Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 10:19

Benflis reste dans la course

Benflis

 

Il est le deuxième candidat à faire cette déclaration après la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune.

Il n'est pas question de marquer le pas. Le candidat indépendant à la présidentielle, Ali Benflis, ne se dégonfle pas. Puisqu'il a confirmé qu'il est toujours dans la course à la prochaine présidentielle. Pour ce faire, il reste dans la joute, il a rendu publique sa déclaration de patrimoine, un gage de transparence.

L'ancien chef de gouvernement affirme posséder, entre autres, une maison individuelle à Alger, plus précisément dans la résidence cossue Chabani, qu'il a acquise en 1992. Il déclare également posséder en copropriété avec son épouse une terre agricole dans la commune de Fesdis, wilaya de Batna. Ce lopin de terre de neuf hectares serait une donation de sa défunte mère. Benflis est le propriétaire aussi d'une autre terre agricole d'une superficie de huit hectares, dans la même commune, qu'il a héritée de son défunt père; il possède également une part dans un autre terrain de 30 hectares qui fait l'objet, en vue de sa vente, d'une procédure de lotissement au niveau de l'administration locale de la wilaya de Batna.

Benflis certifie, en outre, qu'il exploite un local à usage professionnel (cabinet d'avocat) sis immeuble El Moustakbal à Batna, acquis dans le cadre d'une coopérative promotionnelle en 1994-1995. Il serait aussi le détenteur d'un compte bancaire en dinars algériens, domicilié auprès de l'agence du Crédit populaire algérien (CPA), dont le solde est de 4.019.189,99 DA, ainsi qu'un autre compte, domicilié auprès de la même agence, dont le solde est de 2.859.409,57 DA.

Il révèle dans la même déclaration l'existence d'un compte bancaire commun avec son épouse, ouvert à Paris, en France, crédité de 15 188,28 euros. Ali Benflis est le deuxième candidat à faire cette déclaration après la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune. Par ailleurs, la direction de campagne du candidat Ali Benflis dénonce avec vigueur la «partialité» de la télévision publique dans le traitement de l'information liée à la présidentielle. Dans un communiqué rendu public avant-hier, le directeur de campagne, Abdelkader Sallat, a dénoncé la manière dont a été présentée par l'Entv l'information traitant du candidat Benflis. «L'opinion publique a relevé le comportement marqué du sceau de la partialité et du parti pris, émanant de la télévision publique qui a délibérément adopté une attitude discriminatoire à l'endroit du candidat indépendant Ali Benflis», a-t-il regretté dans ce communiqué.

M. Sallat fait état, en effet, de la partialité avérée dans le traitement des travaux de certaines formations politiques qui ont décidé d'apporter leur soutien à Benflis. «Les commentateurs de la télévision publique ont sciemment omis de citer le nom du candidat, affublé étrangement du qualificatif «un autre candidat», a-t-il dénoncé, affirmant que «cette entorse aux règles élémentaires de l'éthique et de la déontologie et cette violation des sujétions de service public s'ajoutent à la couverture a minima dont a fait l'objet le candidat indépendant Ali Benflis, lors de sa déclaration de candidature, le 19 janvier dernier». Tout en rejetant ce genre de pratiques, la direction de campagne de M. Benlis a pris à témoin l'opinion publique sur le fait que «de tels agissements constituent une menace sur la crédibilité et la transparence de la prochaine élection présidentielle».

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires