Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 07:02

Deuxième édition des «Entretiens de la Méditerranée» : A la recherche d'une vision commune upm2.jpg

 

La deuxième édition des «Entretiens de la Méditerranée» aura lieu les 25 et 26 mai en Tunisie. Une rencontre entre politique, entrepreneurs et experts pour agiter des idées dans un contexte où l'UPM continue de susciter le scepticisme. L'Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED), en collaboration avec l'Institut arabe des chefs d'entreprise et l'Institut européen de la Méditerranée (IEMed), organise, les 25 et 26 mai à Hammamet, en Tunisie, les Entretiens de la Méditerranée. C'est la deuxième édition, la première s'étant tenue les 12-13 juin 2008 à Barcelone, avec 250 participants. Le thème de l'édition 2010 sera «Pour une vision commune de la Méditerranée: stratégie, projets et financements». Tout un programme pour un évènement qui intervient moins de deux semaines avant le sommet de l'UPM, prévu à Barcelone le 7 juin prochain, et qui s'annonce pour le moins difficile. Le constat de ce contexte délicat du sommet a été fait, à la fin du mois d'avril, par la Commission des affaires étrangères du Parlement européen qui a appelé à un «nouveau souffle» pour l'UPM qui doit passer par un «engagement historique» des chefs d'Etat et de gouvernement de doter les projets de fonds «à la hauteur des enjeux» et de solidifier les institutions du processus. Les députés européens ont d'ailleurs signé une résolution qui relève les «limites» de la politique de voisinage et préconise une «approche globale». Outre certains aspects institutionnels, les députés européens ont préconisé un «renforcement considérable» des moyens destinés à l'UPM dans les perspectives financières 2014-2020 et la création d'une banque euro-méditerranéenne d'investissement et de développement. L'idée avait été déjà défendue par l'IPEMED, qui a veillé à ce que l'objectif des Entretiens de la Méditerranée soit de «rapprocher par l'économie les deux rives de la Méditerranée». La démarche consiste à réunir les «principaux acteurs et décideurs du monde politique, de l'expertise et des entreprises de la région» des deux rives. L'occasion de soumettre les analyses à discussion et sortir avec des «recommandations opérationnelles à l'attention des décideurs politiques de la région».

Le second objectif est de réunir dans un même lieu les réseaux professionnels de la Méditerranée. Les Entretiens de la Méditerranée sont d'abord une rencontre des chefs d'entreprises des deux rives qui ont ainsi l'occasion de partager des «diagnostics et de formuler des projets concrets». Ils permettent d'assurer une connexion entre les entreprises, les politiques et les experts universitaires. Les Entretiens veulent s'inscrire sur le «temps long», car seule «une activité soutenue par des travaux de grande ampleur et inscrits dans la durée permet d'anticiper et d'entreprendre les transformations nécessaires à un développement durable en Méditerranée». Les «Entretiens de la Méditerranée» devraient être l'occasion de discuter des moyens de stimuler les investissements dans la région et d'aller vers l'harmonisation des cadres législatifs et institutionnels au sein de l'espace euro-méditerranéen. Des ateliers scientifiques sur les stratégies et perspectives de développement de la région méditerranéenne seront animés par des experts des deux rives (Tunisie, France, Italie, Belgique, Maroc, Espagne, Algérie). On abordera également la «convergence économique en Méditerranée», «la mobilité professionnelle» et «le green business». «Comment faire émerger la Méditerranée en tant que région à part entière, en regard des autres grandes régions du monde, en tenant compte des potentialités dont elle dispose, mais également des limites qui la caractérisent ?». C'est l'un des questionnements avancés pour ces Entretiens de Méditerranée. La quête de la «vision commune» devra sans doute aborder les questions qui fâchent. Les épreuves et les souffrances sans fin subies par les Palestiniens braquent les opinions du Sud et rendent difficile l'élaboration d'une vision commune.

Source Le Quotidien d’Oran Saâdoune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

F


Le Moyen orient est-il l'unique cause du blocage du processus UpM et, avant lui, du processus de Barcelone. Le sujet est sérieux pour qu'il soit
facile et raisonnable de le négliger. "Nous n'avançons pas dans une vide politique" , reconnaissent ceux qui pensent ne traiter que du "technique".  


Le dialogue euroméditerranéen n'est sans doute pas le cadre adéquat pour
aborder ce dossier, un des plus délicats à traiter dans le contexte de la politique internationale. Et que peut-on faire en l'absence des USA ?  L'UE n'est pas encore en mesure de répondre
 aux attentes de pays à la recherche d'un partenaire crédible et qui a les  moyens de faire respecter sa parole et ses
engagements.


Si le Moyen Orient n'est pas la seule cause des retards et du piétinement actuel, quelles seraient les autres causes ?
Il nous semble que c'est la conception même du processus euroméditerranéen (de Barcelone à l'UfM) qui est à réexaminer. La volonté politique est vague, incertaine. Il ne peut en sortir que des
montages institutionnels difformes. Le processus de Barcelone avait fini, à force de bricolage, par ressembler à la célèbre cathédrale de Gaudi, complexe et inachevée. L'UfM ne ressort pas de
cerveaux plus lucides.  Il va sans doute devoir passer d'une logique de coopération à une logique d'intégration avec les contraintes qu'elle impose aux pays concernés, au nord comme sur la
rive sud. Ce concerne aussi bien l'économique, le social que le politique, y compris la démocratie et l'Etat de droit. Je vous invite à lire  


http://www.medafri...s/show.php?id=1290
http://www.medafri...s/show.php?id=1190  



Répondre
L


Bonsoir Fathi


Le sujet mérite réflexion


Je vais d'abord lire les deux articles concernes avant de te répondre


Je te remercie pour l'intérêt porté à mes blogs


Cordialement,


Le Pèlerin


 



M


J'ai validé trop vite,


Bonne journée



Répondre
L


A+ donc


Henri



M


Il est évident que l'UPM n'a aucun avenir tant que subsistera la guerre au moyen orient. NS n'a pas compris, ou ne veut pas comprendre, que notre partenariat doit d'abord se faire avec nos
voisins du maghreb, déjà mettre à la même table Algérien et Marocains est compliqué, alors mettre les Lybiens et les israêlien relève du miracle.


Mais sans doute que l'UPM convient davantage à la mégalomanie de notre Président bien aimé et que les combines électoralistes laissent plus de place à Lionnel Lucas qu'à Stéphane Hessel.



Répondre
L


Salut Michel


Ton raisonnement semble logique...mais il faudra bien que l'on ait la paix l'un de ces
quatre...C'est la raison pour laquelle je reste optimiste...


Amicalement,


Henri