Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 06:45

Option militaire pour faire tomber Khadafi

Kadhafi

 

Forte du feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU, la coalition menée par les principales puissances militaires de l'OTAN s’apprêtait hier à lancer ses premières attaques contre la Libye, pour y instaurer une zone d’exclusion aérienne, afin de museler le colonel Kadhafi et son armée.

L’annonce hier après-midi d’un cessez-le-feu immédiat par Mouammar Al Kadhafi a été perçue comme une nouvelle tentative de gagner du temps et n’a pas fait renoncer les initiateurs de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies à leur objectif, d’autant plus que tout semble avoir été préparé à l’avance pour agir rapidement. Les pays membres de la coalition dispose d'assez de moyens sur terre, air et mer pour mener à bien leur mission face à de modestes forces libyennes. En ce qui concerne l'aviation, qui devait intervenir en premier, les Rafale et Mirage 2000 français peuvent décoller de Solenzara, dans le sud de la Corse, les Tornado et Typhoon (Eurofighter) britanniques et les F-15 et F-16 américains de la base de Sigonella (Sicile). C’est dire que rien n’a été laissé au hasard.

Les Canadiens ont promis six chasseurs bombardiers CF-18 à long rayon d'action, qui devaient rallier dès hier l’Italie. La proximité du territoire français de la Libye facilite grandement les opérations. Le Royaume-Uni dispose, de son côté, d'une base aérienne à Chypre, où étaient récemment stationnés trois de ses avions-radars Awacs, et de bases à Malte. Les avions-radars Awacs de l'Otan sont déjà présents dans la région et volent 24 heures sur 24, sept jours sur sept, depuis une semaine. Par ailleurs, Londres dispose d'avions Sentinel, extrêmement précieux dans le cadre de frappes ciblées pour repérer les objectifs et éviter les dommages aux populations civiles.

Sur le plan naval, Américains, Britanniques et Français sont déjà sur place depuis des semaines, notamment avec un navire d'assaut amphibie du corps des Marines américains, le Kearsarge, transportant des avions à décollage vertical. Un porte-hélicoptères français de type Mistral était récemment sur zone. D'autres pays comme la Norvège, le Danemark et la Belgique ainsi que le Qatar et les Émirats arabes unis sont également susceptibles d'apporter des moyens, soit pour participer à la zone d'interdiction avec des chasseurs F-16, soit pour aider à une éventuelle opération humanitaire avec des avions de transport.

Face à cette armada occidentale, la Libye ne peut opposer qu'une vingtaine au plus de chasseurs Soukhoï 22 et 24, les vieux MIG et Mirage n'étant plus, pour la plupart, pleinement opérationnels. Le plus grand danger pour les avions de la coalition viendrait des batteries mobiles de missiles sol-air, SA8 à basse altitude et SA2, SA5, SA6 à plus haute altitude. Avant d’annoncer son cessez-le-feu, le dirigeant libyen avait promis l'“enfer” à ceux qui attaqueraient la Libye. “La mer Méditerranée sera ravagée. Aucun trafic aérien ou maritime ne sera sécurisé”, a-t-il menacé. “Si le monde devient fou, nous le serons aussi. Nous allons riposter. Nous transformerons leur vie en enfer”, a déclaré le colonel Kadhafi à la chaîne de télévision portugaise RTP, tout en s’interrogeant sur les conséquences d'une opération militaire contre son pays.

“C'est quoi ce racisme, cette haine ? C'est quoi cette folie ?”, s’est-il écrié, avant d’ajouter : “Le Conseil de sécurité n'a pas un mandat pour de telles résolutions que nous ne reconnaissons absolument pas”. “Il ne s'agit pas d'une guerre entre deux pays pour que le conseil intervienne. Sa charte ne permet pas d'interférer dans des affaires intérieures” d'un pays, a-t-il encore dit. Ce serait “une occupation flagrante, non justifiée qui aura de grandes conséquences sur la Méditerranée et sur l'Europe”, a-t-il averti. Sur le terrain, des combats se sont déroulés dans l'Ouest libyen jeudi soir et hier matin. Les forces loyalistes pilonnaient Misrata, selon un porte-parole des insurgés qui contrôlent la ville.

À Nalout et à Zenten, deux villes sous contrôle de l'opposition, cette dernière a affronté des forces loyales à Mouammar Al Kadhafi, ont rapporté des habitants. Le fief rebelle de Benghazi était calme, après une nuit de festivités après l’adoption de la résolution onusienne. Enfin, réagissant au cessez-le-feu de Kadhafi, les États-Unis ont affirmé par la voix de la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, qu’ils veulent des actes en Libye, pas seulement “des mots”.

“Nous sommes au courant par la presse de l'annonce d'un cessez-le-feu par le gouvernement libyen (...) La situation évolue rapidement. Nous n'allons pas nous laisser impressionner par des mots. Il nous faut voir des actes sur le terrain”, a-t-elle notamment déclaré hier en recevant son homologue irlandais Eamon Gilmore.

Source Liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires