Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 08:14

Parade populaire et grand spectacle à l’ouverture

Tlemcen-vue-depuis-le-plateau-lalla-setti.jpg

 

«Notre message est que l’Etat promeut un Islam de paix et de dialogue d’ouverture, de savoir, de beauté et de créativité au moment où certains Etats tentent de stigmatiser l’Islam dans le monde», a déclaré, hier, Khalida Toumi.

C’est demain vendredi que s’ouvrira la manifestation Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011 et ce par une parade populaire qui partira du Palais de la justice (nouveau) à Tlemcen, en passant par la place de la Victoire et la rue du 18-Février. Suivra, le lendemain, l’ouverture officielle au mont Lala Seti en présence du président de la République Abdelaziz Bouteflika, et plus de 80 ambassadeurs accrédités en Algérie.

La parade populaire nous apprend-on, sera constituée de 22 camions chars en référence à l’Islam et les thèmes de l’influence de ce dernier sur la culture, matérielle et immatérielle, à travers l’histoire et la civilisation musulmane.

L’architecture, les inventions, les découvertes dans tous les domaines de la science à savoir, la médecine, la physique, les mathématiques, l’astrologie, et ses influences sur l’humanité et son évolution...

Ont participé à l’exécution de cette parade populaire, plus de 33 artistes spécialisés dans le domaine du dessin et de la sculpture, la plupart sont diplômés des beaux-arts, près de 35 artisans algériens, plus de 50 artistes étrangers de différentes spécialités, 10 infographes algériens, plus de 20 techniciens algériens spécialisés du son et de l’audiovisuel, et plus de 500 personnes composant les différentes troupes folkloriques.

Ce sont 596 artistes aussi qui y prennent part entre chanteurs, acteurs, danseurs, dessinateurs etc. «Tlemcen écho de la foi» est une production théâtrale énorme qui marquera l’ouverture officielle. Elle réunira un grand nombre d’artistes algériens venus de tous les coins du pays.

Différents volets de la culture y sont représentés, tels que le chant, la comédie, la chorégraphie, la scénographie, et des effets visuels. Cette création artistique prend en considération les étapes les plus importantes de notre histoire, à commencer par celle de Tlemcen avant l’Islam.

Ce spectacle met en valeur le mélange des deux cultures musulmane et berbère, qui a eu des conséquences profondes sur tous les volets aussi bien culturels, scientifiques, sociaux, architecturaux, aboutissant à faire entrer la région dans le concert des civilisations.

Ce travail artistique reflète également la poursuite des conquêtes musulmanes jusqu’en Andalousie et le travail civlisationnel entrepris par les musulmans dans cette partie du monde traduit par l’expansion de la religion musulmane au détriment des autres religions. Le spectacle se terminera par une série de tableaux ayant trait à l’Algérie d’aujourd’hui.

Genèse de l’événement

Les capitales culturelles régionales, un concept né lors de la Conférence mondiale sur les politiques culturelles, organisée par les Nations unies au Mexique en 1982, représentent un moyen d’encourager et de valoriser le dialogue culturel entre les peuples.

L’Organisation islamique de l’éducation, les sciences et la culture (Isesco) a proposé un projet de programme pour les capitales culturelles islamiques, adopté lors de la 3e session du Conseil ministériel de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), tenue en 2001 à Doha (Qatar).

La 4e Conférence des ministres de la Culture des pays musulmans, tenue à Alger en 2004, a invité les Etats membres à proposer des villes parmi lesquelles l’Isesco élit tous les trois ans des capitales pour représenter la culture islamique, dans la région arabe, en Afrique et en Asie.

A l’issue de cette session, la Conférence a programmé des villes pour être capitales culturelles jusqu’en 2014. L’expérience des capitales de la culture islamique a débuté en 2005 avec La Mecque comme première capitale de la culture islamique.

Aux côtés de Tlemcen, Djakarta (Indonésie) a été retenue, en 2011, pour représenter l’Asie et Conakry (Guinée) la région Afrique. L’Algérie s’est portée candidate avec Tlemcen, l’une des plus anciennes cités de l’Ouest algérien, pour abriter l’édition de 2011 de la manifestation dont le lancement national, à la mi-février, a coïncidé avec la célébration du Mawlid Ennabaoui.

Khalida Toumi: «L’Islam c’est le savoir»

Lors d’une conférence de presse donnée en février dernier, la ministre de la Culture, Khalida Toumi, avait indiqué que cet événement culturel représentait une occasion «précieuse pour l’échange et le dialogue avec l’Autre».

Elle avait également relevé que Tlemcen a été élue capitale de la culture islamique en raison de sa longue histoire et de ses joyaux architecturaux représentant la plupart des époques islamiques.

Hier encore au micro de la journaliste Souhaila Hachemi de la radio Chaîne III, la ministre de la Culture a réitéré son engagement et sa détermination pour faire de cette manifestation un succès nonobstant dit-elle «le faible budget attribué qui n’est pas élastique» soulignant que son ministère est «le secteur le plus pauvre du gouvernement».

La Tunisie et l’Egypte, qui viennent de changer de gouvernement, seront présentes à l’ouverture a-t-elle affirmé. Elles seront à côté des 27 autres pays de l’Isesco et 12 Etats non-musulmans. A cet effet, sept nouvelles infrastructures seront inaugurées et réceptionnées aux côtés des 22 monuments et sites qui ont été restaurés.

Sept autres monuments le seront aussi après 2012 et d’autres durant l’année. Khalida Toumi, qui fait de la culture son cheval de bataille contre «l’ignorance en action», a expliqué que cette manifestation tombe à point nommé au moment où certaines formations politiques et certains Etat tentent de stigmatiser l’Islam dans le monde.

«Notre message est que l’Etat promeut un Islam de paix et de dialogue d’ouverture, de savoir, de beauté et de créativité.»

Aussi note-t-on, ce sont 48 productions cinématographiques qui sont programmées cette année, en plus de 19 pièces de théâtre, de nombreux colloques et une dizaine d’expositions.

Source El Watan O. Hind

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires