Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:21

Saïd Sadi : “Le 20 Avril n’est pas orphelin de l’Histoire”

Said Sadi

 

Le docteur Saïd Sadi revient dans cet entretien sur la symbolique et la portée politique du 20 Avril qu’il qualifie de “matrice de tous les dossiers sur lesquels le pays a été amené à se pencher avec plus ou moins de lucidité”.

Acteur de ces événements historiques, Sadi considère néanmoins qu’“un combat ne donne pas le droit de se substituer aux autres générations à qui il revient de développer leur intelligence et mobiliser leur énergie”.

Liberté : Vous êtes l’auteur des appels à la marche du 7 avril à Alger et à la grève générale du 16 avril 1980, deux évènements qui ont considérablement amplifié la dynamique du Printemps amazigh. Trente-deux ans après, quel bilan faites-vous du combat initié par votre génération ?

Saïd Sadi : Il faut constater, aujourd’hui, que si le 20 Avril est assumé, voire revendiqué par tant de monde, c’est qu’il n’est pas orphelin de l’Histoire.

Quand un acte politique résonne positivement dans la mémoire collective malgré les fardages et les censures officielles, cela veut dire que cet épisode est entré dans la mémoire collective. Je suis persuadé que quand l’Algérie sera rendue à son peuple, le 20 Avril sera consacré journée fériée.

Regardez dans notre passé. À part le 1er Novembre et le Congrès de la Soummam, et encore pour ce dernier cas les attaques et les polémiques n’ont pas manqué, il n’y a pas d’autre moment historique qui ait survécu et qui soit célébré spontanément par les citoyens, y compris les jeunes qui n’ont pas vécu les faits. Ceci pour l’aspect symbolique. D’un point de vue politique, et malgré les réticences des intellectuels à assumer un moment d’évolution qualitative majeur qu’ils n’ont pas vu venir, Avril 80 a été la matrice de tous les dossiers sur lesquels le pays a été amené à se pencher avec plus ou moins de lucidité : droits de l’Homme, pluralisme politique et syndical, statut de la femme, réformes institutionnelles, devenir nord-africain… Le Printemps amazigh n’est pas seulement une irruption de la mémoire identitaire, c’est le jaillissement d’une conscience citoyenne niée.

Cela dit, tout n’est pas rose non plus. Des dérapages ont bien évidemment eu lieu et des tentatives de manipulation se font jour ici et là, mais elles sont restées sans grand dommage parce que, justement, Avril 80 est rentré dans le patrimoine mémorial communautaire qui protège des instrumentalisations.

La réflexion sur cet événement a besoin de plus d’espace politique et d’autonomie intellectuelle pour connaître de façon précise la vérité des faits et les prolongements, impacts et déclinaisons de l’évènement dans toutes ses dimensions.

Oui, je crois qu’Avril 80 est une date charnière dans l’histoire de l’Algérie contemporaine. Il n’était pas acquis de faire plier un pouvoir, né et fonctionnant dans la violence, par des luttes pacifiques, inconnues dans le glossaire politique algérien

Aujourd’hui, l’essentiel des thématiques (démocratie, libertés, pluralité identitaire…) qui structurent le débat public algérien sont le fait de votre génération.

Les victoires seront acquises le jour où tous les dossiers déclinés par Avril 80 seront des réalités institutionnelles. On en est loin. Mais je pense que dans une phase historique qui avait condamné le pays aux slogans et aux sectarismes tiers-mondistes, le fait d’avoir eu la capacité d’identifier les vrais problèmes du pays, de leur avoir donné du sens politique, de les intégrer dans une vision démocratique pour en faire un projet reconnu actuellement comme le plus pertinent, alors que les moyens de communication de l’État étaient mobilisés pour distiller le contraire de cette alternative, est une vraie avancée. À chaque étape, l’esprit d’Avril avec sa ferveur, ses valeurs et ses règles pèse sur le débat national.

La revendication intangible de l’officialisation de la langue amazighe n’a pas occulté les autres aspirations : on a parlé plus haut de la renaissance de la conscience citoyenne qui s’engage pour les droits de l’Homme, pour les réformes politico administratives, les libertés syndicales et, aujourd’hui, pour défaire un hold-up électoral qui livre la représentation nationale à la délinquance et à la prédation. Cette plasticité et cette pérennité confèrent à Avril 80 un label et un potentiel qui le distinguent des révoltes, souvent légitimes par ailleurs, qui restent sans lendemain. Alors, est-ce que notre mission est accomplie ? Aucune mission politique n’est achevée puisque, quand on a le bonheur de voir une espérance se concrétiser, il faut veiller à en protéger les acquis. Mais, il ne faut pas que notre génération commette l’erreur de celles qui l’ont précédée. Avoir mené un combat ne donne pas le droit de se substituer aux autres générations à qui il revient de développer leur intelligence et de mobiliser leur énergie pour profiter et non subir l’expérience des aînés.

Contrairement au Maroc qui vient de doter tamazight d’un statut de langue officielle, l’Algérie, qui est pourtant le berceau de la revendication identitaire, rechigne à le faire alors qu’une bonne partie de la population le revendique. Un commentaire ?

Vous pouvez ajouter que c’est le Maroc qui demande de remplacer l’Union du Maghreb arabe par l’Union du Grand-Maghreb pour évacuer la mutilation qu’induit un qualificatif exclusiviste. L’explication à l’incohérence que vous soulevez est relativement simple. Dans notre région, nous sommes un anachronisme institutionnel. Le Maroc est une monarchie, la Tunisie est une nation républicaine, l’Algérie est un service de renseignement. Si Avril 80, né et assumé en Algérie, a mieux résonné au Maroc, c’est qu’il y a plus de capacité d’écoute, d’évolution et de vision à Rabat qu’à Alger.

Selon vous, les idéaux et les valeurs dont est porteur le combat pour l’amazighité sont-ils assimilés par la nouvelle génération ?

Je pense que oui car nous avons d’instinct couplé la revendication identitaire à l’émancipation démocratique. Cela a élargi le champ des interprétations et des interventions, rendant du coup plus difficiles les manipulations politiciennes. La preuve est que malgré les moyens colossaux mis en œuvre pour détourner ou polluer Avril 80, la dynamique reste toujours inscrite dans les mêmes perspectives politiques et éthiques, en dépit de ressacs conjoncturels.

Rappelez-vous les mises en scène de 2001 par lesquelles le pouvoir, croyant retourner à son profit les conséquences de ses crimes, a pensé capter et domestiquer les revendications historiques du Printemps amazigh. Voyez ce qu’il en est aujourd’hui. Pour autant, les nouvelles générations n’ont pas à nous imiter. Le monde a changé et la révolution informatique a transformé les rapports de force dans le champ informationnel, les dictatures tombent les unes après les autres, l’islamisme est contraint de s’étalonner à des normes dont il se croyait exonéré et l’Afrique du Nord est en train de s’inviter en tant que perspective régionale incontournable. Les nouvelles générations doivent se protéger des appâts que leur tend le système pour réduire leur vie au gain facile et au contournement des règles sociales qui nous rappellent que notre destin individuel ne vaut que s’il s’accomplit dans le respect et l’harmonie générale.

Si l’Amazigh a traversé 3.000 ans d’épreuves, c’est aussi parce que nos ancêtres ont su comprendre que l’homme, avant d’être un ventre, est un cœur et une âme.

Que fait et comment vit Saïd Sadi aujourd’hui ?

C’est une autre vie. Je m’occupe autrement. J’ai plus le temps pour écrire, réfléchir, observer et rencontrer des personnes que mes charges précédentes ne me laissaient pas le temps de voir. J’interviens quand on me sollicite pour donner un avis sur notre pays et je suis, je l’avoue avec une certaine fierté, l’évolution du RCD qui vient de tenir son premier conseil national sans ma présence. La gestion de la session par le nouveau président, la mobilisation et la qualité des débats semblent avoir été dignes des engagements pris au congrès.

C’est un peu paradoxal, mais je suis plus heureux des travaux auxquels je n’ai pas assisté. Vous qui parliez de la capacité des nouvelles générations à assimiler la philosophie d’Avril 80, vous en avez là un bon exemple. Notre génération a une ultime obligation. Nous avons le devoir de témoigner pour éviter qu’Avril 80 ne subisse le sort du combat libérateur. C’est une belle et passionnante mission.

Source Liberté Algérie Arab Chih,

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires