Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 10:21

Elle a investi plus de 15 milliards de dollars en 2012

La-Chine--voit-grand.jpg

 

L'Algérie est sur les tablettes des Chinois qui veulent surtout investir dans le domaine agricole.

Qui arrêtera l'avancée du monstre chinois dans le monde? Des pays, des continents risquent d'être engloutis par cette avancée inexorable du géant asiatique qui vient casser sa tirelire. Les investissements directs chinois en Afrique ont dépassé 15 milliards de dollars en 2012 notamment dans les secteurs du transport, des télécommunications, de la gestion des eaux, de l'électricité, ainsi que dans le réseau routier et les infrastructures. Depuis 2007, deux tiers des fonds destinés à la construction de nouvelles infrastructures proviennent de Chine.
L'Algérie est sur ses tablettes. En plus de l'énergie, la Chine est aussi intéressée par le domaine agricole.
Il y a quelques jours, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa s'est entretenu au siège de son département avec le vice-ministre chinois de l'Agriculture, Niu Dun, qui a effectué une visite de travail de quatre jours en Algérie. L'entretien a porté notamment sur les voies et moyens de renforcer la coopération algéro-chinoise dans le domaine de l'Agriculture et le Développement rural, ainsi que l'échange d'expériences. La visite de M.Niu Dun en Algérie «est une opportunité pour passer en revue les relations de coopération dans le domaine de l'Agriculture et du Développement rural entre les deux pays et d'examiner les possibilités de leur renforcement et de leur diversification», précise le ministère de l'Agriculture.
Hier, c'était autour du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques.
Sid Ahmed Ferroukhi, de recevoir au siège de son département le vice-ministre chinois de l'Agriculture. Selon un communiqué du ministère, l'entretien a porté sur les voies et moyens de renforcer la coopération algéro-chinoise dans le domaine de la pêche et des ressources halieutiques ainsi que l'échange d'expériences.
Les deux parties ont convenu d' «identifier les axes et les moyens à mettre en oeuvre en vue de rehausser ce niveau de coopération aux aspirations voulues par les deux pays». «Le volet humain sera pris en charge à travers des activités de formation» afin de développer des activités économiques en commun», conclut le communiqué. Elle a directement investi dans 152 nouveaux projets en Afrique au cours des cinq dernières années. Jeremy Stevens, économiste du groupe de Standard Bank, a indiqué dans un rapport que le renouvellement et la maintenance des infrastructures coûtaient à l'Afrique près de 100 milliards de dollars chaque année et que la Chine était devenue un partenaire très important pour l'Afrique. Par ailleurs, la participation des entreprises chinoises dans la construction d'infrastructures en Afrique crée de nouvelles opportunités pour les secteurs bancaire, immobilier et éducatif du continent. Sur fond de crise économique mondiale, la Chine est progressivement devenue le nouveau moteur de croissance de l'Afrique où elle se pose en tant que principal investisseur dans le secteur des infrastructures. Le cabinet d'audit Ernest & Young a même fait état du potentiel d'attraction de l'Afrique en 2013 étant donné que le taux de croissance des projets d'investissement des pays émergents a dépassé 20,7%, contre 8,4% pour les pays développés. Le manque d'infrastructures en Afrique constitue un obstacle à la croissance sur le continent qui compte environ 90.000 km de chemins de fer, soit 1/20 de la longueur des chemins de fer européens. La plupart des pays africains connaissent des pénuries d'électricité et moins de 60% de la population africaine a accès à l'eau potable. Depuis l'établissement en 2000 du Forum de coopération sino-africain, les deux parties ont placé la construction des infrastructures au centre de leur coopération. Malgré la récession de l'économie mondiale, la valeur des nouveaux contrats de chantiers à l'étranger signés par la Chine s'est élevée à 156,5 milliards de dollars en 2012, soit une hausse de 10% par rapport à 2011.
Le gouvernement chinois continue de soutenir et d'encourager la participation des entreprises chinoises dans la construction d'infrastructures en Afrique et met l'accent sur la coopération en matière de technologies et de gestion en vue d'aider l'Afrique à renforcer sa propre capacité de développement.
La Chine a par exemple installé des pipelines et construit des raffineries afin d'aider des pays comme le Soudan, le Tchad et le Niger à se doter d'une industrie pétrolière complète.

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires