Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 00:41

Rashida Manjoo l’a déclaré hier avant son départ d’Algérie - Violences contre les femmes : “Des progrès restent à faire”

femmme algerienne rurale

 

La rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes, Rashida Manjoo, n’a pas pu rencontrer les femmes travailleuses à Hassi-Messaoud, qui ont été frappées en avril-mai derniers. Alors que sa visite a été annoncée à grande pompe par les pouvoirs publics et relayée par les médias, l’invitée de l’Algérie n’a trouvé aucune des victimes sur les lieux et a dû se contenter des “représentants de la société civile”. “Je ne veux pas me déclarer maintenant (sur les victimes de Hassi-Messaoud, ndlr), mais c’est une question de justice”, a-t-elle commenté, lors d’une conférence de presse, organisée hier, au siège de l’agence officielle APS. Mme Manjoo a toutefois promis de poursuivre son “enquête” sur ces femmes violentées, afin de se faire une idée “objective” des évènements produits. La rapporteuse de l’ONU a également remarqué “l’absence de salle” pour rencontrer les membres de la société civile. Dans ce cadre, elle a indiqué avoir visité des associations disposant d’un siège, “sinon on va à l’hôtel”. En visite de travail en Algérie du 1er au 10 novembre 2010, Rashida Manjoo a tenu, hier, à apporter des clarifications sur sa mission dans notre pays. Elle a ainsi fait savoir qu’elle n’est “ni fonctionnaire de l’ONU ni payée par une ONG ou un gouvernement quel qu’il soit”. Quant à sa mission en Algérie, Mme Manjoo a précisé qu’elle a été “invitée en tant qu’expert indépendant, ce qui sous-tend ma légitimité et ma crédibilité”. Elle a néanmoins ajouté que “cette invitation reflète l’engagement de l’Algérie à respecter ses obligations internationales”. Sur le registre des facteurs ayant généré des “blessures”, elle a fait référence à la guerre de Libération nationale et à “la décennie noire qui s’est distinguée par l’instrumentalisation de la religion”. “Le passé est extrêmement douloureux et tout récent”, a soutenu la conférencière, en plaidant pour “un vivre ensemble”.  Trois ans après la mission de la précédente rapporteuse, Mme Manjoo a recommandé une “démarche multidimensionnelle” pour briser le silence sur les violences faites aux femmes et faire disparaître “l’invisibilité” de ce phénomène. Une démarche qui s’appuie, entres autres, sur “le dialogue social”, “le partenariat” entre l’État et la société civile, “plus d’études et de statistiques” des 2 parties et “l’adoption d’une législation (adéquate) pour combattre la violence”. Elle a “salué” la création d’un centre national d’études, d’information et de documentation sur la famille, la femme et l’enfance, ainsi que la transformation du ministère délégué chargé de la Famille et de la Condition féminine en un ministère. Elle a également soutenu les politiques adoptées pour la protection et la lutte contre les violences faites aux femmes, de même que la mise en place de programmes de lutte contre la discrimination à l’égard des femmes. “En dépit de ces avancées, des progrès restent à faire”, a cependant déclaré la représentante de l’ONU, en rappelant que la volonté affichée par l’État algérien “exige des mécanismes institutionnels” et devrait même aller dans le sens de l’application de la Convention internationale sur l’élimination des formes de discrimination contre les femmes (Cedaw), qui “exige que l’égalité soit formelle et réelle”. “Je reconnais que l’Algérie s’est distinguée dans la promotion du genre”, a concédé Rashida Manjoo, proposant de renforcer “la prise en compte de toutes les manifestations de violences à l’encontre des femmes et des jeunes filles”.

Source Liberté Hafida Ameyar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires