Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:52

Frappes de l’ONU contre la Libye Pour empêcher le massacre des civils  le-rafale.jpg

 

La France, avec ses avions de chasse, ouvre les hostilités contre un véhicule des forces pro-El Gueddafi. Le secrétaire américain à la Défense retarde son voyage à Moscou, alors que la Russie exprime son regret à la suite de ces frappes.     

La France a engagé hier une vingtaine   d’avions de chasse au-dessus de la Libye, début d’une opération militaire   internationale plus large et ouvert le feu contre un véhicule des forces de   Mouammar El Gueddafi, selon l’AFP. Ces premières attaques interviennent quelques heures après la fin  d’un sommet international sur la Libye à Paris. Le président français, Nicolas Sarkozy, a averti, après avoir réuni des   dirigeants arabes, européens et nord-américains à Paris, que les troupes de   Mouammar El Gueddafi pouvaient être bombardées à tout moment. Alors que  de violents combats font rage dans le même temps dans le bastion anti-El Gueddafi de Benghazi. «En accord avec nos partenaires, nos forces aériennes s’opposeront à toute   agression des avions du colonel El Gueddafi contre la population de Benghazi.

D’ores et déjà, nos avions  empêchent les attaques aériennes sur la ville», a   assuré Nicolas Sarkozy, à l’issue du sommet. «D’autres avions, français, sont prêts à intervenir contre des blindés qui menaceraient des civils désarmés», a-t-il ajouté. Selon des sources militaires, ce sont des avions de chasse Rafale qui ont survolé la Libye. Le premier tir a eu lieu à 16h45 GMT contre «un véhicule libyen   clairement identifié comme appartenant aux forces pro-El Gueddafi », selon l’état-major français. Le porte-avions Charles de Gaulle devait également appareiller aujourd’hui de   Toulon au sud, en direction de la Libye, a précisé hier l’état-major des armées. «Il est clair que la France assure le leadership de l’action militaire dans l’espace aérien libyen», a déclaré le Premier ministre belge, Yves Leterme. «Notre coalition est prête à agir», a affirmé de son côté le président américain, Barack   Obama, sans préciser le degré de participation des Etats-Unis.

La secrétaire   d’Etat américaine, Hillary Clinton, présente à Paris, a promis de fournir des «capacités  uniques», celles dont ne disposent pas leurs alliés. Selon des experts, il pourrait s’agir de missiles anti-radar. Dans un nouvel appel au colonel Mouammar El Gueddafi, Nicolas Sarkozy a déclaré   qu’il est «encore temps» pour le dictateur de Tripoli  d’«éviter le pire», à condition de respecter «sans délai et sans réserve» toutes les exigences de la communauté   internationale. Ce sommet intervenait 48 heures après le vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU.


Laquelle autorise le recours à la force pour protéger les   civils de l’offensive du régime contre les insurgés. «Le colonel El Gueddafi a méprisé cet avertissement. Au cours  des dernières heures, ses forces ont intensifié leurs offensives meurtrières», a relevé Nicolas Sarkozy, ce qu’a démenti le régime libyen. «Il est d’une importance vitale de passer à l’action de manière urgente», a   estimé le Premier ministre britannique, David Cameron, dont le pays est avec la   France aux avant-postes de la coalition. Le Qatar et plusieurs pays européens, comme la Belgique, les  Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, et  l’Espagne, ainsi que le Canada, ont confirmé à Paris leur volonté de participer aux   opérations militaires, en fournissant des avions, ignorant les mises en garde du régime d’El Gueddafi.
Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, a indiqué que son pays enverrait 4 avions de chasse F18 et un ravitailleur pour faire respecter une zone d’exclusion aérienne en Libye. L’Italie offre «pour le moment» ses bases   militaires sans exclure une participation future plus importante, a déclaré Silvio Berlusconi.

Reste le rôle de l’OTAN, lequel reste jusque-là une inconnue. Il est possible que l’Organisation intervienne dans des opérations prévues par la résolution de l’ONU. Opérations qui nécessitent du temps et de gros moyens pour être mises en œuvre. Exemple de ces opérations, l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne et le contrôle maritime de l’embargo sur les armes.
Le but du sommet est de montrer l’unité d’une bonne partie de la communauté internationale face à Mouammar El Gueddafi. Outre des chefs de   gouvernement européens, ont pris part à cette rencontre  les ministres des Affaires étrangères du Qatar, des Emirats arabes unis, du Maroc et de la Jordanie et  La Ligue arabe.  La Russie a réagi suite à ces premières attaques en exprimant son regret quant à l’intervention armée   «étrangère» en Libye.

«A Moscou, nous regrettons cette intervention armée, effectuée dans le cadre de la résolution 1973 de l’ONU, adoptée à la hâte», a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Alexandre Loukachevitch. Le diplomate russe appelle à un cessez-le-feu le plus   rapidement possible en Libye. «Nous restons convaincus que pour régler de manière stable le conflit   interne» en Libye, «il faut rapidement arrêter les effusions de sang et que   les Libyens entament le dialogue».  De son côté, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a repoussé hier à la dernière minute un voyage qu’il devait effectuer en Russie, afin de pouvoir suivre la situation en Libye, a annoncé le Pentagone. «Il retarde son voyage d’au moins 24 heures afin de pouvoir suivre la situation en Libye depuis Washington», a déclaré le porte-parole du ministre, Geoff Morrell, à la base militaire aérienne d’Andrews, près de Washington.

El Gueddafi «a perdu toute légitimité», selon Ban Ki-moon :

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé que le dirigeant libyen Mouammar El Gueddafi avait «perdu toute légitimité» et devait abandonner le pouvoir, dans une interview au quotidien espagnol El Mundo publié hier et repris par l’AFP. «El Gueddafi a perdu toute légitimité. Il ne peut rester au pouvoir en Libye.   Quoiqu’il arrive, il doit partir», a-t-il déclaré.

Source El Watan Amnay Idir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires