Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 06:12

Après les déclarations d’Angela Merkel  - Le fond du débat

angela-merkel.jpg

 

Le penseur allemand Goethe, en 1810, écrivait : “J’ai une grande estime pour la religion prêchée par Mohammed parce qu’elle déborde d’une vitalité merveilleuse. Elle est la seule religion qui me paraît contenir le pouvoir d’assimiler la phase changeante de l’existence – pouvoir qui peut la rendre attractive à toute période…

J’ai prophétisé sur la foi de Mohammed qu’elle sera acceptable à l’Europe de demain.” Cette vision éclairée est perdue de vue. Le débat sur l’Islam en Europe dérape.

Que se passe-t-il ? Même si tous les Européens ne confondent pas Islam et fanatisme, on constate un emballement inquiétant.

Des responsables politiques, notamment de pays qui ne sont pas quittes avec leur passé et qui devraient être vigilants, opposent abruptement les valeurs des lumières ou les valeurs chrétiennes à celles de l’islam.

Pourtant, la civilisation musulmane, issue du troisième rameau monothéiste et de la culture gréco-arabe, les partage. Ces valeurs furent bafouées par le colonialisme, les totalitarismes et aujourd’hui, les non-croyants dogmatiques. Les discriminations que subissent des citoyens européens musulmans, la politique du deux poids, deux mesures, l’impunité d’Israël en Palestine de par la mauvaise conscience des Européens perturbent le lien Islam-Occident.

Il faut mettre fin au fantasme de la citadelle assiégée. Nous avons le devoir d’éduquer à l’acceptation de la diversité. Les préjugés, de part et d’autre, doivent disparaître. L’immense majorité des musulmans accepte la critique sans limite et nul ne peut nier que se posent pour tous les peuples des problèmes d’articulation entre unité et pluralité, “d’intégration” pour une minorité et que des fondamentalismes soient visibles, mais l’heure est grave. Les polémiques virulentes qui traversent tous les courants politiques au sujet des citoyens européens musulmans sont alarmantes.

La responsabilité est partagée

Il est temps de faire triompher l'amitié, de mettre fin au populisme érigé en politique officielle. Le malentendu persistera, tant qu’on n'aura pas extirpé la principale racine du problème : la méconnaissance. Musulmans, chrétiens, juifs, humanistes, apprenons à nous connaître et faire notre examen de conscience. La responsabilité est partagée. Est une hypocrisie que l’empressement avec lequel des responsables européens condamnent des actes islamophobes et antisémites, alors qu’ils procèdent d’un climat de défiance auquel ils ont contribué. Des fondamentalistes crient à l’offense alors qu’ils ont déformé l’image de l’islam.

L’amplification de la peur, l’exploitation avec cynisme des dérives des fondamentalistes jettent l'opprobre sur tous les musulmans. La propagande du choc des civilisations gagne du terrain. Le rejet des musulmans stigmatisés n’est plus un épiphénomène, mais une diversion aux impasses du système dominant. La question de l'intégration est utilisée à des fins électoralistes. Ce n’est plus le radicalisme qui est dénoncé. Les références fondatrices, le Coran et le Prophète (Qsssl)  sont attaqués. La xénophobie, d'une part, et l'intégrisme, d'autre part, déforment l’image de l’islam, alors qu’il professe le refus de toute idolâtrie et le respect des différences.

Que peut faire le citoyen européen musulman pour empêcher la confrontation nuisible pour tous ?

Il doit s’engager avec les hommes de bonne volonté pour la reconnaissance de l’altérité. Comme celles de l’antisémitisme, les causes de l’islamophobie sont anciennes : l’ignorance, les situations de crise, des stratégies d’invention d’un bouc émissaire et les fondamentalismes. Les leçons d’Hanna Arendt, juive allemande, semblent être oubliées : “Le premier pas sur la route qui mène à la domination totale consiste à tuer en l’homme la personne juridique…”

Le citoyen musulman est visé comme nouvel ennemi. Il doit faire son autocritique.

Le vivre ensemble

Il s’agit de ne pas tomber dans les provocations, de reprendre confiance, de passer du refus des amalgames à l’énonciation de voies pour le vivre ensemble. Premièrement, prendre la parole pour contribuer au discernement, malgré le verrouillage des champs médiatiques. Se démarquer des courants agressifs qui nuisent à ce qu’ils croient défendre, en montrant que le fondamentalisme est l’anti-Islam et l’antihumanisme.

Deuxièmement, s’engager en politique. Œuvrer aux côtés de ceux qui défendent les causes justes. C’est avec les démocrates que l’avenir sera préservé. Ce qui est en jeu c’est la démocratie, pas seulement le sort des musulmans. L’Islam réintroduit le débat de fond, celui sur la question du sens et de la justice, dans une société qui a besoin d’équilibre car malgré les prodigieux progrès technoscientifiques, se profile la déshumanisation.

C’est l’ère de la dégradation intellectuelle, du recul du droit, crise de la modernité européenne et de la tradition sclérosée en Orient. Cependant, risques et opportunités s’entremêlent. Les peuples sont confrontés au risque et à la mise en demeure de se dépasser : “Là où il y a danger, là aussi croît ce qui sauve”, dit le poète allemand Hölderlin. Les citoyens européens de confession musulmane sont au confluent des périls et des opportunités.

Troisièmement, compte tenu du choc des ignorances, il est vital d’introduire l’enseignement du fait religieux, de la civilisation et de la langue de l’autre dans les établissements scolaires, et les animateurs cultuels doivent être formés à la langue et aux cultures du pays.

Quatrièmement, le dépassement des faux clivages est vital. Rassembler est la tâche de l’heure. Le droit d’exprimer collectivement la foi doit être protégé, sans agir de manière outrancière, afin de réduire le communautarisme.

Cinquièmement, se rendre compte que les mauvaises interprétations de nos sources nourrissent le sentiment antimusulman. Ceux qui s’attachent à la gestuelle et réduisent la foi à des aspects rigides se trompent. L’’intégrisme est un contre-exemple de l’Islam. Les signes extérieurs ne sont pas la loi religieuse. Des bricolages exégétiques renforcent le refuge contestataire. Mais il y a des croyants sincères qui recherchent l’approfondissement de leur foi.

Par des paroles justes, des actions réfléchies, le souci du dialogue, on sera au rendez-vous de l’histoire. Être musulman c’est être pieux, juste et logique, ligne civilisée et médiane. Des citoyens de confession musulmane, au chômage, notamment les jeunes, souffrent. Il est impérieux de les écouter, en leur offrant une formation. Il ne s’agit pas de survivre, ni de se renier, mais de vivre avec les autres et d’accepter l’évolution de l’identité.

Durant des siècles, la coexistence entre des populations aux parcours culturels différents caractérisait le Bassin méditerranéen. Les dérives ne peuvent occulter la réalité. Les musulmans d’Europe participent sans complexe à la vie de la cité. Ils prouvent leurs qualités et n’ont aucun problème à vivre avec les non-musulmans. Ils savent que leur religion fonde la sécularité et la vie sous la forme du savoir. Le philosophe allemand Hegel dans Leçons écrit : “Les sciences et les connaissances, en particulier celles de la philosophie, sont venues des Arabes à l’Occident ; une poésie noble et une imagination libre ont été allumées auprès des peuples germaniques...”

Il n’y a aucune opposition de principe entre les civilisations. Ce n’est pas seulement à “l’autre” de s’adapter. Nous refusons l’arrogance avec laquelle on parle du musulman, comme s’il était susceptible de n’accéder à la dignité que s’il s’occidentalise sans conditions. Nous escomptons des responsables européens, le sens de la clairvoyance afin que le débat sur le vivre ensemble ne soit pas dévié. De la pertinence de la réponse dépend l’avenir du monde.

Source Liberté Mustapha Chérif*

Le Pèlerin

(*) Mustapha Chérif est membre du Forum mondial islamo-catholique

Partager cet article

Repost0

commentaires

Seddik 08/11/2010 21:15



Bonsoir , l'article de Mustapha Cherif est lumineux ! mille mercis, il faut préciser qu'il n'a jamais été membre du parti hamas algérien, jamais , c'est une personnalité indépendante qui oeuvre à
presenter le vrai visage de l'islam , contre tous les extrémismes et milite pour le vivre ensemble ! On lui souhaite bon courage et de la baraka ..



Le Pèlerin 09/11/2010 05:23



Salut Seddik


Je n'ai jamais prétendu le contraire, et son article me semble pétri de bon sens et
d'humanisme, je vais faire le tour des commentaires, voir où cela coince, éventuellement recontacter les personnes, si je le peux...


Je vous remercie pour ce commentaire et vous ferai part des suites que je donne à ce blog
ou à un éventuel commentaire litigieux


Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mes blogs


Cordialement,


Le Pèlerin


 



Mustapha Cherif 08/11/2010 16:44



En réponse au poste de "Amigo" une clarification importante de ma part :


 


Comment pouvez vous avancer un tel énormité, je n'ai jamais été militant du partis Hamas que vous citez. La prochaine fois, vérifiez vos informations. Depuis toujours, je lutte contre
l'extrémisme sous toutes ses formes et l'instrumentalisation de la religion. Quant aux causes de l'islamophobie et des problèmes de nos sociétés, je suis claire dans mon texte, la
responsabilité est partagée. Il faut arrêter la haine de soi et discerner. Car vous aussi vous confondez l'islam et les dérives dont sont responsables des régimes ou des
groupes obscurantistes. Ce que la majorité des musulmans refuse, se sont les amalgames et les stigmatisations. 


Le sentiment anti musulman est injustifiable quelques soient les causes.



Le Pèlerin 09/11/2010 06:27



Bonsoir Mustapha,


Je vous remercie pour votre article que j’ai repris sans en toucher un mot


Quant aux commentaires, dois je brider les commentaires…la question est posée


Peut être y a-t-il un malentendu


Je vais faire le tour des commentaires, voir où cela coince, éventuellement recontacter la
ou les personnes, si je le peux...


Je connais personnellement la personne…un Algérien qui a écrit ce commentaire c’est un
homme de qualité dont j’apprécie le raisonnement…Je vais le solliciter….


Je vous remercie pour ce commentaire et vous ferai part des suites que je donne à ce blog
ou à un éventuel commentaire litigieux


Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mes blogs


Cordialement,


Le Pèlerin


 



sala 29/10/2010 21:55



La question de la religion est aujourd'hui instrumentalisée pour des objectifs strétégiques! On est pas là pour se confronter à ce que l'Islam ou le christianisme ou encore le judaïsme sont
compatible ou non avec la modernité! Je pense que chacun est libre d'interpréter sa vision en déhors des clichés ou stéréotypes conçus à l'avance!


 Cette campagne anti-islam aujourd'hui est à mettre en rapport avec les suites des explosions du 11 septembre, que des "stratèges" de l'ombre ont initié pour des visées occultes! Il fallait
appeler à l'entraide et à la coéxistence pacifique entre les religions, notamment les religions monothéistes! à défaut à chacun sa liberté de choisir sa religion en dehors des
contraintes!


 amicalement!



Le Pèlerin 31/10/2010 08:10



Salut
Sala


Tes propos respirent le bon sens


Tu sais que mes articles, pour la plupart, je les pêche dans
les Quotidiens algériens….Bon cela étant j’éviterai de parler religion, d’autant plus que c’est quelque chose que je respecte


Je me contenterai d’évoquer les manquements éventuels aux
libertés et particulièrement à ceux de la femme


Il y a tant d’autres choses à dire et à faire pour faire
avancer le « Schmilblic »


Je te salue mon cher Sala


Je te souhaite le meilleur


Et vive le NAHD


Cordialement ?


Henri



Amigo 26/10/2010 22:32



Monsieur Mustapha Cherif, vous avez été respectivement militant du mouvement islamiste algérien HAMAS (partisan d’une oumma islamia),
ministre de l’Enseignement supérieur puis ambassadeur et maintenant vous passez votre temps à prêcher la belle parole. Vous le faites bien et c’est temps mieux pour vous, mais sachez que ce que
vous écriviez relève beaucoup plus du théorique!


 


Dans les faits,
c'est-à-dire dans la vie de tous les jours qu’est ce qu’il y a au juste ? Il y a un islam qui dans sa version juste ou mal interprété pose de sérieux problèmes EN
occident. Parmi
ces  problèmes il y a notamment celui de son incompatibilité avec la notion d’égalité entre les sexes donc avec la démocratie, notion si chère à
l’occident. Je peux énumérer un tas d’exemples confortés par des versets coraniques et des hadiths. A l’opposé, posons nous la question du christianisme  en « terre d’islam », est-il possible de construire une église en Algérie, en Arabie Saoudite, au Yémen, en Afghanistan, au Nord Soudan … ? La
réponse est non !  Et pourtant en occident quant il s’agit de bâtir une mosquée, à la moindre hésitation de l’administration, des voix
(musulmanes) s’élèvent pour dénoncer l’islamophobie, le racisme et je ne sais quoi encore des occidentaux. Monsieur Mustapha Chérif, il faut à mon avis solder les comptes chez nous, le reste
viendra de lui-même. L’islam dans sa pratique actuelle est une source d’intolérance, regardez le nombre de groupes qui se prétendent tous de l’Islam et qui s’entretuent. Existe-t-il quelqu’un en
Algérie qui oserait introduire dans les programmes scolaires le fait que Saint Augustin est un algérien et qui a beaucoup travaillé pour l’Algérie ? Non ! et pourtant c’est une vérité
historique que vous-même, vous n’êtes pas prêt  à enseigner à vos enfants. Passe sur le judaïsme pratiqué par nos ancêtres avant l’avènement du
christianisme et dont les manuels scolaires ne font guère allusion etc etc etc …… ce n’est pas de l’intolérance ça ?  L’Europe ou bien les pays
européen ont leurs cultures, leurs us, leurs religions, ils les défendent non pas contre l’Islam mais beaucoup plus contre le comportement de certains  musulmans que nous même nous n’arrivions plus à supporter. Cordialement   



Le Pèlerin 27/10/2010 07:33



Salut Amigo,


Voilà un propos des plus cartésiens…Cela sent la rigueur et le bon sens…Mais voilà tout le
monde ne vit pas dans le pays de Descartes….


Je te le dis tout net la religion ce n’est pas ma tasse de thé..Je crois en quelque chose
…Je respecte….et basta…


Ce qui me révolte par contre c’est le manquement à la liberté


Je comprends tout à fait que l’on ne passe pas d’une société fondée sur des valeurs passées
à une liberté qui pourrait choquer bien des individus les plus sages mais pas forcément axés sur la raison


Laissons le temps au temps; des liens se tisseront et la communication aidant tout le monde
y trouvera son compte….


C’est une question de temps


Mais tu sais que le temps n’a pas d’emprise sur l’Algérien


Quant à la fête du miel, j’ai passé l’article le 25


Je te salue l’Ami


Merci pour l’intérêt que tu portes à mon blog


Amicalement


Le Pèlerin



abdoucaba 26/10/2010 16:29



Tout ce qui est dit dans cet article est vrai.Mais tous nos gesticulations ne feront pas changer le cours des choses.Dieu a déja accompli sont projet et la destinée de toutes choses .Notre époque
n'est rien dans l'échelle du temps . Donc si guerre il y a,les ennemies de notre religion n'ont et n'auront affaire qu'a Dieu. Et LUI! La guerre! IL ADORE. Dans le coran,Il nous enseigne le
passée et nous dit que nous n'étions pas là.Nous seront aussi absents du futur. Le monde aura une fin.Chaque individu ne devra répondre que de ce qu'il aura fait du miracle de sa vie. Cela veut
dire que la seule grande guerre à mener,consiste à nous aménager une place paisible pour l'éternité.La meilleur guerre à faire est d'essayer de vivre,soumis à Dieu. Cela est tres difficile.Il ya
des contraintes qui viennent de Dieu lui même;Mais il nous enseigne comment les contourner et mériter ses paradis. Il y a les religions et ce que les hommes en font. Notre religion est bien plus
gangrenée en interne que par la culture occidentale .L'islam n'est pas arabe,ni noir ni blanc.Les musulmans du monde devraient etre solidaires et éviter d'utiliser l'islam à des fin
existentialistes ou idéologiques.Chacun d'entre nous se suffit à lui même comme adversaire.On convaincra mieux le monde par notre attitude.Les autres laissons les avec Dieu...



Le Pèlerin 27/10/2010 07:40



Salut Abdoucaba


Je n’ai pas envie de rentrer dans un débat théologique


Je te le dis sans détour la religion ce n’est pas ma tasse de thé...Je crois en quelque
chose …Je respecte….et c’est tout


Ce qui me révolte par contre c’est le manquement aux libertés, du culte, de la femme
entr’autres


Je comprends tout à fait que l’on ne passe pas d’une société fondée sur des valeurs passées
à une liberté qui pourrait choquer bien des individus les plus sages mais pas forcément axé sur la raison


Laissons le temps au temps; des liens se tisseront et la communication aidant tout le monde
y trouvera son compte….


C’est une question de temps


Merci pour l’intérêt que tu portes à mes blogs


Cordialement


Le Pèlerin