Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 07:25

Plus de 3,1 millions de tonnes déjà acheminées vers l’Algérie

moisson

 

Les pays du Maghreb consomment chaque année plus de 17 millions de tonnes de blé, et la consommation par habitant est l’une des plus élevées au monde, selon les statistiques de France Export Céréales, présentées hier à Alger à l’occasion des Rencontres franco-algériennes des céréales. Pour 2010, l’Algérie, qui représente le plus gros marché du Maghreb, a déjà importé plus de 3,1 millions de tonnes de France, le traditionnel fournisseur de la région.

Se référant aux statistiques du Centre international des céréales, la même source a affirmé que «plus de 60 % des quantités consommées dans les pays du Maghreb proviennent des importations en raison des conditions climatiques de ces pays qui resteront structurellement importateurs dans les années à venir». Le blé dur au Maghreb est destiné à la production des semoules, pâtes, pains et pâtisseries.

La France, qui est le cinquième producteur mondial de blé avec 35,5 millions de tonnes de blé tendre et deux millions de tonnes de blé dur en 2010, demeure le principal fournisseur des pays de la région, notamment l’Algérie, qui a importé 3,7 millions de tonnes de blé tendre français en 2009, selon le président de France Export Céréales, Jean-Pierre Langlois-Berthelot.

Pour l’année en cours, le représentant du Syndicat français du commerce extérieur des céréales, Frédéric Guillemin, a indiqué que la France dispose d’une quantité importante de 11,50 millions de tonnes à exporter vers le Maghreb, dont 3,1 millions de tonnes ont déjà été acheminée vers le marché algérien.

Expliquant le recours fréquent des pays maghrébins à la France, M. Guillemin a souligné que «la proximité géographique de la France donne un avantage logistique indéniable par rapport à d’autres pays producteurs tels les Etats-Unis, le Canada et l’Argentine».

Dans le même ordre d’idées, le représentant de l’Institut du végétal, Arvalis, Jean-Philippe Leygue, a confirmé que le bassin méditerranéen est la principale destination des exportations françaises de céréales d’autant que la France est le premier pays exportateur céréalier de l’Union européenne.

Dans cette région, l’Algérie représente l’un des plus gros marchés puisqu’elle absorbe 10 % des exportations françaises dans le pourtour méditerranéen, presque le même taux que celui de l’Espagne et de la Belgique (13 %), contrairement au Maroc (5 %) et l’Egypte (3%). L’orateur a précisé que la plus grande partie de la production française est destinée au marché extérieur. En effet, sur les 35 millions de tonnes de blé tendre, une tonne sur deux est exportée.

Par ailleurs, sur les deux millions de tonnes de blé dur produites, deux quarts sont destinés à l’export, soit 1,5 million de tonnes. Pour la récolte céréalière 2009-2010, la France a produit 35,5 million de tonnes de blé tendre dont 27 millions de tonnes exportées, confirmant sa place d’important producteur et de fournisseur sur les marchés internationaux. Par ailleurs, l’absence de la Russie sur le marché mondial en raison de la sécheresse qui a endommagé sa récolte, laisse le champ libre à la France et à d’autre pays exportateurs comme les Etats-Unis.

Source Le jeune indépendant Z.M.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires