Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 11:15

La France condamne l'assaut militaire israélien

israel.jpg

 

La France, à l'instar de la communauté internationale, a condamné hier l'assaut perpétré par l'armée israélienne contre «la flottille de la Paix» destinée à la population palestinienne de Ghaza soumise depuis 2007 à un blocus strict, asphyxiant qui condamne 1,5 million d'habitants.

Le président français, Nicolas Sarkozy, a condamné «l'usage disproportionné» de la force en exprimant sa «profonde émotion devant les conséquences tragiques» de cette opération militaire israélienne, selon un communiqué de l'Elysée. Adressant ses «condoléances aux familles des victimes», le président Sarkozy a demandé que «toute la lumière» soit faite «sur les circonstances de cette tragédie qui souligne l'urgence d'une relance du processus de paix».

 Son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s'est dit «profondément choqué par les conséquences tragiques» de cette opération militaire israélienne. «Nous ne comprenons pas le bilan humain, encore provisoire, d'une telle opération contre une initiative humanitaire connue depuis plusieurs jours. Rien ne saurait justifier l'emploi d'une telle violence que nous condamnons», a souligné M. Kouchner dans un communiqué du Quai d'Orsay. «Ces évènements nous rappellent que la situation actuelle à Ghaza n'est pas tenable et qu'elle appelle une réponse politique urgente. Nous prendrons toutes les initiatives nécessaires pour éviter que cette tragédie ne donne lieu à de nouvelles escalades de violence», a-t-il ajouté.

De son côté, le Parti socialiste français a demandé une «réunion immédiate» du Conseil de sécurité de l'ONU après cet assaut militaire contre cette flottille internationale d'aide pour la population de la bande de Ghaza. Lors d'un point-presse, Benoît Hamon, porte-parole du PS, a exprimé «la condamnation» de son parti, de cette opération «inacceptable et très choquante d'Israël contre la flottille humanitaire» dont «l'existence est la conséquence du blocage de Ghaza». Il a déploré «l'usage de la force par Israël (qui) s'est conclu par un bain de sang», en insistant sur la «nécessité d'une réponse internationale rapide qui [...] associe les Etats-Unis». Le porte-parole du PS a affirmé que «tant que le blocage de Ghaza sera considéré comme un principe fondamental de toute action d'Israël, ce sera très compliqué de faire évoluer de manière positive la situation au Proche-Orient».

L'ancien Premier ministre français, Alain Juppé, a dénoncé la «position totalement extrémiste» d'Israël, à la suite de cette opération militaire qui a fait de nombreuses victimes entre morts et blessés. Pour le maire de Bordeaux (UMP), la «France ne peut pas soutenir cette position du gouvernement israélien». «D'ailleurs l'ensemble de la communauté internationale, que ce soient les Etats-Unis, l'Europe, la France souhaitent que l'affrontement cesse et que la négociation soit remise à l'ordre du jour. C'est donc une forme de condamnation de l'utilisation de la violence qui est faite aujourd'hui», a-t-il relevé.

 La déléguée générale de la Palestine en France, Hind Khoury, a dénoncé une «barbarie» qui doit «être condamnée par le monde entier». «Ce qui se passe est très grave (…) C'est une attaque dans les eaux internationales et une attaque contre des activistes étrangers internationaux qui agissent pour arrêter le blocus contre Ghaza», a-t-elle ajouté soulignant qu'il est «temps d'arrêter cette impunité d'Israël pour qu'on puisse avancer dans le dialogue au lieu de continuer un état de guerre et d'agression». «Il faut se demander pourquoi Israël est capable de maintenir ce blocus contre Ghaza depuis trois ans», a-t-elle insisté.

Mme Khoury a affirmé que selon ses informations, «ces militants pacifistes ne sont pas armés». «Probablement il fallait se défendre d'une manière ou d'une autre puisqu'une centaine de commandos israéliens ont abordé les bateaux», a dit la déléguée générale de la Palestine en France. Cet assaut militaire contre une flottille humanitaire pour la paix a provoqué des réactions en chaîne de la part d'ONG et de personnalités politiques.

Les bateaux de la «flottille de la Liberté», chargés de 10.000 tonnes de matériels de construction, de textile, de nourriture, devaient être acheminés dans la bande de Ghaza lundi en fin de matinée. Juste avant leur départ, le président du Comité pour la levée du blocus et député palestinien indépendant, Jamal al-Khoudari, avait exhorté la communauté internationale à protéger la flottille contre les menaces d'interception, rapporte la presse.

Algériens retenus par Israël : la France mène une médiation

L’Algérie aurait obtenu des «garanties» de la part de la France pour que soient rapatriés, dans les plus brefs délais, les Algériens membres de l’expédition «Flottille Gaza» retenus par Israël, apprend-on auprès de sources diplomatiques. «Aucun Algérien ne sera retenu en Israël. La France mène une médiation spéciale pour que rentrent chez-eux les Algériens retenus par l’Etat hébreux», précise notre source qui n’indique pas s’il y a ou pas des victimes algériennes de l’attaque pirate de Tsahal contre le convoi humanitaire à destination de Gaza.
Selon nos sources, «la partie algérienne a reçu des garanties dans ce sens lors de la tenue du Sommet France-Afrique à Nice». Ces dernières rajoutent que ce «geste» signifie un acte de réchauffement inédit entre les deux Nation, dont les relations ne sont pas très conviviales ces derniers mois. La Délégation algérienne comprend, rappelle-t-on, des sénateurs, des députés, des journalistes et des hommes d’affaires algériens.

Source Le Quotidien d’Oran M.Amina

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires