Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 00:01

Airbus au ralenti

Aéronautique. Louis Gallois, le patron d'EADS, n'a pas exclu, hier, lors du salon de Dubaï, des baisses de cadences dans les usines d'Airbus en 2010. Les sous-traitants ont déjà subi les effets de la crise cette année.
C'est l'effet retard de la crise. Jusqu'à présent l'aéronautique avait été épargnée par la crise mondiale. Airbus n'a pas subi d'avalanches d'annulations (voir infographie ci-dessous) comme le redoutaient certains. Les livraisons se maintiendront au même niveau que l'an dernier, voire atteindront les 490 unités (contre 483 en 2008). Dans la foulée, EADS a annoncé hier à l'occasion de la publication de résultats que « sur un marché difficile, le groupe maintient son estimation du nombre de ses nouvelles commandes brutes, à 300 appareils en 2009 »… alors que seules 123 ventes ont été enregistrées depuis janvier. Il faudra donc un tour de force pour engranger autant de commandes avant le 31 décembre. Mais si ces chiffres paraissent flatteurs compte tenu de la crise, ce n'est pas l'avis de plusieurs sous-traitants (lire ci-dessous) qui ont déjà ressenti la décélération.
Baisse des cadences en vue
De son côté, Airbus prépare les esprits à une année 2010 bien plus difficile. Déjà Tom Enders a fait visiter l'A380 lors du salon aéronautique de Dubaï.
AFP Enders, PDG d'Airbus, avait déclaré dans une interview à « La Dépêche du Midi » le 2 novembre : « Nous avons déjà ralenti la production de l'A320 en passant de 36 avions par mois à 34. Nous examinons divers scénarios à 32, 30 et même 28 ». De son côté, le niveau de production de ses long-courriers A330 et A340 qui sont assemblés à Colomiers est resté figé à 8,5 avions par mois. Initialement, la cadence aurait dû passer à 10 par mois d'ici 2010.
Des propos qui ont été confirmés, hier, par Louis Gallois, président d'EADS à l'occasion du salon aéronautique de Dubaï. « On peut être amenés à des ajustements de production. On ne peut pas l'exclure » a-t-il déclaré. Et Tom Enders a fait visiter l'A380 lors du salon aéronautique de Dubaï.
AFP Enders, a renchéri en prévoyant deux années encore difficiles pour l'industrie aérienne à cause de la crise mondiale et donc pour les constructeurs. Compte tenu de l'inertie de l'appareil industriel, il faut au moins quatre mois à Airbus pour baisser ses cadences.
John Leahy, le directeur commercial plus au contact des clients, est plus optimiste : « Les compagnies ont cessé de reporter leurs livraisons », un bon signe que le patron des ventes veut interpréter comme un signal de reprise en 2010.
Région : les sous-traitants touchés
En Midi-Pyrénées, l'euphorie de 2008 a laissé place à l'inquiétude cette année. C'est l'effet paradoxal : les livraisons d'Airbus ne baissent pas cette année mais les sous-traitants d'Airbus traversent actuellement une période difficile pour ne pas dire noire.
« j'ai réduit mes effectifs de 50 % ! »
Certains fournisseurs de rang 1 qui ont vu leurs commandes s'effondrer notamment à cause des difficultés de Dassault dans l'aviation d'affaires ou du Brésilien Embraer, ont rapatrié en interne le maximum de charges industrielles qu'ils sous-traitaient jusqu'à présent. « Du coup, nos carnets de commandes ont aussi plongé, m'obligeant à me séparer de 50 % de mes effectifs ! » raconte un chef d'entreprise près de Cornebarrieu. à ce phénomène s'ajoute aussi un déstockage massif de la part des grands donneurs d'ordre. Ils ont arrêté de produire des pièces et ont préféré livrer des pièces déjà en stock.
Résultat : les carnets de commandes sont parfois tombés à zéro du jour au lendemain. « Je pensais qu'arrivés au mois de novembre tous les stocks seraient épuisés obligeant les donneurs d'ordre à repasser commande, mais rien n'arrive », témoigne ce jeune chef d'entreprise qui a déjà utilisé « toutes les marges de manœuvre » pour amortir la crise. « ça fait des mois que j'ai dû mettre fin aux missions d'intérim et que je n'ai pas renouvelé les CDD. Les prochaines étapes risquent d'être plus douloureuses… » s'inquiète-t-il.
Le cas de ce petit patron, qui fait de l'usinage et du traitement de surface de pièces aéronautiques, n'est pas isolé. Dans une enquête publiée en octobre dernier, le cabinet KPMG et la CGPME de Midi-Pyrénées faisaient état d'une baisse des carnets de commandes dans l'industrie, de 60 % dans notre région. Un ralentissement qui a aussi affecté d'autres sous-traitants travaillant notamment dans l'ingénierie et certains bureaux d'études.
Dubaï n'est plus le salon des records
Le salon aéronautique de Dubaï démarre en douceur. Rien à voir avec la précédente édition, en 2007, où on avait assisté à une véritable avalanche de commandes. 540 appareils avaient été vendus pour un montant de 155,5 milliards de dollars ! Ces dernières années, ce sont les compagnies aériennes de la dynamique région du Golfe qui ont acheté jusqu'à plus soif des appareils que ce soit durant le salon du Bourget ou celui de Dubaï. Désormais rassasiées, elles sont moins acheteuses.
A380 : nouvelle commande en vue
De bonnes nouvelles sont toutefois venues garnir le carnet de commande d'Airbus. Ainsi la compagnie Ethiopian Airlines a confirmé une commande portant sur douze A350 XWB à Airbus, portant à 505 exemplaires le nombre de ventes pour le futur long-courrier. Par ailleurs, la compagnie Air Austral, basée sur l'île de La Réunion, serait en négociations finale pour acquérir deux A380 dans une version encore inédite de plus de 800 passagers. Pour l'instant, Airbus n'a vendu que des versions de 525 sièges.
La semaine dernière, le voyage de François Fillon au Vietnam avait permis de finaliser un accord de principe pour l'achat de quatre A380 à la compagnie Vietnam Airlines. C'est un nouveau client pour le super jumbo, chose qu'Airbus n'avait pas réussi à réaliser depuis 2006.
Par ailleurs, l'avionneur régional ATR qui a son siège à Toulouse a conclu hier la vente de quinze appareils à la compagnie indonésienne Wings Air.
Zoom - EADS plonge dans le rouge à cause d'Airbus
A l'occasion de la publication de ses résultats sur les neuf premiers mois, EADS a révélé que ses comptes ont plongé dans le rouge. Le groupe européen a en effet annoncé une perte de 87 M€ au troisième trimestre contre un bénéfice de 679 M€ un an plus tôt. C'est Airbus qui fait ralentir le moteur EADS car l'avionneur enregistre sur ce troisième trimestre 24,6 milliards d'euros de prises de commandes contre 88,7 milliards l'an dernier. Par ailleurs, les incertitudes sur les programmes A380 et A40 M empêchent EADS de prévoir un chiffre d'affaires net pour 2009.
Enders désamorce un conflit syndical
Par ailleurs, hier le siège d'Airbus confirmait hier que Tom Enders et Fabrice Brégier avaient envoyé une lettre pour inviter tous les syndicats à se réunir demain à Toulouse pour trouver une sortie de crise dans la composition du comité européen. FO, majoritaire chez Airbus, s'est en effet fait évincer de la coprésidence au profit d'un syndicaliste anglais.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires