Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 21:43

Al-Qaïda au Maghreb islamique annonce avoir exécuté l'otage français

Michel-Germaneau.jpg

 

Le chef de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi) a annoncé l'exécution de l'otage français Michel Germaneau dans un enregistrement sonore diffusé dimanche soir par la chaîne Al-Jazira, affirmant qu'elle intervenait en représailles à une opération militaire soutenue par Paris.

La présidence française, qui a convoqué une réunion d'urgence pour lundi, a indiqué qu'elle n'avait "pas de confirmation" de l'exécution de son ressortissant, âgé de 78 ans, enlevé au Niger en avril.

"Nous annonçons avoir exécuté l'otage français dénommé Michel Germaneau samedi 24 juillet pour venger nos six frères tués dans la lâche opération de la France", aux côtés des forces mauritaniennes contre une unité d'Al-Qaïda, a déclaré le chef de l'Aqmi, Abou Moussab AbdelWadoud, dans l'enregistrement.

Samedi, un responsable français avait annoncé que des militaires français avaient participé le 22 juillet à un raid de l'armée mauritanienne dans le désert malien contre un groupe de l'Aqmi, en pensant avoir localisé l'otage.

Cette opération s'est soldée par un échec, l'otage n'étant pas présent dans le camp de l'Aqmi attaqué par les commandos français et des unités mauritaniennes, attaque au cours de laquelle plusieurs jihadistes ont été tués, tandis que d'autres sont parvenus à s'enfuir.
Nicolas "Sarkozy a échoué à libérer son compatriote par cette opération mais il a, sans aucun doute, ouvert pour lui, pour son peuple et pour son pays l'une des portes de l'enfer", a encore déclaré le chef de l'Aqmi dans l'enregistrement diffusé par Al-Jazira et dont l'authenticité ne pouvait être vérifiée à ce stade.

"La preuve que nos actes suivent nos paroles (...), nous annonçons avoir exécuté l'otage français", a ajouté Abou Moussab AbdelWadoud, également connu sous le nom d'Abdelmalek Droukdel.

Plus tôt dans la journée, au Mali, des sources au sein des services de sécurité et de renseignement avaient assuré à l'AFP que l'inquiétude était à son comble sur le sort du Français, impliqué dans l'action humanitaire.
"Depuis l'enlèvement de notre compatriote, les ravisseurs, en dépit des efforts des autorités françaises, ont refusé tout dialogue et n'ont formulé aucune revendication précise", a pour sa part affirmé dimanche le ministère français des Affaires étrangères.
Les ravisseurs de M. Germaneau avaient diffusé le 14 mai une photo où il paraissait très fatigué et un appel à l'aide de l'otage au président français Nicolas Sarkozy.

Le 12 juillet, M. Sarkozy avait fait part de sa "brûlante inquiétude".

La veille, Aqmi avait publié un message à l'attention de la France dans lequel il menaçait de tuer l'otage sous 15 jours si Paris ne répondait pas à ses demandes.

Michel Germaneau était détenu par une cellule d'Aqmi dirigée par l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd, décrit comme "violent et brutal", qui avait déjà exécuté, il y a 13 mois, un otage britannique, Edwin Dyer, enlevé six mois auparavant.

Londres avait refusé de céder aux exigences d'Aqmi, qui réclamait des Britanniques qu'ils oeuvrent à la libération de plusieurs membres de l'organisation prisonniers dans des pays du Sahel.

Ces mêmes exigences avaient été formulées par Aqmi -qui détient également deux otages espagnols- en échange de la libération de Michel Germaneau.

Source Le Parisien.fr / AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires