Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 23:04

Algérie – pénurie de lait en sachets

lait-en-sachet.jpg

 

La filière lait en Algérie vit-elle une énième crise ? La question est au centre de toutes les discussions, depuis qu’une certaine tension est ressentie sur le lait en sachet. Chez les professionnels du secteur, on impute cette situation au «déficit» en poudre de lait. L’Office national interprofessionnel du lait (Onil) est de nouveau pointé du doigt.

Les propriétaires des laiteries privées invoquent de nouveau la question de «restriction » en approvisionnement en lait de poudre. Si bien qu’un bon nombre de laiteries de l'ouest, du centre et de l'est du pays auraient épuisé tout leur stock de poudre de lait. Certaines sont même à l'arrêt depuis quelques jours, ce qui a induit vraisemblablement la tension sur le lait en sachet ces jours-ci. Certains opérateurs ne cachent pas leur pessimisme quant au risque de voir le problème s'accentuer à l'avenir si l'approvisionnement ne se fait pas d'une manière régulière. Ces derniers tirent la sonnette d'alarme et estiment que la situation n'a pas changé d'un iota. Un état de fait que le ministère de tutelle rejette. Selon un responsable du département du commerce, «l’Onil dispose de quantités suffisantes de poudre de lait». Ce dernier a rappelé que l’Onil avait décidé en 2008 de réduire de 50 % les quotas accordés à certaines laiteries. Décision qui a ramené certaines laiteries privées à fonctionner au ralenti et d’autres à arrêter la production. L’Onil a importé 145 000 t de poudre de lait en 2008 contre 120 000 t en 2009, soit une baisse de 25 000 t. La facture globale de lait et produits laitiers s’est établie à 862,76 millions de dollars en 2009, contre 1,28 milliard de dollars en 2008, soit une réduction de 32,9%, selon des chiffres officiels. L’instauration d’un système de quotas, souligne-t-on, au profit des producteurs visait essentiellement la réduction des importations massives de la poudre de lait et davantage d’intégration du lait cru dans la production nationale. Au cœur de cette politique, la subvention accordée par l’Etat, évaluée à 12 milliards de dinars en 2009, se répartit à hauteur de 12 DA/litre à l’éleveur, de 5 DA/litre au collecteur, et de 4 DA/litre à l’intégration du lait cru dans la production du lait en sachet subventionné à 25 DA/litre. Les besoins du marché sont estimés à 1,5 milliard de litres. La production de lait cru est passée de 2,23 milliards de litres en 2008 à 2,45 milliards de litres en 2009. De 18% en 2009, soit une production de 400 millions de litres, il est prévu un taux d’intégration du lait cru de 35 % en 2010, soit une production de 550 millions de litres. En 2009, l’Algérie a baissé ses importations de poudre de lait de 40 000 t, soit un gain de près de 100 millions de dollars. Cela dit, la problématique semble aujourd’hui se poser en termes de quantité de lait en poudre. Wait and see.

Source Le Soir d’Algérie Abder Bettache

youcefabder@hotmail.com

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires