Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:00

Algérie - Une réduction timide due à la non-importation de blé dur

port alger commerce

 

La facture des importations alimentaires de l’Algérie s’établira entre 5 et 5,2 milliards de dollars en 2010, contre 5,4 milliards en 2009 et 8 milliards en 2008, selon les prévisions du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa.

Cette légère baisse est due principalement à la réduction des importations céréalières depuis 2009. «Il y a eu une baisse parce que nous n’avons pas importé de blé dur depuis avril 2009», a-t-il expliqué sur les ondes de la radio Chaîne III. Le ministre a annoncé néanmoins que l’Office algérien interprofessionnel des céréales, principal importateur public, a importé cette année pour 700 à 800 millions de dollars, en plus des importations des opérateurs privés. Au total, la facture céréalière du pays s’est établie autour de 1,5 million de dollars durant l’exercice en cours. Interrogé sur les perturbations enregistrées dans la filière lait, le ministre a affirmé que la solution est dans la collecte du lait cru. Il a ajouté que le nouveau dispositif de développement de la production nationale en lait pasteurisé conditionné (lait en sachet) va dans ce sens, c’est-à-dire l’intégration maximale du lait cru. Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé en septembre dernier permettant aux différentes laiteries d’intégrer le nouveau dispositif proposé par les pouvoirs publics pour le développement de la production locale. Au total, 139 laiteries ont retiré les cahiers des charges mais seulement 118 ont déposé leurs candidatures parmi lesquelles 111 ont été retenues, a indiqué le ministre.

Il a annoncé néanmoins que 69 laiteries sur les 111 retenues dans le cadre de ce nouveau dispositif se sont engagées à faire de la collecte de lait cru. Les unités restantes (42) ont un moratoire jusqu’à la fin de septembre 2011 pour intégrer ce dispositif de développement de la production nationale. «D’ici là, elles bénéficieront toujours de la poudre de lait subventionnée, mais pas dans la même proportion habituelle», a-t-il déclaré

Les 111 laiteries retenues vont conclure des partenariats avec l’Office national interprofessionnel du lait concernant l’approvisionnement en poudre de lait et la production de lait en sachet. Selon le ministre, la consommation des Algériens en lait a atteint 4 milliards de litres en 2009 sans compter les dérivés laitiers. Toujours dans le cadre de la promotion du lait cru, le ministre a affirmé que l’importation des vaches laitières est passée de 1 200 en 2008 à 24 000 en 2010.

Concession de terres agricoles : plus de 70 000 dossiers déposés.

Concernant la nouvelle loi sur le foncier agricole relevant du domaine privé de l’Etat, le ministre a indiqué que sur les 218 000 exploitants agricoles concernés par cette loi, plus de 70 000 ont déposé leur demande de conversion du droit de jouissance en droit de concession.

Le ministre s’est réjoui de cette affluence des agriculteurs qui s’est produite avant même la publication du texte d’application de cette nouvelle loi au Journal officiel, en précisant que la date butoir pour le dépôt des dossiers a été fixée pour février 2012. Cette loi qui consacre le droit de concession, pour une durée de 40 ans renouvelable, comme mode de gestion des terres du domaine privé de l’Etat, permet de sécuriser les agriculteurs et de préserver la vocation agricole des terres.

Source Le jeune indépendant Z.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires