Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 06:52

Après les menaces du chef d’Al Qaïda, la France veut renforcer le contrôle des vols et de ses aéroports

Les-fouilles-dans-les-aeroports-francais.jpg

 

Comme c’est déjà le cas pour les Etats-Unis, Paris veut exiger des compagnies aériennes plus d’informations sur les passagers qu’elles

transportent l Elle n’exclut pas de soumettre les passagers à un long et délicat questionnaire à remettre lors de l’achat du billet de voyage.

Après les menaces proférées par Ben Laden contre la France et le colis suspect intercepté en Grèce mais qui devait être envoyé à Nicolas Sarkozy, le gouvernement français veut renforcer le contrôle des vols. Il compte obliger les compagnies aériennes à fournir plus de renseignements sur leurs passagers. Lors d’une réunion qui a eu lieu la semaine dernière entre le président Sarkozy et les principaux ministres chargés de la sécurité ainsi que les responsables des services secrets, il a été question de mettre en place un «criblage» de passagers, autrement dit de chercher à récolter le maximum d’informations en amont sur les voyageurs qui montent à bord des avions à destination de la France ou qui transitent par les aéroports français.

Déjà utilisée par les Etats-Unis, cette méthode, assortie d’ailleurs d’un long questionnaire que doivent remplir les passagers avant le décollage, a pour objectif en théorie de réduire au maximum les risques terroristes et les attentats au sein des aéroports et dans les avions. Devant les menaces terroristes persistantes, le gouvernement français veut faire donc vite et cherche à aller au-delà de l’actuelle législation en vigueur qui, déjà, exige des compagnies de transport de décliner l’identité visuelle de leurs passagers.

Or, les experts français en sécurité estiment que cette mesure est loin d’être suffisante, car, argumentent-ils, si le voyageur présente des papiers d’identité en bonne et due forme au niveau du sol, il peut en revanche s’avérer dangereux lorsqu’il est dans les cieux.

C’est précisément ce risque que la France veut à tout prix maîtriser. Elle veut imposer comme l’ont déjà fait les Etat-Unis avec le programme (PNR) «Passager Name Recod» le remplissage d’un long questionnaire que le voyageur se doit de remettre lors de l’achat du billet, via une agence ou un site Internet. Jugé très contraignant, le PNR exige des passagers des informations parfois confidentielles, telles que ses données bancaires, ses penchants sexuels et religieux ainsi que son état de santé.

Mais, pour l’instant, les pays d’Europe ne semblent pas tous d’accord avec la proposition française. Ils la trouvent trop intrusive pour la vie privée des gens, mais la France ne désarme pas. Devant l’ampleur de la menace terroriste qui augmente chaque jour un peu plus, elle compte dans les jours à venir rebondir et convaincre les pays de l’Union européenne de l’efficacité de la proposition, qui aurait donné un peu satisfaction aux Américains. Parallèlement, Paris souhaite renforcer les conditions de contrôle du fret, notamment les marchandises en provenance du Moyen-Orient et du Maghreb.

Jusque-là, le fret est contrôlé par celui qui le transporte. Or, Paris se demande si les contrôles sont finalement faits en bonne et due forme et si le cachet final de la douane et de la police des frontières est un gage de garantie qu’aucun engin explosif ou meurtrier n’est glissé à l’intérieur même de la marchandise. Cette nouvelle réflexion sur la radicalisation des mesures de sécurité dans les avions et les aéroports intervient au moment où la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) poursuit son travail de démantèlement préventif des filières islamistes. 

Source El Watan Yacine Farah

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires