Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:36

Economie - La Grèce, point d’entrée chinois en Europe

grece.jpg

 

 

’est tout un symbole et peut-être même un événement qui fera date dans l’histoire de la mondialisation. En visite en Grèce en début de semaine, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a annoncé que des armateurs grecs vont acheter des navires construits par des chantiers navals de son pays. Six bateaux sont déjà en commande, dont deux cargos et un tanker. De plus, Pékin prévoit aussi la création d’un fonds de 5 milliards de dollars pour offrir des facilités de paiement à ces mêmes armateurs. Un contrat comme les autres ? Pas si sûr…

Une première qui fera date

Pour bien comprendre la portée politique de cet accord commercial, il ne faut pas oublier que la Grèce est loin d’être tirée d’affaire sur le plan financier. Avec une situation budgétaire précaire, un front social tendu en raison de l’austérité imposée par le gouvernement et cela, en plus d’une économie qui tarde à redémarrer, ce pays n’est pas à l’abri de nouvelles difficultés pour rembourser sa dette. Pour de nombreux économistes, la Grèce demeure d’ailleurs le maillon faible de la zone euro, même si l’attention se porte actuellement sur l’Espagne (le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz vient de conseiller au gouvernement Zapatero de préparer la sortie de son pays de l’union monétaire…).

Alors que l’Union européenne continue à faire preuve d’une extrême dureté à l’égard d’Athènes en contrepartie de son aide financière, le geste chinois qui consiste à offrir des crédits pour les armateurs grecs est loin d’être neutre. La Chine se pose ainsi en alternative, voire en ultime recours en matière de financement. Du coup, cela fait même écho aux rumeurs datant du début de cette année qui annonçaient que le gouvernement Papendréou avait lancé un appel d’urgence à Pékin pour obtenir un prêt de plusieurs milliards de dollars afin de pouvoir rembourser sa dette extérieure. On ne sait pas si la Chine va renflouer les caisses grecques mais il est certain que ce pays entend profiter de la situation pour mettre un pied dans un secteur stratégique de la zone euro, à savoir le transport maritime.

Car, pour la Chine, la mondialisation, ce sont aussi des ports et des navires. Là où ses intérêts commerciaux sont en jeu, ce pays met toujours en place une stratégie qui consiste à contrôler des ports afin de veiller à ce que le flux de ses marchandises exportées ou importées ne soit pas perturbé. C’est le cas par exemple dans l’Asie du Sud-est où l’expansion chinoise est allée de pair avec la construction de nouveaux ports ou la modernisation d’installations existantes.

En Grèce, la Chine a déjà obtenu l’exploitation de deux quais du port du Pirée pour une durée de trente-cinq ans. Elle vient maintenant de convaincre les armateurs grecs de lui acheter ses bateaux. La conclusion est évidente : la Grèce sera probablement l’un des points d’entrée maritime chinois en Méditerranée et dans le Sud-est de l’Europe.

Et au sud de la Méditerranée ?

On peut se demander quels seront les ports d’Afrique du Nord qui joueront un rôle comparable. Pour mémoire, la Méditerranée n’est qu’une mer de passage pour la presque totalité des bateaux qui transitent par le canal de Suez. Dans ce flux, une place est à prendre pour jouer le rôle de relais et de point de débarquement de marchandises destinées à être transportées par des navires plus petits qui caboteront le long des côtes de la Méditerranée du nord. Dans cette perspective, le port de Tanger marque des points, même si la concurrence d’Algesiras est rude. Quant aux ports algériens, ils demeurent hors course malgré un positionnement régional stratégique.

Source Le Quotidien d’Oran Akram Belkaid, Paris

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires