Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 00:07

La fibre optique en France, ça en est où ?
fibre-optique-copie-1.jpgFibre optique

La fibre optique, cela fait bien longtemps que les français en entendent parler, mais le nombre de foyers raccordés à cette technologie est encore bien restreint. Peut-on espérer enfin avoir une connexion en fibre optique cette année ? Quelles sont les différentes technologies proposées par les opérateurs ? Nous faisons le point sur cette technologie qui traîne quelque peu les pieds sur notre territoire.
Introduction
Internet est un média jeune, mais qui grandit à toute vitesse. La preuve ? Les vitesses de connexions ont été multipliées par presque cent en moins de vingt ans. Modem 56K, Câble, ADSL… La suite ? Le très haut débit, utilisant la plupart du temps la fibre optique.
Les promesses de la technologie sont alléchantes : 100 Mb/s (soit environ 12 Mo/seconde) en download et en upload, de la haute définition à tous les étages et des offres triple play (TV-Téléphone-Internet) de plus en plus alléchantes. Mais aujourd’hui, le calendrier de déploiement reste incertain.
Deux technologies s’opposent
Les choses évoluent, lentement, mais elles évoluent. À l’heure actuelle, cinq fournisseurs d’accès proposent des abonnements très haut débit utilisant la fibre optique : Orange, Free, Numéricable, Darty et SFR-Neuf.
Au 30 juin 2009, on recensait environ 230 000 abonnés au très haut débit : 180 000 utilisant la technologie FTTLA (Fiber To The Last Amplifier soit, en français, fibre jusqu'au dernier amplificateur) de Numéricable et 50 000 le FTTH (Fiber To The Home ou fibre jusqu'au domicile) proposé par Free, Orange ou encore SFR-Neuf.
Précisons que FTTLA correspond à un lien 100% fibre qui arrive jusqu’au pied de l’immeuble, mais auquel l’utilisateur final est raccordé via un câble coaxial classique. C'est actuellement la norme la plus répandue à travers le monde pour le très haut débit.
Le FTTH, quant à lui, reste théoriquement plus performant puisque le chemin parcouru jusqu’à l’abonné est constitué exclusivement de fibre optique. Il offre 1 gbit/sec de débit, contre 100mbits/sec pour le FTTB. C'est donc cette technologie, plus intéressante à long terme, qui est utilisée par Free ou Orange. Son déploiement est, en revanche, beaucoup long et couteux.
Monofibre ou multifibre, quelles conséquences ?
Les FAI semblent relativement peu pressés d’étendre leur accès à la France entière malgré les promesses. France Telecom (Orange, donc), prévoit tout de même un investissement record sur la fibre d’ici à 2015. L’opérateur historique affirme, en effet, vouloir investir deux milliards d’euros dans le très haut débit. Un changement de cap radical, Orange ayant jusqu’à présent freiné cette technologie à cause d’un différend avec les autres opérateurs. Mais très récemment, le 23 février dernier, l’Arcep a joué son rôle d’arbitre en validant les règles qui définissent la mise en place de la fibre sous la norme FTTH.
En résultent une plus grande souplesse et la favorisation de la multifibre défendue par Free. Plus coûteuse à mettre en place que la monofibre, la multifibre permet cependant une meilleure qualité de connexions et une plus grande ouverture à la concurrence. Sa rivale, la monofibre, soutenue jusqu'à présent par France Telecom, force en effet les FAI à se partager la bande passante d'un seul et même "tuyau", alors que la multifibre permet à chaque opérateur de disposer de son propre câblage. Bref, voilà une réelle avancée dans l’accès au très haut débit, le nombre de foyers raccordés à au moins deux opérateurs ayant stagné à 5000 jusqu’à présent
Des régions dans le flou total
D’une manière générale, les FAI promettent d’accélérer les choses dans les années à venir et espèrent démocratiser le haut débit sur l’ensemble du territoire. Des promesses contrôlées par l’Arcep (l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes). L’organisme estime en effet à 4,5 millions le nombre de foyers situés à proximité d’un réseau de fibres optiques. De même, plus de 700 km de câbles sont désormais installés, hors agglomération parisienne. Le progrès est réel, comparé aux 300 km recensés fin 2008.
Mais l’on constate cependant que les disparités entre les régions sont grandes. Si les grandes agglomérations commencent à se voir équipées fortement en fibres, certains départements sont définitivement mieux lotis que d’autres. Sans surprise, l'Ile de France arrive largement en tête des régions les mieux équipées, quel que soit le FAI. A contrario, des départements pourtant très peuplés comme les Bouches du Rhône bénéficient surtout du soutien de SFR-Neuf pour les réseaux FTTH. Vous souhaitez savoir si la technologie est disponible chez vous ? Le mieux est de vous adresser aux opérateurs ou consulter le site Déploiement fibre.
Cette situation devrait cependant évoluer dans les années à venir. Free nous a, par exemple, précisé qu’il vient d’inaugurer des réseaux FTTH à Montpellier et Valenciennes. Numéricable, quant à lui, nous affirme que son réseau très haut débit reste le plus accessible, quelle que soit la région. Une affirmation à vérifier sur le site du fournisseur.
Au niveau européen
Ce qui est, en revanche, certain c’est que la France est à la traîne par rapport à beaucoup de ses cousins européens. Champions incontestables de l’accès à la fibre optique, la Suède et la Norvège affichent respectivement 10,9 et 10,2 % d’abonnés au très haut débit en juin 2009, d’après une enquête réalisée pour le FTTH Council Europe (http://www.ftthcouncil.eu). Viennent ensuite la Slovénie, Andorre, le Danemark et l’Islande. Loin, très loin derrière, la France ne se classe même pas dans le top 10, avec un taux d’équipement de moins de 1%. D’une manière générale, rares sont les grands pays d’Europe à être massivement présents sur le très haut débit. Il faut attendre la 11e place pour trouver l’Italie et ses 1.5% de pénétration. Ces maigres résultats sont cependant à relativiser, étant donné la faible population des pays en tête. Globalement, on constate que l’Europe est largement derrière les États-Unis et la Chine, avec « seulement » 2 millions d’abonnés à la fibre pour 13 millions de foyers raccordables.
Comment expliquer ces mauvais chiffres ? Sans doute par le fait que nous sommes en pleine période de transition. L’ADSL étant désormais bien implanté, la mise en place de son successeur coûte cher pour des résultats encore peu perceptibles pour le consommateur
Source Tom’s guide
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires