Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 19:38

Le sévère rapport de la Commission européenne

algrie-UE

 

Simple coïncidence ou choix délibéré, l’Union européenne a rendu public, jeudi dernier, un rapport sévère sur la situation politique en Algérie en 2013.

Alors que la polémique a commencé à propos de l’envoi d’observateurs européens pour l’élection présidentielle d’avril prochain, le rapport de la Commission européenne sur la politique de voisinage fait ressortir des remarques peu élogieuses concernant l’Algérie. La Commission européenne observe en effet que «le processus de réforme constitutionnelle n’a pas progressé». Pis, le rapport constate que le processus d’achèvement des dispositions législatives de base par des textes d’application (y compris des décrets d’application) est resté «lent». Certaines de ces dispositions législatives – telles que la loi sur les associations – présentent en outre «des lacunes manifestes par rapport aux règles et normes internationales».

Le document précise également que le rapport rendu public lors des élections législatives de 2012 n’a pas été suivi d’effet par les autorités algériennes. De toutes les réformes engagées en 2011, celle qui concerne les associations a suscité l’intérêt particulier des Européens. Ces derniers relèvent notamment les difficultés que rencontrent les organisations non gouvernementales lorsqu’elles veulent venir en Algérie. «Plusieurs ONG internationales se sont plaintes auprès des autorités de l’UE du fait que leurs représentants soient depuis quelques années déjà dans l’impossibilité d’obtenir des visas pour entrer en Algérie, ce qui entrave leur travail et leur coopération avec les ONG locales», indique le document.

Situation économique stagnante

Pour parler de la situation des droits de l’homme, la Commission européenne ne fait pas dans la demi-mesure. Elle constate essentiellement l’absence d’indépendance de la justice. «On a l’impression d’une absence constante d’indépendance du pouvoir judiciaire. La situation semble détériorée en ce qui concerne la liberté d’association et de réunion (notamment le maintien des obstacles auxquels doivent faire face les syndicats indépendants) et la liberté d’expression (notamment pour les blogueurs)», rapporte la Commission européenne.

Sur le plan politique, le constat n’est pas non plus meilleur que sur le plan économique. La Commission européenne relève que «le problème de la corruption s’est accentué de manière substantielle au cours des dernières années et jusqu’à présent le gouvernement ne s’y est pas suffisamment attaqué». «Les entrées d’investissements directs étrangers sont limitées, en raison principalement du contexte régional et des limitations récemment imposées en matière d’accès à la propriété étrangère et de rapatriement de bénéfices», lit-on encore.

Seul bémol : le document remarque que les investissements directs étrangers ont progressé en 2013 par rapport à 2012. Il est vrai que le rapport n’est qu’un constat de la situation en Algérie durant l’année 2013, mais sa coïncidence avec la campagne électorale pour l’élection présidentielle peut prendre un autre sens.

Source El Watan Ali Boukhlef

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires