Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 10:07

Encombrante Aïcha!

Aicha-El-Khadafi.jpg

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a qualifié «d'inacceptables» les récents propos tenus par l'héritière de l'ex-guide de la défunte Jamahiriya.

Provocations ou défiance? La flamboyante descendante de Mouaâmar El Gueddafi ne s'est pas posé la question et n'en a cure selon toute vraisemblance. Elle semble décidée à ne pas se taire.

Plus grave: Aïcha El Gueddafi n'a pas tenu compte de la mise en garde qui lui a été adressée par le chef de la diplomatie algérienne au mois de septembre dernier. Elle a récidivé le 29 novembre dans un nouveau message diffusé par la chaîne de télévision syrienne Al Rai. Dans l'appel qu'elle a lancé mardi elle exhorte le peuple libyen à se soulever contre les nouveaux maîtres de Tripoli et venger son père qui a été tué le 20 octobre 2011 par les insurgés du Conseil national de transition, l'organe politique de la rébellion libyenne. «N'oubliez pas le commandement de votre père, qui a dit que vous devez continuer la résistance même si vous n'entendez plus sa voix», a-t-elle déclaré. «Il n'est pas parti et existe toujours», a ajouté la fille de l'ex-leader libyen qui a qualifié de martyr son défunt père. Le ministère des Affaires étrangères a réagi en jugeant les déclarations de cette seconde sortie médiatique, intempestive, d'Aïcha El Gueddafi, tenus a partir du territoire algérien où elle bénéficie d'un statut de réfugiée humanitaire, «d'inacceptables». «Nous déplorons ces propos inacceptables tout comme nous déplorons vivement le fait que Aïcha El Gueddafi ait enfreint, pour la seconde fois, les règles de l'hospitalité qui lui est accordée, à titre humanitaire, en Algérie», a souligné Amar Belani, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Le diplomate algérien a tenu à rappeler la première mise en garde qui lui a été adressée par le patron de la diplomatie algérienne. «Comme l'avait souligné le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, la famille El Gueddafi est l'hôte de l'Algérie, pour un temps, et nous ne manquerons pas de tirer pleinement les conséquences de cette nouvelle transgression de l'obligation de réserve qu'impose le statut des membres de cette famille en Algérie», a rappelé dans son communiqué le porte-parole du Ministère des affaires étrangères. Au mois de septembre Aïcha El Gueddafi avait appelé les Libyens à résister aux insurgés du CNT. La récente sortie médiatique de celle que l'on surnomme la «Claudia Scheffer du désert» tout en mettant, de nouveau, dans la «gêne» les autorités algériennes, risque de compliquer des relations - déjà pas très au top-entre Alger et les nouveaux maîtres de Tripoli. Il faut rappeler que c'est de la tribune des Nations unies que Mourad Medelci s'est exprimé, la première fois pour circoncire les hypothétiques effets collatéraux des déclarations intempestives de l'ex-avocate de Saddam Hussein. «J'ai été informé de cette déclaration faite par Aïcha El Gueddafi à la chaîne satellitaire Al Raï, et je ne peux qu'exprimer ma surprise devant une telle déclaration qui vient d'une dame que l'Algérie a accueillie avec le reste de sa famille pour des raisons humanitaires, et qui transgresse les devoirs qui sont les siens vis-à-vis du pays qui l'a accueillie», avait fait remarquer le ministre algérien des Affaires étrangères à partir de New York où il avait pris part à la 66e Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies. Alger, qui a expliqué que les membres de la famille El Gueddafi qui se trouvent actuellement sur le territoire algérien ont été accueillis pour des raisons humanitaires, a repoussé la pression exercée par les rebelles du CNT qui ont formulé leur souhait de les rapatrier en Libye. Les sorties médiatiques de la descendante du colonel libyen «disparu» mettent la diplomatie algérienne dos au mur. Aïcha El Gueddafi ne devrait pas, selon toute logique, en avoir pour très longtemps en Algérie...

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires