Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:49

La production agricole nationale a enregistré une croissance de 10,6% en volume en 2011

cueillette des olives

 

….Contre 6% durant l’exercice précédent. Sa valeur est établie à 1 630 milliards de dinars, en progression de près de 9%.
Plusieurs paramètres ont contribué à ce résultat. L’on cite le développement des cultures maraîchères et le système de régulation engagé à travers la mise en place du dispositif Syrpalac. Outre la sécurisation des agriculteurs, l’élargissement des surfaces irriguées, la disponibilité de l’eau et l’amélioration des techniques de production constituent les autres facteurs qui ont tiré la production vers des performances inouïes.
Ce bilan, en dépit de ses aspects positifs, ne rend pas, toutefois, trop euphorique le ministre de l’Agriculture et du Développement rural qui estime qu’une large marge de progression reste encore à conquérir. Pour lui, de par les potentialités que recèle le secteur, toutes les filières devraient se développer davantage. “Si l’on introduit certains éléments, tels que la technologie, dans les divers segments d’activité, la production pourrait être multipliée aisément”, souligne-t-il, en paraphrasant des experts internationaux très au fait du domaine. Le Dr Rachid Benaïssa met l’accent sur la communication et exige plus de dialogue et de concertation entre les différents acteurs. Le fait de lancer à l’adresse de ses cadres l’idée de créer un comité exécutif agricole dans chaque wilaya n’est pas fortuit. Il propose à ce que cette structure soit composée du directeur des services agricoles (DSA), des représentants de la Chambre d’agriculture, de l’interprofession, de l’Unpa, des SGP, des instituts, des leaders de la production par filière, l’Office des terres agricoles, la Badr, la CNMA…
Ce groupe aura pour charge de tenir des réunions d’évaluation et présentera des rapports à l’administration centrale qui, à son tour, organisera des rencontres pour évaluer le secteur dans sa globalité. C’est ce qui est appelé communément d’ailleurs réunion d’évaluation trimestrielle des contrats de performance pour le renouveau agricole et rural des wilayas. La 12e session, tenue hier au siège du ministère, fait ressortir des résultats encourageants durant l’exercice 2011. Si l’on s’en tient au bilan présenté hier par les cadres du ministère, les différentes filières affichent une progression acceptable. La palme revient à la céréaliculture dont la production a atteint 42,45 millions de quintaux (qx). Les wilayas de Sétif, Oum El-Bouaghi, Tiaret, Souk-Ahras, Guelma, Batna et Bouira occupent les premières places au peloton en termes de rendement puisqu’elles réalisent à elles seules près de 41% de la production globale.
La filière lait n’est pas du reste, d’autant que la campagne 2010-2011 dépasse les 2,92 milliards de litres alors que l’objectif annuel était fixé initialement à 2,73 milliards de litres. Le résultat qui a suscité d’ailleurs la satisfaction du ministre, lui-même, est incontestablement la collecte du lait cru qui est évaluée à 572 millions de litres. Ce qui a fait dire aux responsables du secteur que le volume est nettement supérieur à ce qui a été concrétisé durant la période 2005-2008 où la moyenne était estimée à 200 millions de litres/an. Plus de 19% de l’opération ont été l’œuvre des wilayas de Sétif, Sidi Bel-Abbès et Skikda. L’autre exploit dont s’enorgueillissent les responsables du secteur concerne la production de la pomme de terre qui a dépassé les 38,49 millions de qx contre 32 millions de qx en 2010, 26,7 millions de qx en 2009 et 22 millions de qx en 2008. C’est dire qu’en trois ans, la productivité dans cette filière augmente en moyenne de 5 millions de qx/an. Pourtant les prévisions retenues dans le cadre des contrats de performance ont été établies autour d’une production de 27,2 millions de qx.
Actes de concession : la date limite sera prolongée
Mieux, de par le rythme insufflé à cette filière en matière de productivité, il est fort probable que les 40 millions de qx attendus à l’horizon 2014 soient largement dépassés. Par ailleurs, si l’objectif de la production des agrumes était de 9,42 millions de qx pour 2011, les résultats obtenus, en revanche, sont estimés à 11 millions de qx dont 60% reviennent aux wilayas de Mostaganem, Relizane, Chlef et Blida qui, à elle seule, a assuré 32% des quantités totales produites. Le même topo est à signaler pour les filières viandes rouges et blanches dont la production a atteint respectivement 4,2 millions de qx et 3,36 millions de qx en 2011. Or, il a été prévu de réaliser, pour l’exercice précédent, des volumes ne dépassant pas respectivement les 3,65 millions de qx et 2,89 millions qx. Contrairement à ce qui a été dit çà et là en ce qui concerne l’oléiculture, la productivité a été évaluée à 6,1 millions de qx alors que l’objectif contractuel tracé auparavant était de l’ordre de 4,3 millions de qx.
“Ce niveau de production est supérieur à la campagne précédente où le bilan 2009-2010 était arrêté à 3,16 millions de qx”, explique un communiqué du ministère. Tizi Ouzou et Béjaïa demeurent les deux wilayas les plus performantes en réalisant à elles seules 27% de la production nationale d’olive à l’huile. “Sur 45 wilayas où la production oléicole est recensée, 39 ont même dépassé leurs prévisions”, explique-t-on dans le communiqué. Dans un autre registre, le ministre a indiqué que 5 000 actes de concession des terres ont été établis conformément à la nouvelle réglementation en vigueur qui régit le foncier agricole algérien. Sur les 219 000 dossiers étudiés et complétés, plus de 83% ont été d’ores et déjà déposés. Il est fort probable que la date butoir fixée pour le dépôt des dossiers soit prolongée. Les statistiques du ministère montrent aussi qu’il a été formulé et approuvé quelque 6 032 projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) au 4e trimestre 2011. De ce lot, 4 165 ont été d’ores et déjà lancés. Ces projets ont été ainsi mis en œuvre dans plus de 5 000 localités rurales.
Source Les Echos Badreddine Khris

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires