ouvrira pas », telle est la lancinante question que tout le monde se pose depuis 1994.

Et pourtant, il est rare de trouver un algérien qui n’a pas une relation avec un marocain. Les mariages mixtes sont légion et il serait intéressant de procéder à un recensement de la population concernée. On serait édifiés sur les rapports étroits qui existent entre les algériens et les marocains qui ne sont  en fait qu’une seule et même communauté.

On ne doit surtout pas oublier la solidarité du père de Hassan II, le regretté Mohamed V qui a permis à la résistance algérienne de s’installer au Maroc et d’y établir une base sérieuse de repli, d’approvisionnement de notre révolution.

Le problème a pris naissance en 1975, année où l’Espagne s’est résignée à abandonner enfin les territoires sahraouis, années où le Roi Hassan II n’a pas trouver mieux que d’initier une marche verte qui a vu déferler sur les territoires sahraouis de millions de sujets marocains.

Depuis cette date, les rapports n’ont jamais été au beau fixe entre les pays.

Et pourquoi, deux pays frères sont dans une situation ubuesque qui fait de notre frontière, un rempart indécent entre deux pays musulmans qui n’a comme équivalent dans le monde que la frontière entre les deux Corées ?

Le blocage ne peut avoir comme seule explication que le rêve de quelques pays de voir une véritable guerre sévir entre les deux pays. Sinon, comment expliquer qu’une résolution des Nations Unies n’a pas pu trouver une application sur le terrain ? Les pays, pourfendeurs d’armes n’ont qu’un seul rêve : qu’une guerre éclate entre les deux pays frères.

Ces pays, pour ne pas les nommer, la France, avec tous ses dirigeants qui possèdent pour la plupart des Riads au Maroc, Les Etats Unis, gendarme patenté du monde moderne, et la Grande Bretagne, fidèle suiveur du maître, ne voudront jamais d’une frontière ouverte et paisible entre les deux pays. Ajoutez à cela la tranquillité des pays européens qui trouvent, avec une frontière fermée, hermétique, un rempart contre l’immigration clandestine et vous comprendrez bien qu’il est hypothétique de prédire une ouverture des frontières pour très bientôt.

Et voilà qu’un simple match de football, important par les conséquences du résultat sportif (qualification pour la coupe d’Afrique), ravive les rancœurs injustifiées entre deux pays frères.

Source bahdja.com Badreddine Benyoucef

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires