Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 04:26

Le CEA apporte ses compétences technologiques aux PME-PMI

Le-Commissariat-a-l-energie-atomique-s-implante-a-Toulouse.jpg

Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a, hier matin, donné le feu vert de l'État à l'implantation à Toulouse du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). «C'est un événement majeur» se réjouit Alain Costes, qui, par le biais de la société toulousaine Mapping consulting, dont il est le cofondateur et le directeur scientifique, a fortement œuvré à ce rapprochement. Après Grenoble, siège historique du CEA, et Paris/Saclay, Toulouse va devenir «un des écosystèmes d'innovation les plus importants en France».

300 chercheurs vont être recrutés

Avec l'arrivée du CEA, c'est en effet toute la puissance de cet organisme public de recherche, doté de 4,3 milliards d'euros de budget et fort de milliers de chercheurs, qui débarque à Toulouse et va participer activement au transfert de ses connaissances vers l'industrie.

Car l'objectif de cette installation, réaffirmé, hier, par Jean-Marc Ayrault, est clair : «offrir aux entreprises régionales des compétences technologiques qu'elles ne possèdent pas et qu'elles n'ont pas les moyens de se procurer». Les enjeux aussi : ce choix, a rappelé le Premier ministre, s'inscrit dans une stratégie de «reconquête industrielle».

Le futur centre d'application du CEA, qui devrait recruter 300 chercheurs, va travailler, en interface avec la formidable matière grise concentrée à Toulouse dans les laboratoires, les universités, les organismes de recherche et les industriels, les PME et PMI, sur les grandes technologies génériques de demain.

Les plateformes de recherche vont en effet porter sur les nanotechnologies, les technologies numériques appliquées à la santé, les nouvelles technologies énergétiques ou électriques.

Autant de champs de recherche dont les applications dans les secteurs économiques d'avenir (santé, espace, aéronautique, alimentation etc..) sont fondamentales.

La volonté du CEA de venir s'installer dans la ville rose, probablement dans un futur bâtiment à construire sur la zone de Montaudran-Aerospace, ne doit rien au hasard.

Pendant de long mois, pilotés notamment par Alain Costes, les responsables de la direction scientifique technologique du CEA ont rencontré à Toulouse les instances universitaires, visité de nombreux laboratoires privés ou publics, les pôles de compétitivité, discuté avec les acteurs économiques et politiques.

«Mapping consulting avait été missionnée par le CEA pour accompagner ses responsables afin de mesurer les potentialités de Toulouse» ajoute son directeur scientifique. Ils ont été convaincus.

Si aucun planning n'a encore été arrêté, l'installation du CEA devrait aller vite, probablement dans les mois qui viennent.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires