Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:41

Réintroduction du bouquetin dans les Pyrénées

bouquetin-dans-les-Pyrenees.jpg

 

Le bouquetin devrait faire son grand retour dans les Pyrénées d’un jour à l’autre. Le parc naturel régional des Pyrénées est prêt. Il attend seulement la signature d’un accord intergouvernemental.

Cela fait plus de cent ans qu’aucun bouquetin n’a foulé le sol des Pyrénées françaises. Un siècle que leurs représentations ornent comme des fantômes les parois des grottes de la région. Pourtant, l’animal emblématique s’apprête à faire son grand retour en Ariège, très prochainement. «Cela peut arriver à tout moment, confie André Rouch, président du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises. Cela peut être dans quinze jours, comme dans deux mois.» La raison de cette incertitude ? La signature de l’accord intergouvernemental entre la France, l’Espagne et l’Andorre qui se fait attendre, les bouquetins étant importés de Gredos et Tortosa. «Le PNR n’a pas la main sur cet aspect administratif, précise le directeur du parc, Matthieu Cruege. Nous, on a fait le boulot technique, scientifique et sanitaire. On est prêt, on attend que l’accord soit signé.»

L'UE soutient le projet

Au total, le programme de la réintroduction des bouquetins s’étalera sur sept ans. Les trois premières années, 60 bêtes seront relâchées en montagne par vague de 20 par année. «Après, on ajustera en fonction de leur reproduction. L’objectif est d’en introduire entre 60 et 80», indique Matthieu Cruege. Pour ce qui est de l’aspect financier, l’opération coûtera, sur la première année, 280 000 euros. «Il nous faut acheter les animaux, le matériel, aller les chercher, les stocker en quarantaine pendant quelques jours, faire venir des vétérinaires français, vacciner les bêtes, les pucer et enfin effectuer un suivi, explique le directeur du PNR. Mais ce sont des coûts qui seront dégressifs au fur et à mesure des ans, car dès l’or qu’on a le matériel, on n’a plus besoin de l’acheter.» Pour aider à financer le programme, le PNR a reçu des crédits de l’État, du département, de la région et d’un mécène. Récemment, l’Union européenne a également officialisé sa participation à hauteur de 100 000 euros sur les premières années. «Ce n’est officiel que depuis le 6 juin mais c’était organisé depuis quelque temps déjà», confie André Rouch.

Un élément de patrimoine

Et pourquoi vouloir réintroduire le bouquetin un siècle après sa disparition des Pyrénées françaises ? «Parce que c’est un élément de patrimoine !», lance fièrement le président du PNR. «Jusqu’à il y a cent ans, il faisait partie de la vie des Ariégeois, ajoute Matthieu Cruege. C’est aussi une question de biodiversité et un plus en termes d’activités sur le plan pédagogique, culturel et touristique. La réintroduction des bouquetins était un projet inscrit dans le programme d’actions du parc lors de sa création en 2009, on y est presque.» Patience donc, ce n’est plus qu’une question de temps.

Source La Dépêche du Midi Caroline Muller

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires