Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 15:25

«Une crise mondiale de l'eau est imminente!»

algerie-desertification.jpg

Désertification

 

«Une  crise mondiale de l'eau est imminente!» a averti l'ONU, lundi dernier. Difficile de croire à une telle catastrophe au moment où la pluie et la neige tombent abondamment sur le pays. Pourtant, il ne faut pas perdre de vue que ces précipitations, bienvenues certes, ne durent qu'une saison. De plus, nous n'avons aucune assurance que l'année prochaine sera aussi pluvieuse et aussi enneigée. Pluie ou pas, neige ou pas, l'Algérie est un pays semi-aride. Rien à voir avec la Finlande ou le Canada. C'est vrai que depuis quelques années, une grande partie de notre territoire est alimentée en eau potable et dans de très nombreux cas sa distribution est assurée en continu. Cela a été rendu possible grâce à la construction, cette dernière décennie, de dizaines et de dizaines de barrages. De plusieurs unités de dessalement de l'eau de mer également. De plusieurs usines de traitement des eaux usées. Un vaste programme de développement des ressources en eau étendu sur tout le pays jusqu'à Tamanrasset qui a bénéficié du transfert de l'eau de In Salah. Programme plus qu'ambitieux. Mais voilà, tout ceci nous permet des prévisions à court et moyen terme. Il suffit d'une ou deux années de sécheresse pour que nos robinets redeviennent capricieux. Certes, et tant que les nappes phréatiques sont moins sollicitées, nous rallongeons la durée de nos «stocks». Il faut cependant rester lucides et savoir que tous ces gigantesques efforts ne nous autorisent pas à croire que le problème est réglé pour l'éternité. Dès lors, et en prenant plus ample connaissance de l'avertissement de l'ONU, nous apprenons qu'en 2020, 60% de la population mondiale vivant dans les zones urbaines connaîtra des difficultés d'approvisionnement. De plus et tenant compte de la démographie, il est prévu que les besoins alimentaires de la planète devraient augmenter de 50% d'ici à 2030. Des besoins qui passent par l'agriculture et à qui il faudra consacrer 70% des réserves d'eau. Ce qui nous rappelle que sans eau, point de nourriture. Sans oublier que sans eau, beaucoup de maladies menacent. Faut-il également ajouter les besoins de l'industrie qui est à la base de notre développement économique? C'est dire que l'eau recueillie des précipitations n'est jamais une assurance à long terme. Et que le dessalement de l'eau de mer n'est et ne sera qu'un appoint. Quant aux pays qui se partagent les eaux de fleuve comme le Nil par exemple, ils sont tout simplement menacés de guerres et de conflits qui ont d'ailleurs déjà commencé, bien que de manière pas trop visible. L'alerte de l'ONU a le mérite de réveiller les consciences. Nos robinets coulent à flots depuis des années. Nous en avons oublié nos courses vers les points d'eau. Nous en avons oublié nos bidons. Nos citernes. C'est une période qui est aujourd'hui derrière nous. Pour ne pas la retrouver devant nous, il faut impérativement passer à une gestion rigoureuse de ce précieux liquide. Une gestion où la lutte contre le gaspillage devra être menée sans faiblesse. Si nous n'y prenons pas avec sérieux et sans délai, il est certain qu'un jour viendra où nous serons contraints de criminaliser toutes les formes de gaspillage, voire même de mauvaise gestion de l'eau. Pour l'immédiat, nous sommes à l'abri de cette «crise mondiale» annoncée par l'ONU. Grâce à la politique prévoyante et ambitieuse menée par notre pays depuis le début du troisième millénaire. De la même manière que nous avons été épargnés par la crise financière et économique mondiale grâce à notre désendettement opéré avant le «cyclone». Sauf que le danger est de croire que nous sommes immunisés à vie contre les turbulences qui agitent la planète. «L'eau c'est la vie» et c'est bien de le rappeler. Pour donner toute la dimension de la vigilance qui s'impose. A tous!

Source L’Expression Zouhir Mebark

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires