Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 11:10

Post révolutions : faut-il laisser les peuples «arabes» voter ?

contestation dans le monde arabe

 

C'est l'un des dilemmes discrets des élites : faut-il laisser le peuple voter au nom de la démocratie ou sauver la démocratie en interdisant au peuple de voter ? Vieille équation algérienne, aujourd'hui égyptienne par exemple. Pour ce pays, le piège est total : avec des élections libres, on libère le Diable, pas la liberté. Pour la nouvelle constitution, les Frères musulmans ont joué sur le sentiment religieux du bon peuple : ainsi les «masses» ont voté «oui» pour cette charia bis. Les élites généralement économiques et culturelles, de classes moyennes, celles qui font de l'argent et les valeurs et la plus-value, sont contre. Elles sont la minorité.« Que voulez-vous qu'il advienne lorsqu'on laisse les illettrés décider d'une constitution qu'ils ne savent même pas lire ? » s'écriera une femme égyptienne face à des caméras. Sauf que cela s'appelle la démocratie : les peuples qui votent. Oui, sauf que le vote d'un PDG d'entreprises qui emploient des milliers de travailleurs est plus important que celui d'un village entier qui ne fabrique rien que de la mastication.
Sauf que l'avis d'une majorité n'est pas raison et que celui d'une minorité n'est pas un tort, aussi. Les élites dans le monde dit « arabe » ne le disent pas à haute voix mais le pensent de plus en plus ouvertement : laisser voter des gens qui ne calculent pas le poids de leur acte, qui manquent de conscience et de culture, qui sont nés et sont longtemps restés morts sous les dictatures, des peuples culturellement démissionnaires, fatalistes, formatés à la religion de la défaite et au populisme, laisser ces gens voter est un tort. Ils ne peuvent faire que le choix de leur ignorance et ne peuvent élire que les pires qui leur promettent le paradis après la mort, pas avant. Mais la question de conséquence sera pire : à quoi bon faire une révolution contre une dictature si ce n'est pour donner le droit de vote au peuple, justement ?
D'autres préconisent une autre voix : éduquer le peuple, réformer les écoles et les têtes, séculariser la religion, réformer l'Islam, pousse les gens à prendre conscience de leurs actes et de la distinction à faire entre religion et gestion de la cité et de la liberté, avant de leur donner le droit de vote. Sauf que c'est exactement ce que disent et disaient les dictatures. Chez nous, Bouteflika l'a souvent répété dans ses discours épistolaires: la démocratie cela s'apprend, culturellement on n'y est pas prêt et il faut donner du temps au temps. A la fin, on vote mal ou mollement ou pas du tout et on a des Belkhadem au bout de la chaîne de fabrication ou des fils d'ex-ministre qui possèdent des centre commerciaux et vont des virements par des banques d'îles lointaines en employant des suisses de couverture à Alger.
Résumons : il ne faut pas donner la démocratie à des peuples qui ne savent pas voter (position des régimes dits de dictature pédagogique). Deux : il faut chasser les dictateurs qui empêchent les peuple de choisir leur destin (position des révolutionnaires : peuple et élite et islamistes confondus). Trois : les peuples ont le droit de voter contre les élites car c'est la loi de la majorité contre la minorité et c'est la démocratie (Position des islamistes pour qui la démocratie est comme le chameau: on peut le monter, le traire, le manger, s'y abriter, s'en vêtir, l'élever mais jamais hésiter à l'égorger ou le vendre ou l'acheter). Quatre : il ne faut pas laisser des peuples qui ne savent pas voter, voter contre la démocratie justement (position des élites post-révolution ou post-guerre civile à l'algérienne). Cinq ? C'est justement ce que je disais, dit le régime et le dictateur. Six : il ne sert à rien de faire la révolution si c'est pour revenir à ce que je disais, dit encore le régime. Sept : il faut faire la révolution dans les mentalités, les cultures, les esprits et les écoles avant de chasser le dictateur, dit une partie de l'élite qui essaye de trouver une solution. « Cela ne sert à rien puisque justement le régime contrôle les écoles, la religion, les esprits, le espaces publics », lui répond l'autre partie qui ajoute « cela prend des siècles et on n'a qu'une vie ».
A la fin, l'on se demande : le principe est bon et beau, mais la question remet en cause l'un des acquis de la fin du moyen-âge de l'Occident : le vote direct et massif. Voter est-il bon pour ceux qui ne savent pas voter ? La Démocratie est-elle permise pour ceux qui la tuent démocratiquement ? Peut-on choisir démocratiquement une dictature ou le contraire ? Les réponses sont toujours terribles à ce genre de questions. Cela conduit à tuer ou à massacrer ou à voler ou à se libérer. C'est selon. La solution s'impose pourtant : trouver un moyen pour que tous votent, mais que certains votent plus que d'autres. Mais là aussi : qui sera le grand électeur et qui sera le petit électeur ? Celui 0qui fait le plus de prières ? Celui qui a les armes ? Celui qui a des entreprises ? Celui qui a fait la guerre de libération ? Celui qui n'a jamais volé ?
D'ailleurs l'autre question est : quand la moitié d'un peuple s'abstient lors d'une élection, le résultat légitime est-il dans l'abstention ou dans les urnes
?

Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires