Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 00:52

Economie - Le retour du pétrole

 

Les prix du pétrole qui se sont installés au-dessus de la barre des 60 dollars le baril depuis le début du mois de juin de cette année ont connu une progression régulière jusqu’à atteindre le seuil des 80 dollars le baril, il y a quelques jours. Le Brent dont le prix est le plus proche du Sahara Blend algérien a atteint une moyenne appréciable durant les 4 derniers mois avec 68,55 dollars le baril au mois de juin, 64,61 dollars au mois de juillet, 72,84 dollars au mois d’août et 67,39 au mois de septembre. Ces niveaux ont permis au prix moyen, durant les 9 premiers mois de l’année 2009, d’être tout près des 60 dollars le baril avec 57,35 dollars. Vu le niveau du prix du Brent durant le mois d’octobre, la moyenne devrait se situer autour des 60 dollars le baril pour les dix premiers mois de l’année. Ce qui est un niveau appréciable dans la mesure où si la tendance se maintient, le prix du pétrole algérien retrouvera pour cette année le niveau de l’année 2006 ou le prix du Sahara Blend était à 65,85 dollars le baril avec des recettes de l’ordre de 53,61 milliards de dollars et avec de meilleures perspectives pour 2010.
Toutefois, les exportations d’hydrocarbures pour cette année 2009 vont enregistrer une baisse par rapport aux exportations de 2006 à cause de l’application des décisions de réduction de la production décidées par l’OPEP en 2008. Le manque à gagner pourrait être de 15% environ, ce qui donnerait des recettes nettement au-dessus des 40 milliards de dollars. Ce retour des prix du pétrole, s’il permet d’entrevoir sereinement la poursuite du programme des investissements avec une enveloppe de 150 milliards de dollars, pourrait encore générer certains comportements qui sont devenus structurels comme le gaspillage à travers le train de vie de l’Etat ou la corruption qui gangrène les programmes lancés par l’Etat. Avec les gros scandales révélés dans le secteur bancaire au milieu des années 2000, l’opinion pensait que le pire était passé. Or, elle découvre que la corruption et les détournements se sont greffés dans certains contrats à travers les révisions régulières des coûts des opérations. Ces actes qui sont orchestrés à un niveau élevé de responsabilité de l’Etat renseignent sur la gravité du phénomène de la corruption. On n’est plus au niveau du bureau d’un président d’APC qui ordonne une réfection des trottoirs, mais au sein d’institutions étatiques qui gèrent des contrats de plusieurs milliards de dollars avec à la clé des surcoûts préjudiciables au Trésor et l’organisation de la fuite des capitaux.
Source El Watan Liès Sahar

Le Pèlerin 

Partager cet article

Repost0

commentaires