Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 20:14

Son développement reste encore insignifiant

voitures-algerie-copie-1.jpg

 

La réalisation du projet d’installation de l’usine  Renault en Algérie et d’autres projets de grande envergure, comme celui finalisé avec les investisseurs émiratis, dépendent du développement de la sous-traitance, élément clé pour l’industrie automobile. Il s’agit d’«une réelle priorité pour le pays», selon M. Zaïm Bensaci, président du Conseil national consultatif de la PME (CNC/PME), lequel exhorte l’ensemble des donneurs d’ordre à faire le nécessaire pour assurer l’émergence d’un réseau national de sous-traitance, renforcé par des PME spécialisées dans différentes branches de l’industrie, notamment mécanique.Considérée comme la colonne vertébrale de l’économie d’un pays en termes de création d’emplois et de source de financement, l’activité  sous-traitance est, actuellement, peu développée en Algérie. En témoigne le nombre des entreprises algériennes spécialisées en la matière qui n’excède pas les 800 unités, «alors que le ratio international est estimé à 30 PME pour 30 000 habitants», estime Laïb Aziouz, directeur exécutif de la Bourse algérienne de sous-traitance et du partenariat (Bastp). En Europe, le développement de l’industrie est basé sur un essaim de petites et moyennes entreprises (260 000 recensées) qui s’adonnent à la sous-traitance.   C’est dire que l’Algérie enregistre un manque en PME d’une manière générale, et un déficit flagrant en PME spécialisées dans la sous-traitance industrielle particulièrement. Mais le gouvernement s’y intéresse de plus en plus pour amorcer une industrialisation à travers la création de 200 000 PME à l’horizon 2014. Ces nouvelles entreprises devraient aboutir à la création de 1,5 million d’emplois et pourraient réactiver plusieurs secteurs, en particulier celui de la mécanique. Elles pourraient également induire une baisse sensible de la facture des importations (5 milliards de dollars/an), notamment celle de la pièce de rechange, généralement contrefaite et qui se vend à des prix attractifs. Une réalité qui décourage les PME algériennes à se lancer de façon plus effective dans la production industrielle. Une Task force a été créée au niveau du ministère de l’Industrie pour justement faire la lumière sur les difficultés rencontrées dans ce domaine.  Il est également  prévu de mettre en place les conditions d’une politique devant «sauver le tissu de la sous-traitance existant en réglant ses problèmes notamment du foncier, d’équipement, de financements et de normes». Considérée comme la seule solution pour réduire la facture des importations de pièces de rechange, le développement de l’industrie de la sous-traitance  devra connaître son essor, notamment avec le redémarrage des projets en cours, tel l’installation en Algérie de l’usine du constructeur automobile français Renault. Une usine qui sera finalement implantée dans la zone d’activités d’Oued Tlélat (à l’ouest d’Oran).

Cette usine permettra ainsi de renforcer le tissu industriel et économique de la wilaya d’Oran, notamment par la création de plusieurs unités de production de pièces détachées. Une convention devrait être signée avec une entreprise privée pour la création de trente et une (31) petites et moyennes entreprises dans le secteur des industries mécaniques dans la wilaya d’Oran.       

Source  La Tribune Bahia Aliouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires